Tags Posts tagged with "gouvernance locale"

gouvernance locale

par -

Sept Tunisiens sur dix se disent insatisfaits du processus démocratique en Tunisie, selon une enquête de l’Institut national de la statistique sur la perception des citoyens envers la sécurité, la liberté et la gouvernance locale, réalisée en 2017.

Publié sur le site de l’INS, cette enquête révèle que la perception des Tunisiens envers le processus démocratique n’a pas changé entre les années 2014 et 2017. Une enquête similaire a été réalisée en 2014.

Selon le rapport de l’enquête de 2017, 76 pour cent de la tranche d’âge 18/29 ans sont insatisfaits du processus de la démocratie en Tunisie, contre 65 pc pour la catégorie des plus de 60 ans.
Le taux le plus élevé d’insatisfaction a été observé dans les régions du nord-est, du centre-ouest et du centre-est, avec un taux dépassant les 76 pc.

Sur le principe de respect des libertés fondamentales, environ 70 pc des personnes recensées estiment que la liberté de croyance continue à être respectée dans la plupart des cas. Plus de 60 pc considèrent, de leur côté, que la liberté d’expression et la liberté de la presse sont toujours respectées.
Pour 53,6 pc des répondants, la liberté de l’action associative est, aussi, respectée.

Par contre, ils estiment que l’égalité devant la loi et le respect des droits humains ont enregistré une baisse de six points par rapport à l’enquête de 2014.
L’enquête a concerné 4500 familles tunisiennes.

par -

Smart Leaders For Smart Cities“, tel est le thème d’une rencontre organisée par l’Institut Arabe des Chefs d’Entreprises (IACE) à Port El Kantaoui, à Sousse. Autour d’un débat riche, les nouveaux élus locaux, les entrepreneurs et les différentes parties prenantes ont échangé des idées, des démarches, des bonnes pratiques et les expériences sur le rôle des municipalités dans la nouvelle gouvernance locale décentralisée et le développement économique local, tout en se basant sur une certaine autonomie afin de mieux répondre aux défis et besoins de chaque région. L’objectif aussi du débat est de penser à l’émergence de villes intelligentes et instaurer un climat des affaires local qui encourage la dynamique entrepreneuriale.

“Les municipalités acteur de développement”

Dans une déclaration accordée à Africanmanager, Mejdi Hassen, conseiller exécutif de l’IACE a souligné l’importance d’organiser de tels événements en Tunisie destinés aux jeunes élus qui ont gagné les dernières élections municipales et dont l’âge est inférieur à 35 ans. “Nous avons constaté, lors des dernières éditions des journées de l’entreprise qui se tiennent à l’accoutumée à Sousse et qui se sont focalisées sur la transition digitale et d’après les expériences internationales, que l’amélioration du climat des affaires passe essentiellement par le passage d’une ville de gestion classique à une autre smart et à forte valeur technologique“, a-t-il expliqué.

Il a en outre souligné l’importance de passer à une région qui inclue les nouvelles technologies dans les prestations de services municipaux et administratives, dans la démocratie participative et dans la relation entre les citoyens et les acteurs des municipalités, principalement dans la gestion des infrastructures et du territoire.

Selon ses déclarations, le développement économique passe essentiellement par l’introduction de cette technologie dans notre démarche : “C’est pour cette raison déjà que le choix a porté sur cette population de jeunes“, a indiqué Hssaan, avant d’ajouter : “Nous avons choisi cette tranche d’âge parce que nous pensons que sont ceux qui peuvent apporter du nouveau en termes de transformation digitale de municipalités (…). Il faut être conscient de l’importance du rôle que peut jouer la municipalité dans le développement économique“, a-t-il assuré.

