Tags Posts tagged with "France 2"

France 2

par -

Les autorités gabonaises ont eu la main lourde après ce qu’elles ont considéré comme une offense et une calomnie pour le président Ali Bongo : Un an de suspension pour la chaîne de télévision France 2. C’est le tarif suite à la rediffusion du documentaire explosif intitulé «Le clan Bongo, une histoire française». Un journal d’opposition a également trinqué : Une interdiction de parution de 2 mois, rapporte l’AFP.

Le reportage avait provoqué un tollé lors de son premier passage en juillet 2017. En effet ce film décortique les pratiques de la dynastie Bongo – Omar, le père de l’actuel président, a régné sur le pays de 1967 à son décès en 2009. L’ancien PDG de la compagnie pétrolière française Elf Aquitaine, Loïk Le Floch-Prigent, charge la barque du clan en déballant qu’un accord secret stipule que 18 % des actions d’Elf Gabon tombent directement dans les poches d’Omar Bongo, sans compter les bonus. Le scandale a été digéré depuis par l’opinion publique gabonaise. Mais la chaine publique française a eu la bonne idée de déterrer cette affaire en repassant le documentaire le 16 août 2018, veille de la fête de l’indépendance gabonaise. La Haute Autorité Gabonaise de la communication (HAC) y voit un acte «répréhensible» et une «atteinte aux institutions de la République, à la dignité d’autrui de nature à troubler l’ordre public».
Reporter sans frontières (RSF) lui y voit un «signal inquiétant». «En suspendant des médias qui enquêtent sur des sujets d’intérêt général”, la HAC “se pose en défenseur des intérêts du régime au lieu de défendre la liberté de la presse garantie par la constitution», ajoute RSF dans son communiqué.

La HAC, pilotée par Raphaël Ntoutoume Nkoghe, ancien directeur de la communication du président Bongo, a également frappé le journal Echos du Nord, l’un des plus grands médias d’opposition du pays. Le vice-président gabonais, Pierre Claver Maganga Moussavou, ulcéré par la publication dans ce journal d’articles dévoilant des acquisitions de voitures de luxe par Moussavou, s’est plaint auprès de la HAC, pour «atteinte à sa personne et défaut de preuves». Autant dire que le contexte politique n’est pas des plus favorables à quelques semaines des élections législatives, programmées le 6 octobre après plusieurs reports.

par -
Achraf Aouadi

L’organisation I Watch affirme que l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) a refusé de lui communiquer une copie des rapports des audits comptables de la section de l’Instance France 2 à l’issue des élections législatives et présidentielle de 2014.
L’ONG a évoqué une “suspicion de corruption” à la suite de laquelle une enquête administrative a été ouverte au sein de l’instance, début 2015 et des experts ont été sollicités pour la vérification des abus administratifs et financiers commis par l’ancien président de la section de l’ISIE en France, Nabil Azizi.
Ce dernier vient, pourtant, d’être élu membre de l’ISIE, représentant les Tunisiens à l’étranger, déplore l’organisation.
L’organisation I Watch a écrit sur son site électronique que l’ISIE a exigé une autorisation judiciaire pour lui fournir les documents demandés, en se basant sur la loi organique relative au droit d’accès à l’information.
“Ce texte se sera appliqué qu’a partir du 29 mars prochain et la loi en vigueur, soit le décret-loi numéro 2011-41 relatif à l’accès aux documents administratifs des organismes publics, ne demande pas d’autorisation”, relève l’organisation.
I Watch s’est, dans ce contexte, interrogée si le refus du président de l’ISIE, Chafik Sarsar, de fournir les documents est du à “une ignorance de la loi ou s’explique-t-il par la volonté d’étouffer une affaire de corruption touchant un des membres élus de l’instance”.
Dans une déclaration à l’agence TAP, Nabil Baffoun, membre de l’ISIE, avait affirmé que l’instance “n’a pas refusé de fournir le rapport demandé mais elle a simplement demandé une autorisation judiciaire” qui, selon lui, est “une requête facile à obtenir”.
Selon Baffoun, l’ISIE a publié, spontanément, une série de documents sur cette question dans son rapport financier de 2014 et dans les procès-verbaux du conseil de l’instance, faisant remarquer que la Cour des comptes a procédé depuis plus d’un an au contrôle de la gestion de l’ISIE de 2014 et 2015, y compris celle de la section France 2.
Il a précisé que la Cour des comptes publiera le rapport final dans les prochaines semaines.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Le compte satellite du tourisme en 2017 publié par le Haut Commissariat au Plan (HCP) et rapporté par Telquel.ma, fait « ressortir une nette amélioration...

Reseaux Sociaux

SPORT

La joueuse de tennis tunisienne Ons Jabeur (101e mondiale) a poursuivi son aventure réussie au tournoi "Kremlin cup" de Moscou, doté de 767.000 dollars,...