Tags Posts tagged with "Faez Sarraj"

Faez Sarraj

par -

Le chef du gouvernement Habib Essid a effectué une visite non annoncée vendredi en Libye, la première d’un chef du gouvernement ou d’Etat étranger suite à l’installation du Conseil de la présidence du gouvernement d’entente national dans la capitale Tripoli.
Le premier ministre désigné Faez Sarraj a mis en exergue la symbolique de cette visite qui, a-t-il noté, e manquera pas de dynamiser les relations de la Libye avec son environnement régional et contribuera à raffermir les relations entre les deux pays.
Au cours de cette visite, Habib Essid a de nouveau affirmé le soutien de la Tunisie au gouvernement Sarraj pour réussir la phase transitoire.
Coprésidant une conférence de presse, Essid a Souligné que la Tunisie se tient aux côtés du gouvernement
libyen et appuie ses efforts pour réussir une transition démocratique « délicate ».
Le rôle de la Tunisie, a-t-il poursuivi, consiste à aider les frères libyens à atteindre les objectifs escomptés, soulignant que ce qui se passe en Libye reste une affaire interne.
La visite du chef du gouvernement a été l’occasion de s’entendre sur plusieurs questions conomiques, sociales et sécuritaires d’intérêt commun, dont la réouverture de la représentation diplomatique tunisienne à Tripoli avant fin mai courant.
Les deux parties ont convenu, également, d’approfondir et de développer la coordination sécuritaire dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et la contrebande, en matière d’entraînement et d’échange de renseignement.
Il s’agit, aussi, d’aplanir les difficultés rencontrées au niveau du poste frontalier de Ras Jedir, à travers la création de commissions mixtes pour étudier les mesures sécuritaires aux points de passage frontaliers et
la reprise des vols aériens depuis et vers l’aéroport de Tunis-Carthage.
Pour rappel, le poste Ras Jedir a été fermé à maintes reprises aussi bien du coté tunisien que libyen
suite aux évènements de Ben Guerdane début mars dernier, mais aussi en raison de la situation en Libye.
Issu de l’Accord politique de Skhirat couronnant plusieurs mois de négociations sous la conduite des Nations Unies, le gouvernement Sarraj est arrivé fin mars à Tripoli, mais est toujours en attente d’être validé par le Parlement libyen installé à Tobrouk (Est).

par -

La Tunisie soutient le gouvernement d’accord national libyen dans tout ce qu’il entreprend pour la réussite d’une transition « délicate » et la consolidation des fondements de l’Etat libyen, a affirmé vendredi le chef du gouvernement Habib Essid, en visite éclair à Tripoli.
« La question libyenne est une affaire purement libyenne. La Tunisie appuie les Libyens pour qu’ils arrivent à réaliser les objectifs qu’ils se sont fixés », a-t-il déclaré dans une conférence de presse au siège temporaire du gouvernement d’accord national sur une base de la marine libyenne, à l’issue d’une rencontre avec le premier ministre désigné Faez Sarraj. Issu de l’Accord politique de Skhirat couronnant plusieurs mois de négociations sous la conduite des Nations Unies, le gouvernement Sarraj est arrivé fin mars à Tripoli, mais est toujours en attente d’être validé par le Parlement libyen installé à Tobrouk (Est).
Le gouvernement d’accord national a à jouer un rôle « historique » pour asseoir les fondement de l’Etat, le rétablissement de la sécurité et la lutte contre le terrorisme, a ajouté Essid qui était arrivé plus tôt dans la journée dans la capitale libyenne pour une visite non annoncée de quelques heures.
Par ailleurs, le chef du gouvernement a indiqué que les procédures de réouverture du consulat tunisien à Tripoli sont en cours.
Fermé le 19 juin 2015 à la suite de l’enlèvement de dix membres du consulat par une milice armée, « le consulat sera rouvert dans les meilleurs délais », a-t-il ajouté. Des commissions mixtes seront formées pour étudier les mesures sécuritaires aux points de passage frontaliers et la reprise des vols aériens depuis et vers l’aéroport de Tunis-Carthage, a de son côté déclaré Sarraj. Pour des raisons sécuritaires liées à la situation en
Libye, les avions libyens ne sont pas autorisés à atterrir à l’aéroport de Tunis-Carthage. La région fait face à des défis majeurs qui requièrent une coordination politique, économique et sécuritaire, a affirmé Sarraj, soulignant la nécessité d’une intensification de la coordination sécuritaire et antiterroriste entre les deux pays.

TAP

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux