Tags Posts tagged with "Forum du futur"

Forum du futur

par -

Le Forum du Futur a souligné la nécessité de parvenir à un accord à large bande sur les grands choix économiques et sociaux fondamentaux pour consolider la démocratie en Tunisie  et créer un nouveau processus de développement capable de hausser le niveau de croissance et de développer la productivité.

Le Forum du Futur,  qui a récemment eu lieu à Tunis à l’initiative de l’Association tunisienne des économistes a mis l’accent sur un certain nombre de choix fondamentaux en matière de justice sociale, l’intégration, le rôle du secteur privé, le développement régional et la réforme des institutions de l’Etat et les relations sociales entre travailleurs et employés.

Ceci a été annoncé dans la déclaration du Forum dont les points ont été présentés par Mustapha Kamel Nabli et Mohammad Haddar comme suit :

                  – la nécessité de la réalisation d’un large consensus autour des Grands Choix Economiques et Sociaux du pays ; ce qui constitue non seulement le fondement mais aussi un préalable à la consolidation du processus démocratique. Ces choix doivent faire l’objet d’un consensus entre les acteurs politiques, les partenaires économiques et sociaux et la société civile en vue de tracer les grandes lignes des réformes susceptibles de permettre le décollage économique et le progrès social. Dans le cadre de ces choix, les possibilités de la compétition entre les partis politiques restent entières.

                   – la mise en place d’une vision nouvelle de développement inclusif, portant les taux de croissance à des niveaux élevés et prenant en compte les changements démographiques qui exigent la hausse du taux de participation des femmes dans la population active de 28% actuellement à 40% et plus en 2040.

                   – Une augmentation du taux de croissance de la productivité, ce qui nécessite une hausse importante du taux d’investissement national et des réformes profondes des institutions publiques et privées, d’une part, et l’amélioration de l’efficacité globale de la société dans l’utilisation des capacités et moyens disponibles, d’autre part. En l’absence de tels gains de productivité, le taux de croissance global ne dépasserait pas 2,5 à 3% par an.

                       A l’issue des discussions, un consensus s’est dégagé sur les choix fondamentaux économiques et sociaux suivants:

       * En matière de justice sociale et d’inclusion

            1- Adopter la consolidation des approches inclusives comme une priorité en matière l’emploi décent des femmes, des jeunes et dans les régions. Ceci contribuerait à la stabilité politique et sociale, la croissance économique et la réussite de la transition démocratique.

            2- Adopter une nouvelle approche pour éradiquer la pauvreté et l’analphabétisme dans des délais raisonnables, par la restructuration et la rationalisation des programmes sociaux – peu efficaces- pour mieux cibler les bénéficiaires (dépenses de compensation, programmes d’aide sociale et de développement régional). Cette approche permettrait de renforcer “l’empowerment” économique et la sortie de la pauvreté des familles concernées, en même temps que la lutte contre certains phénomènes sociaux tels que l’abandon scolaire, le travail des enfants et le travail informel.

            3- Considérer le développement des ressources humaines et l’égalité des chances dans l’accès à des services de qualité, dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de la formation comme la base essentielle dans l’élaboration des politiques les concernant.

            4- Œuvrer, au vu d’un niveau de pression fiscale relativement élevé, à sa redistribution entre les différents groupes de contribuables, conformément aux principes d’équité et de justice fiscale. Cette réforme doit être également accompagnée par une restructuration de l’administration fiscale pour une meilleure efficacité de ses interventions.

            * Concernant le rôle du secteur privé

            5- Renforcer le rôle du secteur privé en vue de réaliser des taux de croissance économique élevés, en doublant le taux d’investissement privé dans le P.I.B. à plus de 25%. Ceci nécessite l’encouragement de l’entreprenariat, l’amélioration de l’environnement des affaires (simplification des procédures, suppression des obstacles), l’élargissement des domaines et des champs d’intervention, la diversification et l’amélioration des sources de financement.

