Tags Posts tagged with "déficit commercial, Tunisie,"

déficit commercial, Tunisie,

par -
Trou noir

Trou noir, le déficit commercial de la Tunisie continue de l’être sous bien des rapports, et on voit mal ce qui pourrait l’arrêter alors que la croissance grimpe du nez et que les caisses de l’Etat sont sous perfusion.

Les dernières statistiques de l’INS viennent d’enfoncer le clou avec l’annonce d’un déficit commercial qui s’est creusé, au cours des huit premiers mois de l’année 2014, pour atteindre 9408 millions de dinars (MD) contre 7668,9 MD, au cours de la même période 2013, et ce en raison de la régression de la couverture des importations par les exportations de 4,5 points à 66,1% contre 70,6% en 2013, le volume des échanges commerciaux du pays s’établissant à 18205,4 MD à l’exportation et à 27713,4 à l’importation.

Il n’en demeure pas moins que par rapport aux sept premiers mois 2014, il est relevé une légère amélioration, malgré une légère régression des exportations par rapport à la même période de l’année 2013.

Les exportations ont baissé de 0,6% contre une régression de 1,8% à la fin du mois de juillet 2014 (5,8% au cours des huit premiers mois 2013). Les importations, elles, ont progressé de 6,2% (5,8% à la même période 2013).

La baisse des exportations (0,6%) jusqu’au mois d’août 2014 par rapport à la même période 2013, est essentiellement expliquée par la régression des exportations des produits agricoles et alimentaires (30,1%) due à la baisse des ventes de l’huile d’olive (203,3 MD contre 660,4 MD) et du phosphate et dérivés (2,9%), outre l’énergie (9,4%).

En revanche, les exportations des autres secteurs ont progressé comme les industries mécaniques et électriques (8,3%), les industries manufacturières (10%), textile et habillement et cuir (1,5%).

La progression des importations (6,2%), au cours des huit premiers mois 2014, est consécutive à la hausse des importations de plusieurs secteurs notamment l’énergie (18,1%), les produits d’équipement (5,9%), les matières premières et les produits semi fabriqués (3,9%) et les produits de consommation non alimentaires (4,4%). Les produits agricoles et alimentaires de base ont enregistré une baisse de 7,7%, mais les importations hors secteur de l’énergie ont progressé de 3,8%.

Sous le régime offshore, les exportations affichent une évolution de 5,4% contre 6,2% durant la période correspondante de 2013, alors que les importations ont progressé au taux de 4,3% contre 2,8% lors de la période en question de l’année dernière.

Sous le régime général, les échanges ont enregistré un recul de 10,6% au niveau des exportations contre une hausse de 5,2% lors de la période correspondante de 2013, cependant que les exportations ont augmenté de 7.0% contre 5,9% au cours des 8 premiers mois de l’année écoulée.

En termes de répartition géographique, les ventes tunisiennes sur le marché de l’Union européenne ont progressé de 3,2% en raison de l’augmentation enregistrée au niveau de certains pays européens tels que la Grande-Bretagne (13,3%), l’Allemagne (13,5%) et la France (7.0%). Cette évolution s’explique aussi par la baisse des importations en provenance de pays européens à l’instar de l’Espagne (22,8%) et les Pays-Bas (21,3%). Au plan arabe, les résultats font ressortir un recul des exportations vers la Libye (23,5%), et le Maroc (6,4%) alors que sur l’Algérie, elles se sont envolées de 28,6%.

S’agissant des importations, elles ont affiché au niveau de l’UE une hausse de 1,1%, avec la France en tête du classement des principaux fournisseurs (16.0%) et l’Italie (15,3%).

L’INS fait remarquer que le déficit commercial global est dû à celui à celui enregistré avec des pays comme l’Italie (-738,9 MDT), l’Espagne (-540,3 MDT), la Chine (-1835,4 MDT) et la Turquie ( -963.0 MDT).

Cependant, selon la Banque centrale de Tunisie dont le Conseil d’administration s’est réuni il y a une dizaine de jours, « ces évolutions n’ont pas affecté directement la situation des avoirs nets en devises qui ont été maintenus à un niveau acceptable, soit environ 12.642 MDT ou l’équivalent de 113 jours d’importation à fin août 2014, contre 104 jours à la fin du même mois en 2013, et ce, grâce à l’amélioration des flux de recettes en devises, surtout au titre de la mobilisation de ressources d’emprunts extérieurs importantes ».

par -
Le déficit commercial s'est aggravé en 2013

Le déficit commercial s’est aggravé en 2013, pour atteindre 11 808,1 millions de dinars (MD), contre 11 630,3 MD en 2012 et 8 603,5 MD en 2011, en raison du déséquilibre enregistré au niveau des échanges commerciaux avec des exportations évaluées à 27 701,29 MD et des importations de l’ordre de 39 509,4 MD.

Selon les statistiques que vient de publier l’institut National de la Statistique (INS), le commerce extérieur a connu une évolution de 4,3% à l’exportation et de 3,5% à l’importation, par rapport à 2012.

La hausse des exportations, au cours de l’année 2013 est expliquée, selon l’analyse de l’INS, par l’accroissement des exportations de plusieurs secteurs, essentiellement, ceux de l’agriculture et des industries alimentaires (6,3%), résultant d’une amélioration des ventes de l’huile d’olive (820,2 MD en 2013, contre 593,2 MD en 2012).

L’amélioration des exportations est, aussi, justifiée par l’évolution des industries du textile-habillement et du cuir (5%), des industries mécaniques et électriques (6,7%) et des industries manufacturières (12,3%).

Pour ce qui est des exportations des phosphates et dérivés, elles restent en-dessous des estimations, avec une très légère augmentation de 0,5%, alors que les exportations du secteur énergie ont régressé de 5,4%.

S’agissant des importations, l’INS a estimé que la hausse des importations résulte de l’accroissement des importations des produits alimentaires (12,5%) et produits de consommation non alimentaires (11,4%), en raison de l’évolution des achats des produits pharmaceutiques de 18,1%, des produits plastiques de 13,9%, des huiles essentielles et parfumerie de 9,9% et des voitures de tourisme de 5,9%.

Les importations du secteur énergétique et des matières premières et produits semi-finis ont enregistré, respectivement, une hausse de 5,8% et de 1,8%, alors que les importations des produits d’équipement ont régressé de 2%.

Au niveau du régime off shore, les exportations ont évolué, en 2013, de 6,4%, contre une baisse de -0,4% en 2012 et les importations ont augmenté de 5,5% (-1,8% en 2012).

S’agissant du régime général, les échanges commerciaux ont évolué avec un rythme lent par rapport à l’année écoulée. En fait, les exportations ont progressé de 1,1% (17,5% en 2012) et les importations de 2,7% (20,6% en 2012).

Selon la répartition géographique des échanges, les exportations tunisiennes vers l’Union européenne ont progressé de 4,2% en 2013, en raison de l’amélioration des ventes vers la Grande Bretagne (+26,7%), l’Espagne (+ 13,4%) et l’Allemagne (+14,1%).

Selon l’INS, la Tunisie a réalisé, également, une bonne performance de ventes vers la Turquie (+80,9%), la Russie (+24,3%) et les USA (26,7%).

S’agissant des échanges avec le monde arabe, une amélioration des exportations est enregistrée vers la Libye (9,1%) et l’Algérie (4,3%), alors que les exportations vers l’Egypte ont baissé de 17,7%.

Au niveau des importations, les échanges commerciaux avec l’Union européenne ont évolué de 7,4%. La France, l’Italie et l’Allemagne demeurent les principaux fournisseurs de la Tunisie avec des parts de marché respectives de 14,4%, 6,3% et 7,4%.

En revanche, les importations en provenance de la Chine et de l’Inde ont régressé respectivement de 5,4% et 14,4%.

Le déficit enregistré au niveau des échanges commerciaux de la Tunisie résulte d’un solde déficitaire avec la Chine (2423,9 MD), l’Algérie (1135,9 MD) et la Russie (1019,3 MD), ainsi que quelques partenaires européens, en l’occurrence l’Italie (605,1 MD), l’Espagne (514,6 MD) et l’Allemagne (336,9 MD).

