Tags Posts tagged with "engagement"

engagement

par -

C’est avec une intense émotion que j’ai assisté hier au dernier congrès de l’UTICA en tant que Présidente. Ce fut un grand honneur pour moi de servir cette grande organisation“. C’est qu’on a pu lire dans un statut publié sur son compte facebook par la désormais ex-présidente de la centrale patronale, Wided Bouchamaoui.

J’ai accompli cette mission avec tout l’engagement qu’elle méritait, et je suis très fière d’avoir porté les valeurs de l’UTICA durant ces six années et demie. Après une longue et mûre réflexion, j’ai décidé de passer le flambeau, car lorsque nous sommes imprégnés de la culture démocratique, il faut bien assimiler le principe de la relève et l’appliquer“, a-t-elle dit.

J’en profite au passage pour remercier tous les membres et cadres de l’UTICA et les collaborateurs qui m’ont accompagnée et soutenue durant mes mandats, même si parfois les conditions étaient compliquées et les décisions à prendre difficiles. Toutes mes félicitations à Samir Majoul et tous mes vœux de réussite au nouveau bureau exécutif élu qui, je suis sûre, portera haut les valeurs de l’UTICA et continuera à défendre l’entreprise Tunisienne et le tissu économique“, a-t-elle ajouté.

par -

On se doutait que le prêt de 2,9 milliards de dollars accordé par le Fonds monétaire international (FMI) à la Tunisie était assorti de conditions et d’engagements de la part des autorités du pays. C’est la loi du genre, le FMI, sans être à proprement parler une banque, en a quand même quelques tics, du genre assortir ses crédits de conditions pour s’assurer que l’Etat emprunteur se donne les moyens de rembourser. C’est ce qui permet au fonds d’être viable dans la durée et de continuer à peser dans la direction des affaires du monde, notamment chez les pays émergents et sous-développés. L’autre raison pour laquelle le FMI fixe le cadre de ses prêts est d’ordre disons politique et géostratégique. Cet aspect est lié au fait que derrière le FMI il y a des Etats, et ces derniers défendent avant tout des intérêts. Et ils ont effectivement intérêt à ce que les pays moins avancés restent stables et relativement prospères, ne serait-ce que pour la continuité des échanges commerciaux, du business en gros. Comme le disait si bien le général de Gaulle, “les États n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts”.

Tout le monde se demandait ce que la Tunisie avait bien pu concéder pour que le FMI, encore fois, malgré les signaux très inquiétants émis par l’économie du pays, accepte d’ouvrir le robinet. L’institution a publié très récemment un document qui éclaire nos lanternes sur les engagements de la Tunisie. Dans le document on trouve le rapport des services du FMI, qui avait été présenté au Conseil d’administration en mai 2016. Ce document contient les politiques économiques définies par le gouvernement de Habib Essid, en échange du prêt du FMI, dans le cadre du mécanisme élargi de crédit.

Le FMI apporte de l’eau au moulin de la BCT

S’agissant des politiques monétaires et de change, les autorités tunisiennes ont pris l’engagement de conduire une politique monétaire prudente, qui tient compte des aléas conjoncturels. D’après le gouvernement, le maintien de la tendance à la baisse de l’inflation, une hausse raisonnable du volume de l’emprunt public et une activité économique très en deçà de son potentiel apportent de l’eau à son moulin et plaident en faveur de la politique monétaire menée actuellement (qui est étalonnée sur un taux d’intérêt réel positif de 1%). Selon les autorités tunisiennes, les faibles pressions inflationnistes suite aux dernières vagues de hausse des salaires confortent cette orientation.

Toutefois les services du FMI ont insisté sur le fait qu’il faille conserver un taux d’intérêt réel positif de manière à fixer les anticipations inflationnistes et anticiper des pressions probables vers la dépréciation. Ils soutiennent la posture de la BCT de revoir la baisse des taux d’octobre 2015 si les pressions inflationnistes refont surface.

Mieux cerner l’inflation, une bataille à gagner

Les autorités tunisiennes ont également pris l’engagement de viser les avoirs intérieurs nets de manière à garder le gonflement de la masse monétaire au même niveau que l’objectif d’inflation, du moins jusqu’à ce qu’on ait une nette idée de l’inflation.

Le document table également sur une amélioration des prévisions des liquidités et la consolidation du mécanisme de garanties pour renforcer les dispositifs de transmission monétaire et la gestion des liquidités bancaires.

Enfin le rapport du FMI recommande à la BCT de mieux diffuser ses grands objectifs et ses engagements en matière de politique économique ; il suggère également d’assouplir le taux de change et d’adopter un dispositif de contrôle fondé sur les risques, de manière à donner corps à un véritable mécanisme de ciblage de l’inflation.

Reste à savoir ce que le gouvernement d’unité nationale en gestation, sous la houlette de Youssef Chahed, va faire pour rester dans les clous des engagements pris par la précédente équipe…

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

Le chef d’entreprise et responsable syndical Rafaa Ennaifer est , à bon droit, vert de rage, à la vue d’articles vestimentaires tunisiens, vendus dans...

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Nous apprenons que le président égyptien, Abdelfattah Al Sissi et le maréchal Khalifa Haftar n’assisteront pas à la réunion plénière de la rencontre internationale...

Reseaux Sociaux

SPORT