Tags Posts tagged with "déficit de la balance des paiements"

déficit de la balance des paiements

par -

De quelle situation économique doit-on parler aujourd’hui? Crise ou reprise! Les chiffres sont-ils vraiment trompeurs? Et si ce n’est pas le cas pourquoi nos experts économiques sont à mille lieues des ? La banque centrale de Tunisie (BCT) a rendu publique sa note de conjoncture relative au troisième trimestre de cette année. Une note qui annonce dans sa globalité une légère amélioration au niveau des principaux indicateurs de la banque voire des prémices d’une reprise économique. En effet, selon cette lettre de conjoncture, l’activité économique aurait connu une légère amélioration au cours du troisième trimestre de l’année 2017 au vu des indicateurs sectoriels disponibles.
Le taux de croissance du PIB pourrait ainsi connaître un net rebond en variation trimestrielle. Cette évolution porterait la marque de la performance quasi-généralisée des industries manufacturières et des services marchands dont notamment le tourisme et le transport. Seules les industries non manufacturières ont fait défaut en raison des arrêts de production du pétrole au Sud tunisien, pendant l’été. Côté secteurs exportateurs, ils semblent avoir profité de l’affermissement perçu de l’activité industrielle dans la Zone Euro, au cours du mois de juillet 2017, malgré les difficultés qui persistent encore notamment au niveau du secteur du THC.
Malgré ces chiffres et prévisions qui semblent être beaucoup plus optimistes par rapport à la période précédente, les experts économiques tirent encore la sonnette d’alarme sur la fragilité voire l’aggravation de la situation économique et financière du pays. Selon eux, les doutes planent encore sur l’endettement extérieur, les équilibres budgétaires mais aussi sur les réserves en devise du pays qui, de nouveau, commencent à s’approcher de 90 jours d’importation, un niveau jamais atteint par la Tunisie depuis plusieurs années.

Le communiqué publié le jeudi 5 octobre 2017 par la BCT à l’issue de la réunion de son Conseil d’administration à Tunis a encore suscité la réaction des experts en la matière. L’expert financier, Hatem Zaâra a déclaré, lors de son passage le vendredi 6 octobre 2017 sur Express Fm, que le dernier communiqué rendu public par la Banque centrale de Tunisie semble avoir mis le doigt sur la réalité des difficultés, de plus en plus inquiétantes, par lesquelles passe le pays.

Il a par ailleurs souligné le niveau précaire des réserves en devises dans le sens où le souci majeur du gouvernement est de s’assurer un matelas de couverture de 90 jours d’importation, d’ici la fin de l’année en cours, alors que des doutes planent sur le paiement de la troisième tranche du crédit par le Fonds monétaire international (FMI) en même temps qu’un niveau d’endettement extérieur record atteignant plus de 60% du PIB.

Quant à lui, l’expert économique, Ezzedine Saidane a dressé, dans un statut posté le même jour sur sa page Facebook, un tableau noir de la situation économique en Tunisie : un taux de croissance économique réalisée au deuxième trimestre de 0,1% et un déficit de la balance commerciale dépassant les 10 milliards de Dinars (10,068) au terme des huit premiers mois de l’année, soit une aggravation de plus de 22% par rapport à la même période de 2016.

Le déficit de la balance des paiements courants a atteint 6,6% du PIB au terme des huit premiers mois de cette année (5,8% pendant la même période en 2016). À ce rythme, il devrait atteindre 10% du PIB à la fin de l’année. Un record absolu pour la Tunisie. La norme maximum admise au niveau international est de 3%.
Selon ses déclarations, les réserves de change de la Tunisie baissent encore gravement malgré les multiples crédits extérieurs (et intérieurs en Euros) obtenus récemment. “Nous sommes à 95 jours d’importation. Nous nous approchons de nouveau de la ligne rouge de 90 jours. La planche à billets se déchaîne de nouveau et le refinancement des banques par la Banque Centrale atteint un nouveau record : 10,543 milliards de Dinars le 5 octobre 2017”, a-t-il fait observer. “Je suis souvent accusé de présenter un tableau noir. Malgré tous ces indicateurs (chiffres officiels), certains nous présentent un tableau rose en prétendant indûment (chiffres relatifs aux investissements directs étrangers, au tourisme, aux phosphates, etc. exprimés en Dinars au lieu d’être exprimés en devise pour tenir compte de la baisse du Dinar) que la situation s’améliore et que la reprise de l’économie est là devant nous. Si nous refusons de voir notre réalité en face, nous ne pourrons jamais faire le vrai diagnostic et engager de manière responsable le vrai sauvetage de notre économie, et par conséquent de notre expérience de transition démocratique”, a ajouté Saîdane

Il y a lieu de rappeler à ce propos que le Conseil d’Administration de la BCT, réuni, mercredi 4 octobre 2017 à Tunis, a confirmé la poursuite des pressions sur les paiements extérieurs, suite au creusement du déficit courant pour atteindre 6,6% du PIB au terme des 8 premiers mois de l’année en cours contre 5,8% une année auparavant, en raison de l’aggravation du déficit commercial qui a dépassé la valeur de 10 milliards de dinars.

Le meilleur des RS

Il a été ministres, de l’industrie, de la Défense nationale, de la Santé publique et surtout illustre ministre de l’Economie et des finances en...

INTERVIEW

Habib Karaouli, PDG de la Banque d'affaires de Tunisie (BAT), récemment rebaptisée Capital African Partners Bank, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où...

AFRIQUE

C'est sans doute un tournant dans le combat contre la secte islamiste Boko Haram, que rien ne semblait pouvoir stopper jusqu'ici. Les gouverneurs de...

Reseaux Sociaux

SPORT

L'entraîneur de l'ES Sétif, Kheïreddine Madoui s'est dirigé dimanche pour la Tunisie afin de rejoindre son futur club de l’Etoile sportive du Sahel, a...