Tags Posts tagged with "Gafsa, CPG,"

Gafsa, CPG,

par -
Les habitants de la région  de Gafsa souffrent  de  pauvreté et de chômage

Les habitants de la région de Gafsa souffrent de pauvreté et de chômage , partageant largement le sentiment d’être ” les laissés pour compte ” du développement tunisien .Ce sentiment est d’ailleurs alimenté par les mouvements sociaux qui se poursuivent sans discontinuer, depuis la révolution , dans tout le bassin minier .

Gafsa présente un des taux de chômage les plus élevés (estimé à 29% ) , celui des diplômés du supérieur est de 48%, alors que 15% des habitants de la région vivent sous le seuil de la pauvreté. A cet effet, les jeunes chômeurs ou diplômés sont obligés d’émigrer à la recherche d’un emploi, avec pour seule revendication : du travail !

Ils ont , tout d’un coup découvert , à l’arrêt de la production et de la transformation du phosphate ,ces deux dernières années, l’importance du secteur dans l’économie nationale, et la contribution élevée des recettes provenant de la commercialisation des produits phosphatiers dans les équilibres financiers du pays .

Ce nouvel état d’esprit a aidé à formuler les questions qui sont reprises à longueur de journée par les sit-inneurs , et les protestataires dans le bassin minier et la région de Gafsa en général : Quelle est la part de la région dans la richesse nationale , et sa part dans développement ? Comment a été illustré le slogan portant sur la juste rétribution de la participation à la construction de la nation et de son économie après plus de 50 ans ?

Dans un entretien téléphonique , Aaref Mejdi, membre de l’Union des Travailleurs de Tunisie (UTT) à Gafsa , nous a affirmé que les sit- ins et les manifestations incessantes ont eu un impact négatif sur la production du phosphate dans la région et des retombées néfastes sur l’économie et le climat social dans le pays . « Il ya des efforts assidus pour améliorer et développer davantage la région. Les attentes sont énormes, les efforts sont prometteurs et le passage à l’exécution des programmes demeure une étape primordiale pour désamorcer la crise dans son volet psychologique qui touche à la confiance du citoyen dans les pouvoirs publics , a-t-il souligné.

Une panoplie de mesures au profit du bassin minier

Pour atténuer la tension dans la région de Gafsa des mesures concrètes visant la reprise progressive du rythme de la production, du transport et de la transformation du phosphate, ainsi que la consolidation du transport ferroviaire et terrestre ont été prises à l’issue d’un conseil ministériel tenu récemment à Tunis.

Parmi ces mesures, deux d’une importance capitale , la première se rapporte à l’accélération de la réalisation des programmes et des projets de développement, sociaux et environnementaux qui devraient générer des emplois et un cadre de vie meilleur , la deuxième concerne la prise pour référence la législation en vigueur dans le recrutement des cadres au sein de la Société des Phosphates de Gafsa (SPG ) et le Groupe Chimique Tunisien (GCT) ,pour garantir l’efficience nécessaires aux unités de production et aux services de gestion , vu que le recrutement des agents de maitrise a obéi pour une grande part à des considérations sociales et humaines .

De même, il a été décidé de mettre en application des mesures tendant à assurer la production, le transport et le fonctionnement de l’administration et d’intensifier la coordination entre les différents intervenants, dont les ministères de l’Industrie, du Transport, de l’Intérieur , de la Défense nationale et les structures régionales.

Une cellule “de veille et de suivi ” a été créée ayant pour mission de garantir l’application de l’ensemble de ces mesures.

Dans le but d’assurer la pérennité du secteur et ses équilibres financiers et de favoriser son ouverture sur les différentes composantes de la société civile , il a été décidé d’élaborer une stratégie prospective pour développer l’activité de l’extraction , de la transformation et de la commercialisation pour permettre le repositionnement du secteur sur le plan international . L’objectif souhaité étant d’édifier un climat social sain garantissant la continuité de l’activité et son développement au rythme voulu.

