Tags Posts tagged with "élimination"

élimination

par -

Une conférence de presse s’est tenue le 19 juin à 10h30 à l’occasion du séminaire sur l’élimination du plomb dans la peinture en Tunisie, sous l’initiative du programme financé par l’UE SwitchMed, et à l’issue de laquelle un plaidoyer a été engagé par la société civile pour la substitution du plomb dans la peinture industrielle en Tunisie. Cet événement avait pour but d’amener les professionnels et les décideurs à s’engager volontairement à switcher vers une consommation et une production propre.

Pourquoi switcher ?

«Ce programme pilote a été lancé à partir des études de cas réalisés sur les produits toxiques, dont le plomb, ingrédient utilisé pour rehausser la couleur de la peinture», a indiqué Kimberley de Miguel, project Manager à Scprac, Centre d’activités régionales pour la production propre, l’un des six centres d’activités régionales (CAR) du Plan d’action pour la Méditerranée (PAM). Les études ont montré que différents dangers découlent de l’utilisation de cette substance toxique. Sara Brosché, science advisor and campaign manager à International POPs Elimination Network (IPEN), a informé que le plomb altère, d’une part, le développement mental des enfants et inclut, d’autre part, un risque pour les adultes d’être affectés par des maladies cardiaques.

Rachid Nafti, coordinateur projet MedTest/SwitchMed, a mis en relief les bonnes pratiques du projet pilote lancé en Tunisie. L’application de ce programme montre que la transition vers une peinture sans plomb est bénéfique aussi bien pour les entreprises opérant dans ce secteur, que pour les consommateurs. Concrètement, rien qu’en changeant l’utilisation de peinture liquide par une peinture poudre, la perte de la matière et la consommation de l’énergie ont diminué de respectivement 8% et 40%. Le temps de séchage de la peinture et de nettoyage de la cabine a été également réduit. En plus, grâce à la substitution du procédé de phosphatation par conversion nano céramique, les coûts d’énergie ont chuté de 30 à 50%, et d’épuration de 20 à 40%.

Les professionnels plaident pour une réglementation

Bien que des acteurs internationaux et de la société civile déploient une louable énergie pour éliminer le plomb de la peinture, l’engagement de l’Etat tunisien reste insuffisant. Ceci se traduit déjà par la non réglementation du secteur. Intervenant lors du séminaire, Abdelmajid Elkosantini, président de la chambre syndicale des producteurs de peintures industrielles, affiliée à l’UTICA, accuse le manque de réglementation comme la principale entrave à la substitution du plomb dans la peinture tunisienne. La prise de conscience et les actions sont engagées chez les fabricants organisés précise-t-il. “A cause de la non réglementation, les fabricants non organisés utilisent encore des produits toxiques, et qui sont présents sur le marché local. Et ceci ne peut être freiné qu’avec des textes de loi. Au niveau de l’UTICA nous faisons le nécessaire, nous mobilisons et sensibilisons nos membres autour de cette cause, mais nous n’avons pas de pouvoir pour contraindre les autres fabricants à switcher” ajoute Abdelmajid Elkosantini. Il déplore par ailleurs le manque d’encadrement dans plusieurs entreprises, qui ne sont pas encore conscientes de tous les enjeux et n’ont pas de vision à long terme.

Que se passe-t-il du côté de l’Etat ?

Signe d’un engagement de la part du gouvernement, l’ouverture officielle a été assurée par Slim Feriani, ministre de l’Industrie et des PME. Le ministre a indiqué que notre pays s’est inscrit à l’Alliance mondiale pour l’élimination des peintures au plomb dans le but de promouvoir un arrêt progressif de la fabrication et de la commercialisation de peintures contenant du plomb. Il a rappelé que les actions menées se résument en trois points : la mise en place de cadres réglementaires adaptés, afin de mettre un terme à la fabrication, l’importation, l’exportation, la vente et l’utilisation de peintures au plomb et de produits recouverts de peinture au plomb, la sensibilisation des fabricants, des consommateurs, des travailleurs, des syndicats et des professionnels de la santé, pour qu’ils prennent conscience de la toxicité du plomb dans les peintures et de la disponibilité de produits de remplacement techniquement supérieurs et plus sûrs et le renforcement des activités de recherche et développement, afin de trouver des solutions technologiques innovantes pour substituer le plomb par d’autres produits non nocifs et écologiques.

Slim Feriani a rappelé que l’industrie de la peinture en Tunisie fait partie du secteur de la chimie qui compte 575 entreprises, plus de 10% du tissu industriel tunisien, dont 139 sont totalement exportatrices. Le secteur offre une capacité d’emplois de 53000, soit 10% du total des emplois industriels, et en 2017 le secteur a exporté pour une valeur de 2300 MD.

Le ministère des petites et moyennes entreprises gère un programme national appelé Programme national de la recherche et de l’innovation (PNRI). En 2012, le programme a financé un projet de recherche collaborative pour la substitution des peintures, laques et vernis à base de solvants organiques nocifs, par des peintures et vernis à base d’eau. «Cette solution est commercialisée et fabriquée en Europe et présente un coût relativement bas, maîtriser cette technologie permettrait sans aucun doute de développer le produit pour une utilisation massive en Tunisie», explique le ministre.

Le programme a contribué jusqu’à maintenant au financement de 46 projets de recherche dans le cadre de ce mécanisme traitant plusieurs thématiques qui répondent à des défis écologiques et environnementaux. Certains ont été clôturés avec des résultats prometteurs assortis de brevets et de prototypes industriels exploités.

Le représentant et conseiller de Riadh Mouakher, ministre des Affaires Locales et de l’Environnement a déclaré que l’élimination du plomb de la peinture contribuera à la réalisation de la cible 3.9 de l’ Objectif De Développement Durable qui prévoit de diminuer le nombre de décès et de maladie dus à des substances chimiques dangereuses

Un projet pilote est également en cours de mise en oeuvre dont l’objectif est de promouvoir un arrêt progressif de la fabrication et de la commercialisation des peintures contenant du plomb. Un guide technique destiné aux industriels a été élaboré.

La Tunisie a opté pour une démarche concertée visant à aboutir à un cadre réglementaire contraignant l’utilisation du plomb. Cette action entrera dans la politique nationale en matière de gestion des produits chimiques et des déchets dangereux

En marge du séminaire, la Représentante du Ministère de la santé (Agence d’évaluation des risques) a déclaré aux médias qu’une enquête mandatée par l’Association de l’éducation environnementale pour les futures générations AEEFG est en cours d’élaboration pour évaluer la qualité de la peinture à usage domestique, mise sur le marché tunisien, analyser le plomb et ses composés volatiles. Les résultats seront dévoilés dans un mois. Affaire à suivre.

par -

La Tunisie, sur les starting-blocks avec le Sénégal, le Nigéria et le Bostwana, avait toutes ses chances pour accueillir les Jeux de la Jeunesse d’été en 2022. En effet Tunis a présenté un dossier béton, très séduisant, mais voilà, le CIO (Comité international Olympique) n’en veut pas, selon Francs Jeux. La raison ? La candidature du pays du jasmin a été fatalement impactée par l’incident qui a émaillé les championnats du monde juniors de taekwondo, à Hammamet, le mois dernier. Pour rappel, le Tribunal de première instance de Tunis avait contraint le président de la Fédération tunisienne de taekwondo à barrer la route à quatre jeunes athlètes israéliens. En fait, c’est un groupe d’activistes qui avaient saisi le Tribunal. L’opinion publique a oublié depuis et est passée à autre chose – il est vrai que les sujets ne manquent pas ! -, mais pas le CIO….

Christophe Dubi, le directeur des Jeux olympiques au CIO, a confirmé, jeudi 3 mai 2018 à Lausanne, l’élimination de la Tunisie de la course pour accueillir l’édition 2022 des Jeux de la Jeunesse. «Nous ne prendrons pas en compte le dossier tunisien pour les Jeux de la Jeunesse tant que le pays ne pourra pas garantir les conditions de participation de tous les athlètes

Rendez-vous en octobre 2018 pour connaitre le pays qui va profiter de la disgrâce de la Tunisie, mais une chose est sûre, les jeux se feront en Afrique…

par -

Le Pentagone a annoncé hier vendredi 02 juillet l’élimination de deux gros poissons du groupe Etat islamique (EI). Ils ont trouvé la mort dans une frappe de la coalition pilotée par les USA aux environs de Mossoul, dans le nord de l’Irak.

Une frappe aérienne le 25 juin 2016 «a tué Basim Mohammed Sultan al-Bajari, le ministre de la guerre adjoint du groupe l’EI et Hatim Talib al-Hamduni, un commandant militaire à Mossoul», a précisé le porte-parole du Pentagone, Peter Cook, dans un communiqué. Ils faisaient partie des «principaux responsables militaires de l’EI dans le nord de l’Irak», a-t-il ajouté.

Il dit d’Al-Bajari que c’était un «terroriste expérimenté, ancien membre d’Al-Qaïda». D’après lui «il a supervisé l’offensive du groupe EI en 2014 pour prendre Mossoul, et a aussi mené le bataillon Jaysh al-Dabiq, connu pour utiliser les véhicules piégés, les kamikazes et le gaz moutarde dans ses attaques».

Hatim Talib al-Hamduni quant à lui faisait partie des dirigeants de la police militaire, d’après Peter Cook. Il a déclaré dans le communiqué que cette intervention permet de «préparer le terrain pour que les forces irakiennes puissent libérer Mossoul avec le soutien de la coalition».

Cette opération fait partie de la stratégie d’élimination des chefs djihadistes pour décapiter Daech. Les dirigeants sont exécutés à un rythme de «un tous les 3 jours», s’était récemment réjoui devant le Congrès américain Brett McGurk, l’envoyé spécial de la Maison Blanche auprès de la coalition.

par -

Le ministère de la Défense a annoncé dans un communiqué rendu public ce jeudi 19 mai 2016 qu’une brigade des forces spéciales a réussi à mener une embuscade vers 22 heures 30 au niveau de la région d’Aïn Zina 2 au niveau de la zone militaire fermée au Mont Mghila.

Lors de cette opération, un des terroristes les plus dangereux, Seifeddine Jammali alias Abou El Kaâkaâ appartenant au groupe Jund Al Khilafa qui a prêté allégeance à Daesh a été éliminé. Des armes et du matériel militaire ont été saisis.

D’autres détails sur cette opération seront communiqués ultérieurement, annonce le ministère de la Défense dans le même communiqué.

FOCUS 🔍

La BIAT, qui apporte depuis s plusieurs années, un soutien à la culture et aux industries créatives allant au-delà du mécénat, a lancé une...

Le meilleur des RS

Notre rubrique «Le meilleurs des réseaux Sociaux », début de la saison estivale oblige, choisit de mettre en lumière une initiative citoyenne, soutenue par un...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

Cela faisait trois ans que Barack Obama n'avait pas foulé la terre de ses ancêtres. Depuis dimanche, l'ancien président américain est au Kenya, pays...

Reseaux Sociaux

SPORT