            6- Faire évoluer le secteur privé pour qu’il soit plus dynamique et compétitif, en matière de taille des entreprises et leur viabilité, de leur gestion et de leurs relations avec leurs partenaires. Ce renforcement est de nature à contribuer à plus d’innovation, de création de richesses et d’emplois décents, dans le respect des lois sociales et des obligations fiscales.

            * En matière de développement régional

            7- Promouvoir des pôles urbains intégrés, dotés de services de qualité dans tous les domaines, capables d’attirer les investissements et les compétences nécessaires. Cette approche doit s’inscrire dans une politique globale, volontaire et conséquente d’aménagement du territoire, en conformité avec le Chapitre 7 de la Constitution.

            8- Mettre en œuvre une approche commune entre l’Etat, le secteur privé et les partenaires sociaux en vue de réaliser un développement global inclusif et équitable dans les zones de discrimination positive, ce qui exige des dispositifs et des mécanismes d’intervention adéquats pour la création d’entreprises à forte employabilité afin de résorber la crise sociale dans ces régions.

            * Concernant la réforme des institutions de l’Etat

            9- Accorder une grande priorité à la révision profonde de l’Administration Publique selon les principes de la bonne gouvernance pour une meilleure efficacité de ses interventions au service du citoyen et de l’entreprise. Ceci implique la réduction, et autant que possible l’élimination du pouvoir discrétionnaire de l’Administration.

            10- Moderniser le régime de la fonction publique en introduisant la souplesse nécessaire et en se basant sur la compétence dans la fixation du salaire et l’évolution dans la carrière.

            11- Trouver l’équilibre entre les exigences de la neutralité de l’Administration et l’expression de la légitimité politique, afin de pouvoir réaliser les réformes économiques et institutionnelles et garantir l’efficacité de la mise en œuvre et l’évaluation des politiques publiques.

            En matière des relations de travail

            12- Instaurer un cadre de dialogue et de conciliation entre les partenaires sociaux qui régit les relations de travail permettant la réalisation de la paix sociale ; et mettre en place les mécanismes susceptibles de réaliser ces objectifs.

A la fin, les participants au Forum recommandent l’adoption du dialogue économique et social et sa mise en place par les acteurs politiques, les partenaires économiques et sociaux et la société civile en vue d’aboutir à un consensus sur les grands choix économiques et sociaux en cette période cruciale de l’histoire du pays. L’Association Tunisienne des Economistes exprime sa disposition  à participer à toute initiative qui s’inscrit dans ce cadre.

par -
Selon de sources citées par le quotidien Al Maghreb

Mohamed Haddar, président de l’Association des Economistes Tunisiens et Mustapha Kamel Nabli, ancien gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie  et candidat malheureux à la présidentielle de novembre 2014, ont mis sur les rails le Forum du Futur.  La rencontre est prévue les 24 et 25 février 2016 à Tunis.

Pour cette première édition, ils sont choisi le thème “Quels choix économiques et sociaux fondamentaux pour consolider la démocratie en Tunisie”. Ils présentent cet événement comme un lieu d’échanges entre toux ceux qui s’activent dans le développement économique et social de la Tunisie.  Ils attendant de cette manifestations des débats fructueux autour des grandes orientations, des priorités et des réponses aux besoins de la Tunisie dans les prochaines décennies.

On nous annonce les interventions de Mongi Boughzala, Anouar Ben Khelifa, Sofiane Ghali et Habib Zitouna lors de ce forum…

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

La FAO organise en partenariat avec le Centre de Compétences pour les Changements Climatiques (4CMaroc), un atelier d’échange régional sur l’accès au Fonds Vert...

Reseaux Sociaux

SPORT

Le Comité exécutif de l'Union arabe de football (UAFA), a tenu mercredi à Ryadh (Arabie saoudite), une réunion sous la présidence de l'algérien Mohamed...