Nadia Ben Tamansourt

par -
Le taux de chômage dans le bassin minier culmine à 29%. Environ 48% des diplômés du supérieur de la région sont sans emploi

Le taux de chômage dans le bassin minier culmine à 29%. Environ 48% des diplômés du supérieur de la région sont sans emploi, tandis que 15% des habitants de cette zone vivent sous le seuil de la pauvreté. Une situation guère reluisante dans une région en proie, plus est, à la pollution et au manque d’équipements de santé et d’espaces de loisirs. C’est dans ce contexte que le Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux a organisé une conférence sur le thème «la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG): réalité et défis».

Cette conférence , selon les organisateurs, a pour objectif de faire la lumière sur la situation actuelle du bassin minier et de débattre des causes de la crise que connaît la compagnie des phosphates de Gafsa et des défis auxquels elle est exposée en plus de son rôle social et économique en tant que pôle régional de développement.

Intervenant au cours de ce meeting, Khalil Zaouia, ministre des Affaires sociales, a déclaré qu’il faut trouver des solutions pertinentes pour assainir le climat de la Compagnie des phosphates de Gafsa et pour renforcer la productivité de ladite société.

D’après le ministre, l’activité industrielle dans le secteur des phosphates a repris à hauteur de 80%, signalant, à ce propos, que les employés de la CPG sont bien payés puisque la moyenne du salaire annuel brut est de 27 mille dinars contre 12 mille dinars dans la fonction publique.

Sur un autre volet, Adnen Hajji, représentant de l’union régionale du travail à Gafsa a indiqué que la situation dans cette région s’aggrave en raison de la non satisfaction des revendications de ses habitants.

Il convient de rappeler, à ce propos, que les revendications s’articulent autour de l’indemnisation des familles des martyrs et des blessés de la révolution, l’emploi des personnes au chômage parmi notamment les enfants des victimes d’accidentés du travail à la Compagnie des phosphates de Gafsa, la régularisation de la situation des retraités de cette entreprise et de celle des agents de la société de l’environnement et du jardinage…

De son côté, le représentant de la Fondation Friedrich Ebert a mis l’accent sur l’importance de ce meeting, notant, à cet égard, qu’il s’agit d’une bonne initiative pour passer en revue la situation économique et sociale de la région de Gafsa. « Cette rencontre est une occasion propice pour renforcer le dialogue national notamment au cours de cette période difficile que connaît la Tunisie. De même, ces assises ont pour objectif d’encourager le développement régional afin d’instaurer la justice sociale », a-t-il affirmé.

Production de 377 mille tonnes de phosphate

Selon les derniers chiffres communiqués par la Compagnie des phosphates de Gafsa, la CPG a réalisé une production de 377 mille tonnes de phosphate commercial au cours du mois de mai 2013, contre seulement 75 mille tonnes, durant la même période de l’année 2012.

Toutefois, cette augmentation ne dissipe pas les craintes concernant une incapacité de cette compagnie de satisfaire les besoins du Groupe chimique tunisien (GCT), son principal client local, durant le mois d’août 2013, “au cas où le rythme de la production du phosphate et sa commercialisation resteraient au niveau des premiers mois de l’année en cours, rapporte la même source.

La production du phosphate pour les cinq premiers mois de l’année en cours a atteint 1,063 millions de tonnes, ce qui rend impossible la réalisation des objectifs tracés par la Compagnie visant à atteindre 2 millions de tonnes de phosphate commercial, pour le premier semestre.

Ainsi, depuis des mois, la CPG ne satisfait que 50 pc des besoins du GCT, pour ses usines de Sfax et Gabès, soit environ 18 mille tonnes par jour, en raison de la baisse de la production du phosphate commercial par les unités de la CPG qui n’a pas dépassé, au cours des premiers mois de l’année 2013, la moyenne de 20 % de capacité totale.

