Tags Posts tagged with "COP21"

COP21

par -
Initié lors de la Conférence internationale sur le Climat de Paris (CoP21), par des structures sénégalaises, françaises et mauritaniennes, le projet TyCCAO a un double objectif :
– Réduire la prolifération du typha qui envahit les lacs, les cours d’eau et les canaux d’irrigation du bassin du fleuve Sénégal
– Contribuer au développement de combustibles à base de typha par la production de charbon végétal et de matériaux pour l’isolation thermique et l’efficacité énergétique des constructions
Ce programme a été élaboré en partenariat avec le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable du Sénégal, le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères de France par l’intermédiaire de son Ambassade à Dakar, le Groupe de Recherches et d’Echanges Technologiques (GRET), BioBuild Concept (BBC), l’Agence française de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) et l’Organisation de Mise en Valeur du fleuve Sénégal (OMVS).
Le typha est un roseau à croissance rapide, le Typha Australis, qui prolifère dans le bassin du fleuve Sénégal depuis la construction du barrage de Diama en 1986, réalisé pour limiter la salinisation des terres agricoles. Aujourd’hui, la prolifération exubérante du typha pose un vrai problème environnemental.
Le programme TyCCAO repose sur cinq piliers principaux :
1. Affiner la connaissance de la biologie du typha pour en maîtriser les risques de prolifération incontrôlée et pour en étudier sa valorisation ;
2. Favoriser l’accès à une énergie de substitution, à partir de typha (charbon végétal) ;
3. Créer de l’emploi ainsi qu’une filière énergétique performante et potentiellement réplicable dans d’autres régions et d’autres pays.
4. Contribuer au développement de bâtiments à faible impact environnemental en favorisant l’utilisation de matériaux de construction locaux à base de typha ;
5. Sensibiliser les acteurs institutionnels, décideurs publics, industriels, chercheurs et entrepreneurs locaux, et dynamiser les coopérations inter/intra-sectorielles et transfrontalières.
TyCCAO bénéficie d’un financement du Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM). Le premier forum « les Assises du typha » marque aujourd’hui le démarrage effectif du projet. Appelées à se renouveler chaque année sur les cinq ans de durée du projet, alternativement au Sénégal et en Mauritanie, « les Assises du typha » favoriseront les échanges et les rencontres en vue d’accroître les utilisations du typha.
Co-organisée par les partenaires du projet, cette première édition a rassemblé une centaine de participants mauritaniens, sénégalais et français, intéressés par l’enjeu de la maîtrise et de la valorisation du typha.
Site du projet : www.typha-tyccao.org

par -

Notre planète aura très chaud, trop chaud d’ici la fin du siècle ; en effet les initiatives déjà lancées ne pourront pas, semble-t-il, suffisamment contenir les émissions de gaz à effet de serre en 2030, lesquelles se situeront à environ 30% au-dessus du seuil requis pour circonscrire le réchauffement climatique, alerte l’ONU dans un rapport publié ce mardi 31 octobre 2017, repris par l’agence Reuters. “A défaut d’une ambition revue à la hausse, l’augmentation probable des températures moyennes (ndlr, par rapport aux niveaux pré-industriels) sera comprise entre 3°C et 3,2°C d’ici la fin du siècle“, indique l’agence Onu-Environnement dans son audit annuel.

Les prévisions du document tablent sur des émissions annuelles de gaz à effet de serre dans une fourchette comprise en 2030 entre 53 et 55,5 milliards de tonnes d’équivalent CO2, nettement au-delà de la limite de 42 milliards, fixée comme plafond pour rester dans les clous de l’Accord de la COP21, afin de maintenir le réchauffement sous les 2°C d’ici la fin du siècle.

Mais voilà, depuis le président américain, Donald Trump, a menacé de porter un coup fatal au protocole de Paris d’ici 2020 si les autres signataires ne cèdent pas face aux exigences de Washington, qui réclame plus de souplesse. Comprenez par là la possibilité de polluer plus, ce que les Américains font déjà beaucoup plus que les autres habitants de la planète !
Toutefois le chef de l’Onu-Environnement pense qu’il y a des raisons d’espérer, car Trump ne sera pas en mesure, selon lui, de stopper la dynamique du combat contre le changement climatique, dans la mesure où il est obligé de défendre les intérêts de ses potes du secteur privé, qui ont beaucoup à perdre dans cette affaire. “De toute évidence, les Etats-Unis vont poursuivre leurs engagements, pas grâce à la Maison Blanche, mais grâce au secteur privé”, lâche Erik Solheim. “Le train est sur de bons rails, mais nous devons le faire accélérer“, a-il ajouté…

Rendez-vous à Bonn, en Allemagne, en novembre 2017 pour une rencontre sur les changements climatiques organisée par l’ONU. Les ministres de l’Environnement des Etats membres vont plancher sur les prochaines actions dans le cadre de de l’Accord de Paris.

