Tags Posts tagged with "épidémies"

épidémies

par -

La vague d’épidémies de choléra qui balaie l’Afrique a déclenché la plus vaste campagne de vaccination contre le choléra jamais vue, avec plus de deux millions de personnes à travers le continent qui s’apprêtent à recevoir le vaccin oral contre le choléra (OCV).

Les vaccins en provenance du stock mondial financé par Gavi, l’Alliance du Vaccin sont utilisés pour mener cinq grandes campagnes, en Zambie, en Ouganda, au Malawi, au Soudan du Sud et au Nigeria. Les campagnes, qui devraient s’achever mi-juin, sont mises en œuvre par les ministères de la santé de ces pays avec le soutien de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et des partenaires du Groupe spécial mondial de lutte contre le choléra (GTFCC), essentiellement en riposte aux récentes épidémies de choléra.

En quinze ans, de 1997 à 2012, à peine 1,5 million de doses de vaccins contre le choléra avaient été utilisées dans le monde. Rien qu’en 2017, près de 11 millions de doses ont été distribuées, de la Sierra Leone au Bangladesh, en passant par la Somalie. Au cours des quatre premiers mois de 2018, ce sont plus 15 millions de doses dont l’utilisation mondiale a déjà été approuvée.

« C’est une riposte d’une ampleur sans précédent à la vague d’épidémies de choléra qui traverse l’Afrique », a déclaré le Dr Seth Berkley, Directeur exécutif de Gavi, l’Alliance du Vaccin. « Nous avons travaillé dur pour constituer le stock et avoir suffisamment de vaccins pour être prêt à pratiquement toute éventualité. Mais vu le nombre croissant de personnes qui succombent actuellement à cette maladie terrible, mais évitable, il est plus que jamais évident qu’il est nécessaire d’améliorer la qualité de l’eau et de l’assainissement : c’est la seule solution durable à long terme aux épidémies de choléra. »

Par l’intermédiaire de son Bureau régional pour l’Afrique, l’OMS fournit régulièrement un appui technique et opérationnel aux pays d’Afrique, souvent affectés par le choléra. En particulier, depuis le début de l’année 2018, l’OMS collabore étroitement avec les ministères de la santé des cinq pays concernés à qui elle apporte expertise technique et conseils pour organiser et mettre en œuvre les campagnes de vaccination avec l’aide des différents partenaires. Cela fait partie de l’initiative mondiale visant à réduire de 90% le nombre de décès dus au choléra d’ici 2030.

« Les vaccins oraux jouent un rôle essentiel dans notre lutte contre le choléra », a reconnu le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. « Mais ce n’est pas tout ; cela ne suffit pas pour assurer la sécurité des populations. Tous les jours, l’OMS et ses partenaires sauvent des vies en améliorant l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, en établissant des centres de traitement, en livrant des fournitures, en donnant des conseils en matière de santé publique, en formant les agents de santé et en œuvrant à la prévention aux côtés des communautés ».

De nombreux pays africains paient toujours un lourd tribut au choléra. En date du 7 mai, de nombreux pays sont confrontés à des épidémies de choléra : au moins 12 régions ou pays d’Afrique subsaharienne font état d’une transmission active de la maladie. Ce qui se passe actuellement avec les vaccins oraux contre le choléra montre qu’avec une forte mobilisation des pays et des partenaires, il est possible de s’attaquer efficacement à la maladie si l’on dispose des moyens nécessaires.

« Le choléra resurgit à chaque saison des pluies et dévaste les communautés à travers l’Afrique », a ajouté le Dr Matshidiso Moeti, Directeur régional de l’OMS pour l’Afrique. « Avec cette campagne historique de vaccination, les pays de la région montrent leur détermination à arrêter l’hécatombe due au choléra. Nous devons tirer parti de cette dynamique pour mettre en place une approche multisectorielle et veiller à ce que toute la population ait accès à l’eau potable et à un système d’assainissement, où qu’elle soit ».

par -

Des dizaines de centres médicaux soutenus par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans des zones de conflit au Soudan risquent de fermer faute de financement, mettant près d’un million de personnes à la merci de probables épidémies, rapporte Africannews.

Onze cliniques ont déjà arrêté de fonctionner au Darfour et dans les Etats du Nil Bleu et du Kordofan-Sud, où des années de conflit entre les forces gouvernementales et des rebelles ont chassé de chez eux des dizaines de milliers de personnes.

L’OMS a besoin de quelque sept millions de dollars (6,7 millions d’euros) pour faire fonctionner l’année prochaine les cliniques qu’elle soutient, dont plus de la moitié se trouvent au Darfour, précise la même source.

 

FOCUS 🔍

La BIAT, qui apporte depuis s plusieurs années, un soutien à la culture et aux industries créatives allant au-delà du mécénat, a lancé une...

Le meilleur des RS

Notre rubrique «Le meilleurs des réseaux Sociaux », début de la saison estivale oblige, choisit de mettre en lumière une initiative citoyenne, soutenue par un...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux