Tags Posts tagged with "Croissant pétrolier"

Croissant pétrolier

par -

Il fallait s’y attendre depuis que le maréchal Khalifa Haftar a mis la main sur le “croissant pétrolier” au nord-est, vitale pour l’économie de la Libye : Les exportations de pétrole sont presque au point mort, rapporte l’AFP. A noter que cette région est contrôlée depuis 2016 par l'”Armée nationale libyenne” (ANL) de Haftar, le maitre de l’Est. Jusqu’ici tout allait bien, car le maréchal coopérait avec le Gouvernement d’union nationale (GNA), adoubé par la communauté internationale et lui reversait les revenus de l’or noir. Puis patatras : Changement de direction le 25 juin 2018, le maréchal veut maintenant remettre ces installations au gouvernement parallèle qui s’est réfugié à Tobrouk…

A noter que le plus gros du pétrole de la Libye est exporté depuis le nord-est, donc qui tient cette région tient l’économie du pays. Le blocage actuel va couter très cher, avec des finances publiques déjà sinistrées. On estime les pertes liées à cette crise à 850.000 barils/jour sur un total d’un peu plus d’un million, a indiqué la Compagnie nationale de pétrole (NOC), administrée par le GNA, implanté à Tripoli. Pour une nation dont les recettes proviennent uniquement du pétrole, c’est une catastrophe. Et aux dernières nouvelles, Haftar continue “d’interdire les navires pétroliers d’entrer dans les ports pour charger leurs cargaisons“…

par -

La partition de la Libye est montée de plusieurs crans lundi 25 juin 2018. En effet le maréchal Khalifa Haftar, dont les troupes ont la main sur l’Est du pays, a fait savoir qu’il allait placer les installations pétrolières de la région sous l’autorité du gouvernement parallèle, installé à l’Est du pays et qui mène la vie dure au gouvernement d’union nationale (GNA) de Tripoli, reconnu par la communauté internationale. Cette annonce est une très mauvaise pour la paix, pour le président français, Emmanuel Macron, qui vient pourtant de réunir à Paris les deux principaux protagonistes de la crise libyenne, et qui a leur même fait signer des engagements autour d’une nouvelle Constitution et d’élections générales cette année…

L’Armée nationale libyenne (ANL), pilotée par le maréchal Haftar, vient de compliquer la donne. Désormais les deux gouvernements rivaux ont chacun à sa disposition une banque centrale, une “compagnie nationale” de pétrole (NOC) et une agence de presse officielle. Et tant pis pour l’unité nationale.
A noter que l’ANL a la main sur quatre terminaux pétroliers du Croissant pétrolier (nord-est), à ajouter au port de Hariga à Tobrouk, près de la frontière égyptienne, un lieu très stratégique car le gros du pétrole libyen y transite pour aller à l’étranger. C’est donc un puissant levier économiques que Haftar offre là au gouvernement installé à l’Est, et c’est aussi une source d’ennuis pour le pays et la communauté internationale…

par -

Le croissant pétrolier, qui concentre les puits et les plus importants terminaux pétroliers du pays, est la cible d’attaques depuis vendredi 3 mars. Les assaillants se réclament de Khalifa Ghweil à la tête d’un gouvernement islamo-conservateur non reconnu par l’ONU. Outre les conséquences sur la chute de production de l’or noir que provoque cette opération, l’offensive tend à redistribuer les cartes dans l’imbroglio politique que vit la Libye, rapporte RFI.

Jusqu’ici, le gouvernement de Salut national de l’islamo-conservateur Khalifa Ghweil était jugé la force la plus faible des trois gouvernements qui se disputent le contrôle de la Libye. L’attaque lancée vendredi au cœur du croissant pétrolier pourrait changer la donne, indique la même source.

Les forces du gouvernement de Bayda dirigées par Khalifa Haftar admettaient samedi avoir perdu le contrôle d’une partie de Ras Lanouf, mais tenir toujours le terminal pétrolier. La Brigade de défense de Benghazi, qui soutient Ghweil, assurait, elle, être maîtresse du site ainsi que celui de As-Sidrah, 30 km plus à l’ouest.

par -

Le dernier des quatre terminaux du Croissant pétrolier qui était encore contrôlé par le gouvernement d’union nationale (GNA), appuyé par l’ONU, est tombé hier mardi dans l’escarcelle des forces du gouvernement non reconnu de Libye, commandées par le général Khalifa Haftar. Une très mauvaise affaire pour l’économie libyenne, déjà sinistrée, en plus d’être un coup très rude pour le GNA, qui peine à reprendre en main le pays depuis son installation en mars dernier à Tripoli.

Les troupes du général Haftar, qui ont établi leur quartier général dans l’est, ont pris le contrôle du terminal de Brega “sans combats (…) grâce aux habitants et notables de Brega”, a confié à l’AFP un responsable des gardes des sites pétroliers acquis à la cause de Haftar.
“Nous contrôlons désormais la totalité de la région du Croissant pétrolier”, a-t-il ajouté.

La zone du Croissant pétrolier est nichée dans le nord-est du pays, entre Benghazi et Syrte…

C’est assurément un succès qui compte pour les éléments du général Haftar lesquels avant Brega ont arraché le port de Zoueitina et les terminaux d’Al-Sedra et de Ras Lanouf, les deux plus gros du pays.
Tous ces sites étaient sous la responsabilité des Gardes des installations pétrolières, une milice de l’est qui avait reconnu cet été l’autorité du GNA.

Les Etats-Unis et cinq pays européens (France, Allemagne, Italie, Espagne, Royaume-Uni) ont émis un communiqué commun pour appeler “au retrait immédiat et sans conditions de toutes les forces armées qui se trouvent dans le Croissant pétrolier”.

Le président du Parlement libyen, une instance reconnue par la communauté internationale mais qui appuie le gouvernement installé à l’est, tente de calmer le jeu en déclarant hier que l’assaut sur le Croissant pétrolier avait pour but de “libérer les installations pétrolières de ceux qui entravent l’exportation du pétrole libyen”.
“L’armée va se retirer des champs et des terminaux (…) et il n’y aura plus d’éléments armés à l’intérieur”, a-t-il indiqué, ajoutant que les exportations vont reprendre par le canal de la Compagnie nationale du pétrole (NOC)…

FOCUS 🔍

Comme à l’accoutumée, la BIAT- Banque Internationale Arabe de Tunisie – lance sa campagne estivale à destination des Tunisiens Résidents à l’Etranger « TRE...

Le meilleur des RS

Notre rubrique «Le meilleurs des réseaux Sociaux », début de la saison estivale oblige, choisit de mettre en lumière une initiative citoyenne, soutenue par un...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

Après une édition 2018 marquée par une mobilisation record et la présence des présidents de Côte d'Ivoire, du Ghana et du Zimbabwe, c'est cette...

Reseaux Sociaux

SPORT