Tags Posts tagged with "GITAS"

GITAS

par -

L’industrie aéronautique tunisienne devient une filière prometteuse pour la Tunisie grâce à sa position géographique attrayante, la proximité linguistique, le système éducatif et la main-d’œuvre qualifiée. Selon les indicateurs de l’APII, 71% des entreprises aéronautiques travaillent pour l’export et les échanges extérieurs ont permis de dégager un taux de couverture des importations par les exportations de l’ordre de 256 % pour l’année 2016.
Dans un entretien, accordé, à l’agence TAP, Thierry Haure Mirande, président du groupement des industries tunisiennes aéronautiques et spatiales (GITAS), a mis l’accent sur l’impératif pour les entreprises opérant dans le domaine de l’aéronautique de disposer de pré requis, dont la logistique, la rapidité et la compétitivité pour pouvoir saisir les opportunités d’investissements dans ce domaine, se positionner sur les marchés étrangers et exporter leur savoir-faire.

Question : Quels sont les facteurs ayant contribué au développement du secteur aéronautique tunisien qui continuera selon l’APII à créer des emplois à raison de 1000 postes par an sur les cinq prochaines années et comment peut-on préserver, voire faire avancer ce secteur ?

Réponse : Le secteur compte plus de 80 entreprises dont 47 relevant du GITAS, lesquelles emploient plus de 14 mille salariés et réalisent des millions en chiffres d’affaires. Le secteur marque une croissance à deux chiffres par an. L’aéronautique est un secteur de pointe qui nécessite beaucoup de compétitivité, des technologies d’infrastructure, qu’il est donc important pour la Tunisie, de mettre à la disposition des entreprises du secteur les moyens nécessaires pour que le secteur continue à se développer, notamment en termes de logistiques et numériques. Les industriels embauchent et l’Etat assure les moyens. Le risque majeur c’est lorsqu’on n’adapte pas les moyens du pays aux besoins du marché aéronautique, des ruptures de croissance pourront être enregistrées dans quatre ou cinq ans. Toutefois, le GITAS joue un rôle principal pour empêcher cette rupture, à travers la mise en place avec l’Etat tunisien de ces moyens.

Q : Le GITAS, a-t-il préparé un plan de partenariat pour conquérir le marché africain ?

R : Actuellement le groupe GITAS cherche un partenariat avec le Maroc pour créer une entité aéronautique dans le bassin méditerranéen indépendamment du pays. Ce projet permettra de créer des échanges directs afin que l’ensemble de la Méditerranée puisse avoir les mêmes atouts. Le plan de ce partenariat est en cours d’élaboration et vise une harmonisation pour l’aéronautique tant au Maroc qu’en Tunisie.

par -
Le président du Groupement des industries tunisiennes aéronautiques et spatiales (GITAS), Thierry Haure-Mirande, a déclaré qu’il est temps de créer les conditions pour le bon fonctionnement de cette industrie.
Nommé récemment, M. Haure-Mirande a déclaré dans une interview exclusive accordée à Africanmanager : « C’est le temps de créer des procédures spécifiques à l’aéronautique pour que la Tunisie puisse devenir un pays extrêmement compétitif et capable d’accueillir des nouveaux investisseurs ».
D’après lui, cela ne pourra se faire qu’à travers une amélioration des services bancaires, du flux financier et des procédures douanières.
Le président du GITAS a recommandé aussi la création d’un passeport douanier dans le but de faciliter les échanges entre les sociétés off-shore opérant dans ce domaine et ce, conformément à un cadre bien déterminé.
Thierry Haure-Mirande a qualifié cette démarche d’importante dans la mesure où cette activité (just in time) en forte croissance est souvent freinée par la logistique. « L’aspect logistique peut être plus performant avec l’octroi du passeport douanier », a-t-il assuré.
Outre ces conditions, le patron du GITAS a souligné la nécessité de garantir un climat de stabilité favorable à l’implantation des entreprises pour assurer le développement de cette industrie comptant une quarantaine d’entreprises spécialisées. « La Tunisie, disposant d’un fort potentiel, est capable d’assurer le meilleur positionnement sur le marché international, mais à condition d’assurer un climat de stabilité adéquat », a-t-il soutenu.
Tout est possible, a affirmé Thierry Haure-Mirande, au nom du Gitas, en se montrant plus sérieux pour collaborer avec les instances nationales pour la mise en place de la formation aux métiers de l’industrie aéronautique.

Le secteur a le vent en poupe
L’intervention du président GITAS vient à un moment opportun, dans la mesure où cette industrie ne cesse de croitre, avec plus de 10000 sociétés actuellement qui continuent de recruter 1000 employés chaque année.
Avec une quarantaine d’entreprises opérant dans les activités du plastique, de la mécanique, de l’électronique et de la maintenance, le secteur a réussi au cours de ces dernières années à réaliser une croissance à deux chiffres, soit 10%.
Cela peut s’expliquer également par le volume d’investissements réalisés et qui a atteint plus de 600 millions de dinars, d’après les dernières statistiques dévoilées à Africanmanager.
Et l’avenir s’annonce promoteur, surtout avec la dynamique enregistrée au niveau des  intentions d’investissements. A juste titre, le constructeur canadien d’avions légers “Dream Craft” a exprimé sa volonté d’implanter une usine d’assemblage en Tunisie.
D’après l’ambassadeur du Canada à Tunis, Carol McQueen, le projet est à sa phase finale après la signature d’un contrat avec un partenaire tunisien dont elle n’a pas révélé le nom.
Dans le même contexte, le bulletin de conjoncture de l’Agence de Promotion de l’Investissement et de l’Innovation (APII) souligne la déclaration de l’extension d’une unité totalement exportatrice de fabrication de pièces mécaniques pour le secteur aéronautique, pour un coût de 67,6 MD, avec un capital mixte et l’extension d’une unité totalement exportatrice de fabrication de pièces de structure aéronautique pour un montant de 35,6 MD, soit un investissement total de 103,2 MDT dans le secteur aéronautique.

par -
Thierry Haure-Mirande, gérant d’Areotech (Groupe Aeroprotec), vient d’être nommé président du Groupement des Industries Tunisiennes Aéronautiques et Spatiales (GITAS) et Karim Chafroud vice-président, apprend Africanmanager d’une source bien informée.
Les nominations ont eu lieu lors de l’assemblée générale élective du GITAS, qui s’est tenue récemment.
Il est à noter que le GITAS a fêté sa 10ème année, avec 44 sociétés membres toutes opérant dans le secteur de l’ingénierie, la fabrication ou la maintenance de tout ou partie des aéronefs.
L’industrie aéronautique en Tunisie n’a cessé de croître et de se développer. Chiffres à l’appui : 10.000 emplois ont été créés et le GITAS à travers ses travaux et ses commissions collabore avec les instances nationales pour la mise en place de la formation aux métiers de l’industrie aéronautique.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Appelé «bulldozer de la finance» par notre confrère Business News, à 48 ans et des dizaines d’entreprises introduites sur la cote de la bourse...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT

Programme de la 5e journée de l'Europa League de football qui sera disputée le jeudi 23 novembre (en heures GMT): Groupe F (18h00) Lokomotiv Moscou (RUS) -...