La Tunisie a toutefois, un solde excédentaire avec la Suisse (750,2 MD), la Libye (746,4 MD) et la France (90,2 MD).

par -
Le déficit commercial s'est aggravé en 2013

Le déficit commercial s’est aggravé en 2013, pour atteindre 11 808,1 millions de dinars (MD), contre 11 630,3 MD en 2012 et 8 603,5 MD en 2011, en raison du déséquilibre enregistré au niveau des échanges commerciaux avec des exportations évaluées à 27 701,29 MD et des importations de l’ordre de 39 509,4 MD.

Selon les statistiques que vient de publier l’institut National de la Statistique (INS), le commerce extérieur a connu une évolution de 4,3% à l’exportation et de 3,5% à l’importation, par rapport à 2012.

La hausse des exportations, au cours de l’année 2013 est expliquée, selon l’analyse de l’INS, par l’accroissement des exportations de plusieurs secteurs, essentiellement, ceux de l’agriculture et des industries alimentaires (6,3%), résultant d’une amélioration des ventes de l’huile d’olive (820,2 MD en 2013, contre 593,2 MD en 2012).

L’amélioration des exportations est, aussi, justifiée par l’évolution des industries du textile-habillement et du cuir (5%), des industries mécaniques et électriques (6,7%) et des industries manufacturières (12,3%).

Pour ce qui est des exportations des phosphates et dérivés, elles restent en-dessous des estimations, avec une très légère augmentation de 0,5%, alors que les exportations du secteur énergie ont régressé de 5,4%.

S’agissant des importations, l’INS a estimé que la hausse des importations résulte de l’accroissement des importations des produits alimentaires (12,5%) et produits de consommation non alimentaires (11,4%), en raison de l’évolution des achats des produits pharmaceutiques de 18,1%, des produits plastiques de 13,9%, des huiles essentielles et parfumerie de 9,9% et des voitures de tourisme de 5,9%.

Les importations du secteur énergétique et des matières premières et produits semi-finis ont enregistré, respectivement, une hausse de 5,8% et de 1,8%, alors que les importations des produits d’équipement ont régressé de 2%.

Au niveau du régime off shore, les exportations ont évolué, en 2013, de 6,4%, contre une baisse de -0,4% en 2012 et les importations ont augmenté de 5,5% (-1,8% en 2012).

S’agissant du régime général, les échanges commerciaux ont évolué avec un rythme lent par rapport à l’année écoulée. En fait, les exportations ont progressé de 1,1% (17,5% en 2012) et les importations de 2,7% (20,6% en 2012).

Selon la répartition géographique des échanges, les exportations tunisiennes vers l’Union européenne ont progressé de 4,2% en 2013, en raison de l’amélioration des ventes vers la Grande Bretagne (+26,7%), l’Espagne (+ 13,4%) et l’Allemagne (+14,1%).

Selon l’INS, la Tunisie a réalisé, également, une bonne performance de ventes vers la Turquie (+80,9%), la Russie (+24,3%) et les USA (26,7%).

S’agissant des échanges avec le monde arabe, une amélioration des exportations est enregistrée vers la Libye (9,1%) et l’Algérie (4,3%), alors que les exportations vers l’Egypte ont baissé de 17,7%.

Au niveau des importations, les échanges commerciaux avec l’Union européenne ont évolué de 7,4%. La France, l’Italie et l’Allemagne demeurent les principaux fournisseurs de la Tunisie avec des parts de marché respectives de 14,4%, 6,3% et 7,4%.

En revanche, les importations en provenance de la Chine et de l’Inde ont régressé respectivement de 5,4% et 14,4%.

Le déficit enregistré au niveau des échanges commerciaux de la Tunisie résulte d’un solde déficitaire avec la Chine (2423,9 MD), l’Algérie (1135,9 MD) et la Russie (1019,3 MD), ainsi que quelques partenaires européens, en l’occurrence l’Italie (605,1 MD), l’Espagne (514,6 MD) et l’Allemagne (336,9 MD).

La Tunisie a toutefois, un solde excédentaire avec la Suisse (750,2 MD), la Libye (746,4 MD) et la France (90,2 MD).

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les exportations de l'Algérie ont nettement augmenté à 18,141 milliards de dollars (mds usd) sur la première moitié de l'année 2017 contre 13,323 mds...

SPORT

Reseaux Sociaux