Tags Posts tagged with "dilemme"

dilemme

par -

“La  BCT est confrontée à un dilemme, soit relever son taux pour maintenir la stabilité du dinar, ce qui augmente le coût du crédit des ménages et des entreprises soit le diminuer pour favoriser la reprise éventuelle de l’investissement et la croissance économique”. C’est ce qui a été indiqué dans le billet économique de l’intermédiaire en bourse Mac Sa. Néanmoins, l’appréciation du dollar suite à la hausse récente du taux d’intérêt directeur américain aura principalement deux effets : primo, accroissement de la dette en dollars. En effet, on estime que pour chaque appréciation du dollar face au dinar de dix millimes correspond à un coût additionnel du service de la dette de 20 millions de dinars du fait que le tiers de l’encours est libellé en dollars américains.
Secondo, un accroissement des subventions et du déficit budgétaire : Dans ce cadre, les experts prévoient une hausse du prix des matières premières et des hydrocarbures en 2017. Le prix moyen du baril de pétrole dépassera celui adopté par la loi de finances, 50 dollars. On estime que pour chaque hausse d’un dollar du prix du baril, le budget décaissera 48 millions de dinars, ce qui est l’équivalent de 8% de la facture des subventions dédiées aux hydrocarbures.

Dans cette note, il a été également indiqué que globalement notre économie sera moins impactée que les pays dont la monnaie est rattachée directement au dollar. Les prévisions de la BCT postulent que la croissance économique suivra une trajectoire ascendante. La progression du PIB, aux prix constants de 2010 sera de 2,2% en 2017 et 2,8% en 2018.

La croissance hors agriculture s’établirait autour de 2,2% en 2017 et 2,6% en 2018. Cette faiblesse attendue s’explique par l’instabilité politique et la baisse de la récolte des olives en 2017. Les prévisions de l’inflation poursuivront une  tendance haussière pour atteindre une moyenne annuelle de 5% en 2017 et de  4,2% en 2018. Cette tendance est expliquée par la persistance des pressions sur le taux de change et la hausse des prix mondiaux des matières premières.  L’inflation sous-jacente reste élevée.

“Les États-Unis ont renoué avec la croissance et l’inflation depuis 2015, quand la zone euro a demeuré dans le bas du cycle. Ce constat prouve que les cycles économiques en Europe et aux États-Unis ne sont  pas synchronisés (retard de 2 à 4 années). Cette solidité relative de l’économie américaine donne des arguments au FED pour remonter ses taux pour les années à venir entraînant une attractivit  du dollar et son appréciation”, lit-on dans cette note.

En outre, l’Europe devient plus compétitive, c’est-à-dire la production et les exportations augmentent. A l’inverse, les importations du pétrole seront plus  chères car les règlements se font en dollar. En revanche, les pays émergents seront en difficulté car lorsque les taux américains étaient proches de zéro, ces pays ont attiré des capitaux du fait que les obligations américaines étaient moins rentables. L’évolution future des taux de la FED entraînera un reflux des investisseurs vers les États-Unis. En outre, l’appréciation du dollar risque d’augmenter les déficits budgétaires suite à la hausse du prix des matières premières et des hydrocarbures, de grever davantage le déficit de la balance des paiements et d’accroître le coût de la dette en dollars.

Mac Sa

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

Le bilan de l'attaque d'une mosquée vendredi à Bir al Abed, dans le nord du Sinaï en Egypte, atteint désormais 200 morts, selon un...

Reseaux Sociaux

SPORT