N.B.T

par -
Le taux de chômage dans le bassin minier culmine à 29%. Environ 48% des diplômés du supérieur de la région sont sans emploi

Le taux de chômage dans le bassin minier culmine à 29%. Environ 48% des diplômés du supérieur de la région sont sans emploi, tandis que 15% des habitants de cette zone vivent sous le seuil de la pauvreté. Une situation guère reluisante dans une région en proie, plus est, à la pollution et au manque d’équipements de santé et d’espaces de loisirs. C’est dans ce contexte que le Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux a organisé une conférence sur le thème «la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG): réalité et défis».

Cette conférence , selon les organisateurs, a pour objectif de faire la lumière sur la situation actuelle du bassin minier et de débattre des causes de la crise que connaît la compagnie des phosphates de Gafsa et des défis auxquels elle est exposée en plus de son rôle social et économique en tant que pôle régional de développement.

Intervenant au cours de ce meeting, Khalil Zaouia, ministre des Affaires sociales, a déclaré qu’il faut trouver des solutions pertinentes pour assainir le climat de la Compagnie des phosphates de Gafsa et pour renforcer la productivité de ladite société.

D’après le ministre, l’activité industrielle dans le secteur des phosphates a repris à hauteur de 80%, signalant, à ce propos, que les employés de la CPG sont bien payés puisque la moyenne du salaire annuel brut est de 27 mille dinars contre 12 mille dinars dans la fonction publique.

Sur un autre volet, Adnen Hajji, représentant de l’union régionale du travail à Gafsa a indiqué que la situation dans cette région s’aggrave en raison de la non satisfaction des revendications de ses habitants.

Il convient de rappeler, à ce propos, que les revendications s’articulent autour de l’indemnisation des familles des martyrs et des blessés de la révolution, l’emploi des personnes au chômage parmi notamment les enfants des victimes d’accidentés du travail à la Compagnie des phosphates de Gafsa, la régularisation de la situation des retraités de cette entreprise et de celle des agents de la société de l’environnement et du jardinage…

De son côté, le représentant de la Fondation Friedrich Ebert a mis l’accent sur l’importance de ce meeting, notant, à cet égard, qu’il s’agit d’une bonne initiative pour passer en revue la situation économique et sociale de la région de Gafsa. « Cette rencontre est une occasion propice pour renforcer le dialogue national notamment au cours de cette période difficile que connaît la Tunisie. De même, ces assises ont pour objectif d’encourager le développement régional afin d’instaurer la justice sociale », a-t-il affirmé.

Production de 377 mille tonnes de phosphate

Selon les derniers chiffres communiqués par la Compagnie des phosphates de Gafsa, la CPG a réalisé une production de 377 mille tonnes de phosphate commercial au cours du mois de mai 2013, contre seulement 75 mille tonnes, durant la même période de l’année 2012.

Toutefois, cette augmentation ne dissipe pas les craintes concernant une incapacité de cette compagnie de satisfaire les besoins du Groupe chimique tunisien (GCT), son principal client local, durant le mois d’août 2013, “au cas où le rythme de la production du phosphate et sa commercialisation resteraient au niveau des premiers mois de l’année en cours, rapporte la même source.

La production du phosphate pour les cinq premiers mois de l’année en cours a atteint 1,063 millions de tonnes, ce qui rend impossible la réalisation des objectifs tracés par la Compagnie visant à atteindre 2 millions de tonnes de phosphate commercial, pour le premier semestre.

Ainsi, depuis des mois, la CPG ne satisfait que 50 pc des besoins du GCT, pour ses usines de Sfax et Gabès, soit environ 18 mille tonnes par jour, en raison de la baisse de la production du phosphate commercial par les unités de la CPG qui n’a pas dépassé, au cours des premiers mois de l’année 2013, la moyenne de 20 % de capacité totale.

N.B.T

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Appelé «bulldozer de la finance» par notre confrère Business News, à 48 ans et des dizaines d’entreprises introduites sur la cote de la bourse...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT

Programme de la 5e journée de l'Europa League de football qui sera disputée le jeudi 23 novembre (en heures GMT): Groupe F (18h00) Lokomotiv Moscou (RUS) -...