Tags Posts tagged with "droit d’asile"

droit d’asile

par -

Au vu de ce qu’a déballé le vice-président du Font National, Louis Aliot, dans l’émission “Bourdin Direct“, qui passe sur BFM TV et la radio RMC, on se dit que la Tunisie, le Maroc et l’Algérie ont bien de la chance que la formation d’extrême droite ne soit, pour le moment, qu’à la porte du pouvoir en France (la présidente du FN, Marine Le Pen, a été battue au second tour de la présidentielle de 2017 par Emmanuel Macron). Titillé par Jean Jacques Bourdin sur l’immigration en France, thème avec lequel Le pen et compagnie font leur beurre, Aliot s’est littéralement lâché sur les pays du Maghreb…

Si vous voulez dissuader les gens d’immigrer en France, il y a des mesures immédiates à prendre comme aller voir les pays d’origines qui nous envoient des migrants” dit-il. Puis, en dégainant les chiffres d’un rapport parlementaire publié mardi 20 février 2018 à l’Assemblée nationale française, il ajoute ceci : “Est ce que vous savez, aujourd’hui, quels sont les pays qui nous envoient le plus d’immigration ? Le Maroc, l’Algérie et la Tunisie (…). C’est quand même extraordinaire, trois anciennes colonies françaises dont une a voulu l’indépendance et qui aujourd’hui se fait professionnelle de la migration. Que ces gens-là s’occupent de leurs pays ! Ils ont des richesses incroyables ! Ils ont du pétrole, ils ont du gaz !” dit Aliot, visiblement très remonté (c’est très bon ça pour les petites affaires de son parti, devant un électorat très sensible à ces arguments). Ensuite, pour s’assurer un maximum d’effet, il assène : “Ils sont en train de faire crever leur jeunesse et en plus maintenant, ils nous envoient de l’immigration“.

Questionné sur le projet de loi Asile et Migration, qui sera soumis ce mercredi au Conseil des ministres français, le vice-président du FN, déclare, droit dans ses bottes, que rapatrier les migrants économiques est une “évidence“. Mais il se défend de remettre en cause “le droit d’asile” en direction des réfugiés politiques “persécutés dans leurs pays“.
Nous ne pouvons plus accueillir des migrants supplémentaires” en France, affirme-t-il, arguant le poids des dépenses pour les citoyens français.

Un écran de fumée

La question de l’immigration est le fonds de commerce de tous les mouvements d’extrême droite en Europe, donc la France n’est pas une particularité en la matière. D’ailleurs en Allemagne, le poids lourd de l’Union européenne, les déboires de la chancelière Angela Merkel ont commencé quand le Pegida a commencé à surfer sur les problèmes quasiment existentiels que posait l’accueil de centaines de milliers de migrants syriens et irakiens. Ce qu’Aliot se garde bien de dire, c’est que son pays, la France, aspire aussi de brillants médecins, chercheurs, ingénieurs, informaticiens… D’ailleurs ces dernières années combien de médecins tunisiens – et pas les plus mauvais ! – ont filé vers l’Hexagone ? Le chef de l’Etat français, Emmanuel Macron, assume d’ailleurs ce virage vers davantage de migrants, mais des migrants “bien choisis“, exactement comme le font les Etats-Unis et le Canada. De ce point de vue la France a beaucoup de trains de retard, que Macron a manifestement l’intention de rattraper. Cette facilitation des visas pour les étudiants n’a pas d’autre but.

La France certes est très préoccupée par son rayonnement culturel, la défense de la francophonie face à un anglais très conquérant, mais il y a aussi des impératifs économiques incontestables : Attirer les cerveaux du monde entier, notamment d’Afrique, pour espérer en garder le plus et assurer le sursaut de la 5ème puissance économique du monde. On ne peut pas le lui reprocher, les pays émetteurs de migrants n’ont qu’à faire ce qu’il faut pour retenir leurs élites et leurs plus brillants étudiants !

Pour faire le tour de la question, rappelons les derniers chiffres de l’INSEE en la matière, qui datent de 2013. D’après ces données, environ 30% des immigrés (légaux et illégaux) en France sont originaires du Maghreb. On avait dénombré 760.000 Algériens, 710.000 Marocains et 259.000 Tunisiens en France en 2013. Les Algériens formaient 13% du total des immigrés en France, les Marocains 12,2% et les Tunisiens 4,4%. Ce n’est pas négligeable, certes, mais ce n’est pas non plus cette invasion que le FN veut installer dans les têtes des Français dits, improprement d’ailleurs, de souche. Il faut relativiser, dans une population de près de 67 millions, quelques centaines de milliers d’immigrés ne devraient remuer personne, surtout quand ils ont un poids évident dans l’économie du pays…

par -

Le président français, Emmanuel Macron, était parti d’une bonne intention en faisant une virée dans le 10e arrondissement de Paris pour voir de ses yeux le démarrage de la 33e campagne hivernale des Restos du cœur, un événement très solennel et très populaire, parce que justement initié par le très populaire humoriste Coluche. Tout allait bien, aucune fausse note devant les objectifs des journalistes qui n’en rataient pas une miette. Jusqu’au grain de sable, à la toute fin de la cérémonie.

Macron, en sortant, est alors apostrophé par une femme, une Marocaine, à ce qu’elle dit, au sujet de sa politique pour le droit d’asile. Et là sur le film diffusé par CNews, on a vu un chef d’Etat glacial, le visage fermé, rien à voir avec la bonhommie qu’il nous sert d’habitude, rétorquer sèchement à la dame : «Si vous n’êtes pas en danger, il faut retourner dans votre pays“, avant d’ajouter, sur le même ton, “On prend notre part, mais on ne peut pas prendre toute la misère du monde, comme disait Michel Rocard». La femme rebondit alors en affirmant que ses parents sont malades et qu’ils résident en France. Là le président réplique u’il voudrait que la France «protège tous les gens qui relèvent de l’asile, qui ne sont pas en sécurité chez eux (..). Mais après, on ne peut pas accueillir tous les gens qui viennent sur des visas ou de commerce ou d’étudiant ou qui restent après. Donc, après, il faut retourner dans son pays. Si vous n’êtes pas en danger, il faut retourner dans votre pays. Et au Maroc, vous n’êtes pas en danger». Une posture très dure que ne renierait pas l’ancien président français Nicolas Sarkozy, dont les dérapages avaient fini par lasser ses électeurs…

Les mots de Macron, qui plus est à l’occasion du lancement de la plus grosse campagne du pays pour secourir les plus démunis dans la rudesse de l’hiver, ne passent pas. L’ancienne ministre Aurélie Filippetti les a qualifiés, sur RTL, de «mauvais symbole». Elle a déclaré ceci : «On voit qu’il a toujours un double discours. À la fois dans les instances européennes, il dit il faut accueillir plus de réfugiés et en même temps quand il se trouve face à une dame qui est aux Restos du cœur, donc qui est dans la misère et qui a du mal à avoir des papiers alors qu’elle souhaite vraiment les obtenir. Il est dans la fermeture et le manque d’empathie».

La dernière opération “4 vérités” de Macron remonte au sommet du G20, en juillet 2017, quand il avait asséné que les femmes du continent africain plombent le développement en faisant trop d’enfants. Avant cela il y a eu sa blague plus que douteuse sur les migrants aux Comores. Sarkozy était passé maitre dans les sorties de route de ce type, on sait comment il a fini…

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est préoccupé de l’évolution rapide de la situation humanitaire dans la région du Kasaï, en...

Reseaux Sociaux

SPORT