Tags Posts tagged with "défaite"

défaite

par -

Le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Taboubi, en a entendu des vertes et des pas mûres tout au long du bras de fer entre le Syndicat des profs du secondaire et le ministère de l’Education. Et au lendemain de ce que Lassaad Yacoubi a lui-même qualifié, sur sa page Facebook, de capitulation, il fallait bien que quelqu’un paye pour cette ambiance de défaite à l’UGTT – une première depuis 2011 ! Et justement c’est le premier responsable politique qui a parlé publiquement de défaite qui va trinquer : Houcine Jaziri, député du mouvement Ennahdha.

Taboubi, dans un discours au congrès de la Fédération générale de la santé ce samedi 28 avril 2018, a apostrophé l’élu en ces termes : “de quelle victoire tu parles ?“, rapporte Mosaïque FM. Les enseignants ont une place à part à l’UGTT et en Tunisie en général, et les sacrifices qu’ils ont consentis l’ont été dans l’intérêt des citoyens et des élèves, ajouté le leader de la centrale syndicale. Puis, toujours en direction de Jaziri, qu’il qualifie de personnage haineux, il ajoute ceci : c’est une honte qu’il parle ainsi des enseignants, alors qu’il fait partie d’une grande formation politique.
Bienvenue à toi et à ton gouvernement, nous vous donnerons la réponse qu’il faut (…). Tu t’es trompé d’adresse et ce que tu as fait est la preuve d’un manque de maturité politique et de haine envers l’UGTT (…). Celui qui tire sur nos militants en subira les conséquences“, a dit Taboubi.

Mais ce qui est le plus angoissant, c’est que, après avoir magnifié le combat des enseignants pour des demandes qu’il juge légitimes, il a déclaré qu’ils «finiront par atteindre leurs objectifs». Des propos qui corroborent ceux de Yacoubi, qui a fait savoir dès hier que le Syndicat reste mobilisé et que la lutte reprendra ses droits si leurs requêtes ne sont pas satisfaites. En d’autres termes le répit du chef du gouvernement, et des parents d’élèves, sera de courte durée et les hostilités pourraient reprendre dès la prochaine rentrée scolaire…

par -

Beaucoup de dirigeants africains, plus copains avec les démocrates américains, notamment le président Barack Obama, ont mangé leurs chapeaux en envoyant les félicitations d’usage au républicain Donald Trump, qui a écrasé, contre toute attente, Hillary Clinton. Certains chefs d’Etat du continent se sont dit qu’après tout le vin est tiré et qu’il faut le boire ; d’autres, sans doute les plus nombreux, font preuve de pragmatisme et se disent qu’il vaut mieux ne pas se fâcher avec le nouvel occupant de la Maison Blanche, quoi qu’on en pense. La présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, n’est pas de ceux-là. Faisant preuve d’une extraordinaire sincérité, de courage et même de témérité, elle a pris ses distances avec le politiquement correct, qui sied dans ces circonstances et a fait part de sa déception suite au KO infligé par Trump à Mme Clinton à la présidentielle américaine. Ses pairs africains n’en pensent pas moins, mais n’ont pas eu le cran de le dire ouvertement, et encore moins le claironner dans un média du calibre de la BBC!

“Je suis extrêmement attristée par cette occasion manquée de la part du peuple des Etats-Unis de se joindre aux petites démocraties en mettant fin à la marginalisation des femmes”, a déclaré Ellen Johnson Sirleaf dans un entretien avec la chaine britannique…
La première femme à avoir été installée, démocratiquement, à la tête d’une nation africaine a tout de même enchainé en ajoutant, histoire de ne pas irriter la nouvelle administration américaine, sait-on jamais : “Cependant, le Liberia a eu une longue relation avec les États-Unis. Et nous nous attendons à ce que cette bonne relation perdure”…

Toutefois Mme Johnson Sirleaf, comme du reste les dirigeants du monde entier, a affirmé qu’il est prématuré pour se prononcer sur le devenir des rapports entre les USA et l’Afrique. “Nous ne savons pas ce que la nouvelle politique américaine de l’Afrique sera avec l’administration Trump. Nous allons devoir attendre et voir. De toute évidence, nous sommes inquiets, mais nous devons lui donner juste le bénéfice du doute”, a affirmé la chef de l’Etat libérien.
“Je suis inquiète au sujet des accords commerciaux entre les Etats-Unis et le Liberia, entre les Etats-Unis et l’Afrique. Je suis inquiète pour l’investissement et les programmes spéciaux qui ont été mis en place par les présidents Barack Obama et George Bush”, a ajouté la lauréate du prix Nobel de la paix en 2011.

FOCUS 🔍

Italcar, concessionnaire et distributeur exclusif de plusieurs marques de voitures et de camions en Tunisie (Fiat, Alfa Romeo, Lancia, Fiat Professional, Iveco et Jeep), a...

Le meilleur des RS

On l’attendait dans un communiqué officiel, publié par voie de presse, elle préfère les réseaux sociaux pour s’exprimer sur la crise qui secoue Nidaa...

INTERVIEW

Le PDG de la Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM), Béchir Irmani a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Issa Mahamat Abdelmamout, ministre des Finances et du Budget du Tchad, a été débarqué par un décret du président Idriss Déby Itno. Son secrétaire...

Reseaux Sociaux

SPORT