Tags Posts tagged with "frappes aériennes"

frappes aériennes

par -
Des sources Yéménites indiquent que les raids aériens de la coalition arabe dirigée par l’Arabie Saoudite a fait plus de 40 morts et une

Selon un article publié, ce jeudi 30 juin 2016, sur le site  « le Monde.fr »,  plus de 150 djihadistes de l’organisation Etat islamique auraient été tués dans des frappes aériennes qui auraient aussi détruit quelque 260 véhicules fuyant la ville de Fallouja, en Irak, ont fait savoir ce jeudi 30 juin des sources militaires.

Yahya Rassoul, un porte-parole, a avancé le chiffre d’au moins 150 militants de l’EI tués, sans donner de détails sur la façon dont les morts avaient été comptés et identifiés.

Les raids ont visé depuis mardi soir des centaines de véhicules ayant quitté les dernières positions contrôlées par l’EI à Fallouja, a précisé le Centre de coordination des opérations anti-EI.

D’après la même source, la coalition internationale a mené des centaines de frappes ces dernières semaines pour appuyer l’opération lancée par les forces irakiennes afin de reprendre Fallouja, dernier bastion de l’EI dans la province d’Al-Anbar. Les autorités ont affirmé dimanche avoir totalement libéré la ville contrôlée par l’EI depuis janvier 2014.

par -

L’envoi de troupes au sol ou l’intervention de frappes aériennes en Libye ne sont pas envisagés par la France, a annoncé le ministre français des Affaires étrangères  Jean-Marc Ayrault. En revanche, il  a affirmé que la France pourrait aider “à sécuriser le gouvernement” libyen d’union nationale.

Le chef de la diplomatie française ne souhaite pas reproduire une situation chaotique à l’instar de celle laissée par la coalition en 2011. « Il ne faut pas refaire les erreurs du passé. Si vous imaginez des frappes aériennes, si vous imaginez des troupes au sol, ce n’est pas d’actualité, en tout cas ce n’est pas la position de la France ».

Il a aussi déclaré que la France pourrait aider la Libye en cas d’une demande de son Premier ministre

Par contre, pour sécuriser le gouvernement de Sarraj , le  Premier ministre libyen, « s’il demande une aide internationale, alors nous l’examinerons. Mais c’est sa décision, il faut respecter l’indépendance de son pays », a-t-il dit.

Le ministre français des Affaires étrangères a reçu une invitation de la part du nouveau Premier ministre libyen et s’y rendra “dès que les conditions seront réunies.”

Jeudi l, François Hollande et Angela Merkel ont réaffirmé leur soutien au gouvernement libyen d’union nationale de Fayez al-Sarraj, à l’issue d’un conseil des ministres franco-allemand à Metz.

par -

La coalition ne pourra plus compter sur l’appui de l’aviation canadienne pour assommer Daesh en Irak et en Syrie. C’est un des nouveaux virages – il y en aura sûrement beaucoup d’autres – du Premier ministre canadien, Justin Trudeau. Le nouvel homme fort du pays en a fait l’annonce hier lundi 08 février lors d’un point de presse.

Trudeau est d’avis qu’il faut centrer l’action du Canada sur un soutien direct aux populations au lieu de larguer des missiles à tout-va depuis des bombardiers. Les attaques aériennes peuvent être décisives pour avoir “à court terme des avantages militaires sur le terrain” mais ne garantissent pas “une stabilité pour les populations locales sur le long terme”, a-t-il argué. Pour illustrer son propos, il a rappelé la “décennie très difficile” en Afghanistan où son pays a été un acteur majeur dans la formation des forces de sécurité locales.

“Les populations terrorisées quotidiennement par l’EI n’ont pas besoin de notre vengeance, elles ont besoin de notre aide”, a asséné le Premier ministre. Dès ce 22 février, le Canada va commencer à ramener à la maison ses chasseurs F18, pour se focaliser sur la formation et le renseignement en Syrie et en Irak. Il est prévu de multiplier par trois les forces spéciales qui interviennent dans la formation au nord de l’Irak. A souligner que depuis septembre 2014, 70 éléments des forces spéciales canadiennes opèrent dans le nord de l’Irak et 600 soldats canadiens sont sur le terrain pour accompagner le déploiement aérien.

Par contre le Canada maintient sur place deux avions de surveillance Aurora pour aider la coalition à identifier les positions de l’Etat islamique ainsi que l’avion de ravitaillement en vol Polaris. Au total cela fait quand même 830 militaires qui vont rester pour appuyer les opérations aériennes.

Du côté des Américains on préfère éviter la dramatisation et faire dans la diplomatie en saluant la “contribution importante” des Canadiens laquelle “s’inscrit dans l’accélération de la campagne contre l’EI voulue par les États-Unis et (leurs) partenaires de la coalition”, a déclaré le porte-parole de la Défense américaine.

Il est vrai qu’avec ses six bombardiers, le retrait du Canada n’a pas de quoi déstabiliser profondément la stratégie et la force de frappe de la coalition…

Le Canada peut-être plus utile ailleurs

Le Canada a l’intention de hausser son aide au développement et son aide humanitaire. “Sur les trois prochaines années, nous allons investir environ 1,6 milliard de dollars canadiens (un milliard d’euros) en réponse à la crise en Irak et en Syrie, mais aussi pour répondre aux conséquences en Jordanie, au Liban et dans l’ensemble de la région”, a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion.

Le Premier ministre, qui n’est pas un va-t-en guerre, s’était engagé lors de sa campagne électorale à stopper l’intervention militaire canadienne en Irak et en Syrie. Et comme au Canada, comme dans la plupart des pays anglo-saxons, les promesses électorales sont très vite gravées sur le marbre et rappelées avec insistance par les citoyens, Trudeau se devait de donner très vite des gages. Certes les conservateurs, qui avaient envoyé les troupes canadiennes au Moyen-Orient, s’en prennent à ce virage pacifiste, mais leurs cris ont un faible écho dans la population. Seuls 29% des citoyens sont d’accord pour le maintien du dispositif d’attaque aérienne, d’après un sondage publié dimanche dernier.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

La 23ème Conférence des Parties (COP23) de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) tenue à Bonn (Allemagne) du 6 au...

Reseaux Sociaux

SPORT

La sélection tunisienne de kyokushinkai a terminé à la 3e place du championnat arabe de cette catégorie organisé au Liban, avec un total de...