Tags Posts tagged with "échec"

échec

par -

La Poste Tunisienne a annoncé vendredi dans un communiqué, qu’elle n’est pas parvenue à une solution à la crise déclenchée par l’incarcération du chef du poste de tri de Tozeur, Ahemed Othman, dans la prison civile de Gafsa, et ce malgré toutes les tentatives menées par l’Administration et l’autorité de tutelle dans le cadre de la défense des intérêts de l’entreprise et de ses employés.

La Poste ajoute qu’elle s’emploie à se concerter avec les différentes parties concernées en vue de la réouverture de certains bureaux de poste dans nombre de régions, appelant toutes les parties à s’imprégner du sens de responsabilité pour surmonter cette situation tendue qui entrave le fonctionnement normal de l’établissement public.

par -

On n’a pas encore sonné le glas du gouvernement de Habib Essid, même si son crédit a été sérieusement entamé par la sortie du président de la République, mais déjà les parties impliquées dans cette affaire préparent leurs arguments de défense au cas où on pointerait du doigt leur responsabilité dans ce naufrage collectif. Le premier à sortir du bois est le leader d’Ennahdha, Rached Ghannouchi.

Hier dimanche 05 juin dans la soirée, il a déclaré dans un entretien avec la chaîne Nessma Tv : ” nous assumons une part de l’échec, proportionnellement à notre poids dans le gouvernement. Si nous devons assumer une plus grande part, il faut que notre participation soit plus importante ». A propos de l’éventuel départ du chef du gouvernement, Habib Essid, il a déclaré qu’Ennahdha l’a appuyé, sur la base de son abnégation et de ses vertus morales, et continuera à l’appuyer tant qu’il recueille la confiance du chef de l’Etat et de Nidaa Tounes.

S’agissant de la proposition du président de la République, la formation d’un gouvernement d’union nationale, Ghannouchi a déclaré : « nous avons salué cette initiative, qui s’inscrit dans la politique globale de consensus. Cette initiative a permis de rétablir l’équilibre de la scène politique. D’ailleurs M. Caïd Essebsi a présenté plusieurs indicateurs économiques, qui sont inquiétants, mais non désespérants.

Sur un tout autre sujet, les rapports entre l’Islam et la démocratie, le président d’Ennahdha a déclaré : « on dénonce catégoriquement le terrorisme, qui représente une mauvaise interprétation de l’Islam. D’autre part on considère que l’Islam n’est pas en contradiction avec la démocratie, ces deux concepts se marient parfaitement. Tous les membres d’Ennahdha croient en la démocratie et rejettent toutes les formes de violence ».

Par ailleurs il a affirmé : « nous n’avons pas changé, nous avons évolué. Nous sommes tous musulmans. Nous avons dépassé la problématique de l’identité et notre combat actuel est d’assurer un Etat moderne et un niveau de vie respectable. Ennahdha est plus ouvert plus que jamais à l’ensemble des Tunisiens, quelle que soit leur religion».
Enfin il a dit que l’Islam s’est imposé comme un acteur principal de la scène politique internationale et qu’on ne peut plus le bailloner.

par -

Décidément rien ne réconciliera l’Iran et l’Arabie saoudite, pas même le sacro-saint pèlerinage à la Mecque. En effet les émissaires iraniens, dépêchés au royaume des Saoud pour trouver des points de convergence à même de permettre aux Iraniens de sacrifier au rituel du “hadj” ont fait chou blanc, Riyad étant resté intraible sur le différent qui oppose les deux pays, rapporte la presse saoudienne.

“Vendredi à l’aube, la mission iranienne a exprimé le souhait de rentrer dans son pays sans signer les minutes des arrangements”, a dit l’agence de presse saoudienne SPA, bien sûr avec un parti pris qui se voit comme le nez au milieu de la figure. Abdoulmohsen Alias, secrétaire d’Etat saoudien à l’information, en a rajouté une louche en critiquant ce qu’il considère comme un “manque de sérieux” des représentants iraniens. Il a déclaré, lors d’un entretien avec l’agence Reuters : “Il s’agit d’une nouvelle tentative de leur part pour politiser le hadj”.

Les autorités des deux pays butent toujours sur des garanties après le carnage de la dernière édition du “hadj” où plus de 2.000 pèlerins, dont 464 Iraniens, avaient trouvé la mort, écrasés dans une monumentale bousculade. Une tragédie, vous l’imagiez bien, qui n’a pas soigné les relations entre les deux pays, déjà très abimées. En effet les deux puissances régionales ne cherchent même plus à mettre sous le tapis leur animosité et ne se font aucun cadeau quand il s’agit de disputer la suprématie dans la région. En Syrie, au Yémen et au Liban, Téhéran et Riyad mènent une guerre interposée, au risque de faire sauter l’équilibre précaire de toute la région.

Depuis janvier 2016, les liens diplomatiques entre les deux nations sont complètement rompus suite à l’exécution d’un dignitaire chiite en Arabie saoudite. Mais comme elles sont obligées de se parler, vu les choses qui les lient de fait, alors elles ont fait appel à la Suisse pour servir d’émissaire. L’histoire ne nous dit combien les Suisses sont rémunérés pour jouer les bons offices.

En tout cas ce qu’on retient pour le moment c’est que c’est le deuxième échec cuisant des négociations en 15 jours. Rien pour le moment pour calmer l’inquiétude des autorités iraniennes, qui en restent à leur position de ne pas envoyer de pèlerin cette année.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Appelé «bulldozer de la finance» par notre confrère Business News, à 48 ans et des dizaines d’entreprises introduites sur la cote de la bourse...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT

Programme de la 5e journée de l'Europa League de football qui sera disputée le jeudi 23 novembre (en heures GMT): Groupe F (18h00) Lokomotiv Moscou (RUS) -...