Jennifer Morgan, directrice de Greenpeace International, est d’avis que les phénomènes tels que les ouragans, les inondations ou les sécheresses devraient s’intensifier si les ministres ne prennent pas des engagements fermes pour freiner l’extraction d’énergies fossiles.
Les dirigeants doivent s’élever à Bonn et utiliser l’accord (de Paris) pour prendre des mesures fortes et demander des comptes aux autres s’ils ne respectent pas leurs engagements. Nous pouvons limiter (le réchauffement) à 1,5°C si nous coopérons“, conclut-elle.

par -

Pendant que 190 pays planchent à Marrakech, au Maroc, sur les moyens de mettre en pratique l’accord ratifié l’an dernier à Paris (objectif : Limiter la hausse de la température à l’échelle du globe à moins de 2°C), l’Organisation météorologique mondiale (OMM), relevant de l’ONU, prend le pouls du réchauffement climatique. Et le moins qu’on puisse dire est que leurs conclusions, publiées hier lundi 14 novembre 2016, sont loin d’être réjouissantes.

D’après l’OMM, 2016 devrait établir un nouveau record de chaleur avec une température mondiale moyenne au-dessus d’à peu près 1,2°C dans l’ère pré-industrielle.
“Si cela se confirmait, le 21e siècle compterait 16 des 17 années les plus chaudes constatées depuis le début des relevés” à la fin du 19e siècle, d’après l’OMM.

“Tout semble indiquer que 2016 sera l’année la plus chaude” avec une température moyenne “supérieure au record établi en 2015”, indique l’organisation dans un communiqué diffusé en marge de la conférence de l’ONU sur le climat (COP22).

Et comme un malheur n’arrive jamais seul, d’autres signes inquiétants ont été enregistrés. Il y a par exemple la forte concentration des principaux gaz à effet de serre dans l’atmosphère, à des niveaux jamais atteints ; on peut aussi évoquer la superficie de la banquise arctique, qui a été réduite et la fonte “très marquée” des glaces du Groenland…

Cette année, l’étendue de la banquise arctique a été la 2e la plus réduite jamais enregistrée (4,14 millions de km2 en septembre), après celle de 2012.

“Dans certaines régions arctiques de la Fédération de Russie, la température était supérieure de 6 à 7°C à la normale”, a indiqué Petteri Taalas, secrétaire général de l’OMM.

“Et dans de nombreuses régions arctiques et subarctiques de la Russie, de l’Alaska et du nord-ouest du Canada, la température a dépassé la normale d’au moins 3°C, confie-t-il, en précisant que “jusqu’ici, les records de chaleur s’exprimaient en fractions de degré”.

La seule grande région continentale où la température était en-dessous de la normale se trouve dans la zone subtropicale de l’Amérique du Sud (nord et centre de l’Argentine, un morceau du Paraguay et de la Bolivie).

La montée des températures océaniques a provoqué un puissant phénomène de blanchissement des coraux : dans certains zones de la Grande barrière en Australie, “jusqu’à 50% des coraux sont morts”.

Sur terre, des records de chaleur absolus ont été établis dans plusieurs régions : 42,7°C à Pretoria, 38,9°C à Johannesbourg, 44,6°C en Thaïlande, 51°C en Inde.

Enfin sachez que l’OMM sortira début 2017 une version finale de son travail sur l’Etat du climat en 2016.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

C’est un drôle de statut, celui publié par Achref Barbouche, sous le titre de «La politique en Tunisie, en deux mots ». Des mots, presque...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Le président nigérian, Muhammadu Buhari, a signé samedi 14 octobre 2018 l'interdiction de voyager pour plus de cinquante hauts responsables. Ils sont accusés d'avoir...

Reseaux Sociaux

SPORT