Tags Posts tagged with "Doing Business 2014, Tunisie,"

Doing Business 2014, Tunisie,

par -
La Tunisie a été classée 51ème

La Tunisie a été classée 51ème, par le dernier rapport « Doing Business 2014 » de la Banque Mondiale sur un total de 189 économies, perdant ainsi 2 places par rapport au classement précédent (49ème), mais se positionnant comme le pays maghrébin où l’environnement des affaires est le meilleur. Elle devance le Maroc (87ème), l’Algérie (151ème), la Mauritanie (173ème) et la Libye (187ème).

A l’échelle arabe, la Tunisie se fait devancer par les Emirats arabes Unis (23ème), l’Arabie Saoudite (26ème) et Bahreïn (46ème), Oman (47ème), et le Qatar ( 48ème). En Afrique, seuls trois pays font mieux que la Tunisie, à savoir l’Ile Maurice (20ème), le Rwanda (32), et l’Afrique du Sud (41).

A regardrer de plus près dans le classement « Doing Business » que la Tunisie perd partout et dans tous les domaines sauf en matière d’insolvabilité. Le recul le plus important a été enregistré au niveau de « l’octroi de permis de construire » où la Tunisie a perdu 8 places pour passer de la 114ème position dans le classement précédent, à la 122ème dans celui de 2014. De même, en matière de « création d’entreprises », elle a dégringolé du 63ème rang au 70ème, perdant ainsi, 7 places. On peut aussi lire dans le classement de « Doing Business » que la Tunisie a perdu 2 places en matière de « raccordement à l’électricité ». Elle est également en recul de 3 places en matière de « transfert de propriété », de 4 points en ce qui concerne « l’obtention de prêt » alors que la régression a été d’une place pour le reste des domaines à l’instar de « la protection des investisseurs », « le paiement d’impôts », « le commerce transfrontalier », et « l’exécution des contrats ». Pour ce qui est « Règlement d’insolvabilité », la Tunisie garde la même place que celle du classement précédent, soit 39ème.

Il est à noter que Doing Business a recueilli pour la première fois cette année des données sur la Libye, le Myanmar et le Soudan du Sud, trois économies qui sortent de conflits ou qui s’ouvrent à l’économie mondiale après des années d’isolement. Dans le cas de la Libye, les données constatent que le pays a un cadre de la réglementation des affaires qui est complexe et coûteux, ainsi que de faibles institutions juridiques. Cela se reflète dans le rang de la Libye, qui se classe 187 sur 189 économies.

Outre le classement général, Doing Business met chaque année l’accent sur les économies qui se sont le plus améliorées, par rapport à l’année précédente, leurs réglementations sont liées aux indicateurs mesurés par Doing Business. Les 10 économies qui ont progressé le plus sont (par ordre croissant d’amélioration) l’Ukraine, le Rwanda, la Russie, les Philippines, le Kosovo, Djibouti, la Côte d’Ivoire, le Burundi, l’ex République yougoslave de Macédoine et le Guatemala. Pourtant, il reste beaucoup de défis à relever dans cinq de ces pays (le Burundi, la Côte d’Ivoire, Djibouti, les Philippines et l’Ukraine) qui sont encore dans la deuxième moitié du classement général.

Publié, lundi, par la Banque mondiale, le rapport qui évalue le cadre réglementaire appliqué aux PME classe les économies selon 10 domaines de la réglementation des affaires, tels que la création d’entreprise, le règlement de l’insolvabilité, l’obtention de prêts, la protection des investisseurs, le paiement des taxes et impôts, l’octroi de permis de construire et le commerce transfrontalier.

Kh.T

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Le Secrétaire général condamne la mort le 23 juillet d’un casque bleu de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en...

Reseaux Sociaux