Tags Posts tagged with "George Loukaides"

George Loukaides

par -

La Tunisie a étonné et passionné son monde en allumant la mèche du printemps arabe, fait des émules jusque dans les pays asiatiques, ébloui tous les pays déshérités de la terre en portant sur les fonts baptismaux la possibilité de toujours se bâtir un avenir meilleur en partant de très peu… Bref la Tunisie a fait rêver. Cela a créé une vague de sympathie universelle, qui s’est muée en soutien financier international pour relever une économie sinistrée du fait de la chute de la productivité, un relâchement qui est le corollaire de l’éclatement de la chape de plomb vieille de 23 ans. La chose était inéluctable, et donc excusable à bien des égards. Mais depuis l’euphorie est retombée, le sursaut qu’on attend de la Tunisie tarde à venir, 6 ans après le départ du dictateur, le pays est englué dans des soubresauts politiques et sociaux qui empêchent à son exécutif à plusieurs têtes d’avoir de la clairvoyance et de fixer un cap. Donc c’est le pilotage à vue qui prévaut, pour ne pas dire l’improvisation, à défaut d’avoir un axe macroéconomique et politique bien défini. Pourtant les soutiens et amis de la Tunisie sont toujours là…

En ce moment même, George Loukaides, le rapporteur de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), est parmi nous. Il arpente les cercles du pouvoir en Tunisie et prend le pouls de la société civile pour s’assurer que le coeur de la jeune démocratie, bringuebalé par les innombrables tempêtes sociales et changements de gouvernement depuis 6 ans, pulse encore. Loukaides nous l’a dit ce jeudi 30 mars 2017, mais on le savait déjà : La Tunisie dispose de tous les atouts pour décrocher le statut – ou sésame ?? – de “partenaire pour la démocratie” du Conseil de l’Europe. Tiens, encore un autre statut, après celui de “partenaire privilégié”, et dont d’ailleurs la Tunisie n’a pas encore vu la couleur, et encore moins les bénéfices ! Mais voilà, c’est toujours ça de pris pour des Tunisiens qui continuent de conjurer l’âpreté de l’après-Révolution. Et pour les Européens, un truc aussi bateau que le statut de “partenaire pour la démocratie”, ça mange pas de pain. On fait plaisir, on se fait plaisir, sans que ça n’engage à quoi que ce soit…

Pour bien bétonner son affaire, Loukaides en a rajouté une couche en galvanisant et flattant une Tunisie qui en a bien besoin : ” Au fil des ans, la Tunisie a su mener à bien sa transition démocratique en conduisant le pays vers des élections transparentes et impartiales. Elle s’est engagée dans un processus de réforme politique balisant ainsi la voie à la mise en place d’institutions constitutionnelles solides et pérennes “. Et pour s’assurer que la mayonnaise va bien prendre et que la Tunisie, phare du Maghreb et du Moyen-Orient et rempart contre le terrorisme, ne va pas flancher à cause de l’énorme poids sur ses épaules, le rapporteur de l’APCE a été mandaté pour dire qu’une fois coopté officiellement dans le cercle des démocrates, le pays du jasmin pourra siéger à l’Assemblée de Strasbourg, en y envoyant six parlementaires, elle pourra prendre part à toutes les séances de travail et même, suprême honneur, donner de la voix lors des sessions plénières. Mais attention ! Elle ne pourra pas voter les résolutions. Et oui, il y a des limites quand même…

Encore un placébo, après l’ALECA et le plan Marshall?

Certains pourraient se dire que tous ces “privilèges” aux côtés des 47 Etats européens de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, en plus du Maroc, ne nourrissent pas son homme et qu’à part se défouler, la Tunisie n’y a rien à gagner. Et bien ils sont raison. Et encore ils n’ont pas encore pris connaissance des conditions pour être adoubé par l’APCE : La Tunisie devra “favoriser une participation équitable des femmes et des hommes à la vie publique et politique ainsi que la liberté de culte, la liberté de la presse et d’expression et la démocratie locale et régionale. Le Conseil de l’Europe demande également à la Tunisie de supprimer la peine de mort du code pénal, de lutter contre la corruption et de garantir l’indépendance et l’impartialité des juges“.

Tout ça c’est très bien, c’est même dans l’intérêt de la Tunisie, sauf qu’il faut aussi mesurer le chemin qu’il reste pour y arriver. Pour un pays qui se débat dans de terribles difficultés économiques, qui est obligé d’emprunter à tour de bras pour oxygéner des caisses publiques exsangues, qui n’a pas encore de cap politique avéré du fait de cette direction collégiale hétéroclite – coalition gouvernementale -, le chantier est énorme ! De l’eau aura coulé sous les ponts avant que la Tunisie n’obtienne des résultats tangibles sur les demandes européennes. Cela nous rappelle l’épisode de la virée des autorités européennes au Parlement européen pour présenter le fameux Marshall, assorti d’une ardoise de 20 milliards d’euros, à la charge des Européens, bien entendu. Les Tunisiens sont repartis avec une liste de conditions longue comme le bras. Pour avoir le temps de voir venir, l’UE a mis la barre à un niveau que la Tunisie ne pourra jamais atteindre. Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour justifier le fait de ne pas allonger les billets ! On peut aussi y ajouter les exigences folles de l’ALECA (Accord de libre échange complet et approfondi), dont d’ailleurs des experts allemands disent que ça ne fait pas les affaires de la Tunisie.

Tout ça pour dire que les Européens, donneurs de leçons devant l’Eternel, ont la fâcheuse tendance à aller plus vite que la musique de la Tunisie et à lui demander plus qu’elle ne peut donner, eux qui sont confortablement assis sur des siècles de démocratie, avec d’ailleurs ses ratés jusqu’à maintenant. Il est peut-être temps d’harmoniser avec la Tunisie, de tenter d’aller à son rythme et d’éviter de la stresser, de la brusquer. C’est aussi cela le partenariat, et pas uniquement des cours magistraux…

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

Le président français, Emmanuel Macron, était parti d'une bonne intention en faisant une virée dans le 10e arrondissement de Paris pour voir de ses...

Reseaux Sociaux

SPORT

Résultats et buteurs à l'issue des matches de la 11ème journée du championnat de la Ligue 1 du football professionne, joués mardi et mercredi: Mercredi: A...