Mejdi Hssan a dans le même contexte indiqué que la construction de la chaîne de valeur, l’attractivité des régions et l’amélioration du climat des affaires passe essentiellement par le niveau local, soulignant l’importance du rôle que peuvent jouer les municipalités dans le développement économique et leur impact économique important, soit sur le climat des affaires, le développement économique et la chaîne des valeurs locaux. “Cela va être la base de tous les travaux et du développement de la Tunisie“, a précisé le conseiller exécutif de l’IACE, avant d’ajouter que les jeunes sont un axe stratégique pour le développement local en Tunisie.

“Des villes intelligentes”

De son côté, Anouar Romdhani, corporate Account Manager à Microsoft, a tenu à préciser que le concept de “Smart Cities” est un concept qui se développe aujourd’hui à l’international vu la condensation de la population autour des villes . “Du coup“, a-t-il dit, “il y a des challenges non seulement au niveau politique et individuel mais aussi social, économique et gouvernemental“, a t-il dit.

Selon ses déclarations, les citoyens cherchent aujourd’hui à avoir beaucoup plus de transparence, une utilisation de la technologie dans les projets futurs et un environnement convivial pour vivre au mieux. “Le concept de smart Cities a été développé, depuis les années 80, dans certains pays asiatiques comme Singapour ou la Corée du Sud, qui ont développé des villes intelligentes et un environnement confortable pour les citoyens avec plus de transparence et de accessibilité à l’information“, a-t-il indiqué.

Le responsable de Microsoft a dans le même contexte souligné l’importance de mettre les technologies de pointe au service des citoyens. “On a presque 3 billions de dollars d’investissement dans les smart cities et on voit une croissance de 3% des objets connectés à travers le monde“, a-t-il précisé.

Il a ajouté que la transition technologique se présente aujourd’hui comme un challenge au point qu’elle est devenue une source de développent durable pour certains pays. “Les chercheurs sont en train de développer pas mal d’axes dans le domaine de “Smatrt Cities (…) c’est une des solutions permettant de développer la Tunisie et donner aux leaders des municipalités la possibilité de créer de la transparence et de la valeur et d’instaurer un climat de confiance entre le citoyen et les services des municipalités”.

“La transformation, un passage obligé”

Quant à lui, Mongi Zidi, PDG de Archimed, a souligné l’existence d’une volonté forte chez les  jeunes qui veulent prendre le pari de la transformation digitale. “La transition digitale n’est pas une chose impossible parce qu’on a une génération habituée aux nouveaux outils de la communication (…) C’est un passage obligé devant une génération qui veut moderniser la transformation du système numérique“, a-t-il précisé.

Il a toutefois évoqué certains freins devant la transition digitale dont l’existence d’une génération de décideurs qui ne sont pas en quelque sorte accélérateurs de transformation. Ils veulent encore utiliser le papier. “Ces gens représentent heureusement une minorité devant des élus qui veulent s’intégrer au sein de la transformation digitale et à la gouvernance numérique“, a-t-il dit.

Il a appelé les décideurs politiques et les hauts cadres des ministères à donner l’exemple et à être plus actifs dans l’utilisation des nouvelles technologies : “En Europe et aux États-Unis, plus les leaders sont actifs plus leurs équipes le sont”, a-t-il précisé.

par -

Le projet de mise en place des fondements de la gouvernance locale pour la direction de la fiscalité locale, à la municipalité de Tozeur a été lancé, dimanche, à Tozeur.
Ce projet réalisé par l’association “IRADA pour le développement”, et financé par l’Instance Nationale de Lutte contre la Corruption (INLUCC), dans le cadre de ses activités avec la société civile vise la mise en place des fondements de la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption.
Le président de l’association, Yassine Barrani a déclaré à la correspondante de l’Agence TAP; que ce projet dont la réalisation s’étalera, sur une période de cinq mois, comportera plusieurs activités et programmes, notamment le développement des systèmes d’informations géographiques au sein de la direction de la fiscale locale, soulignant que l’association organise des sessions de formation au profit des cadres et agents de la municipalité sur ces systèmes.
Il a ajouté que le projet vise la généralisation de cette expérience dans toutes les délégations de Tozeur, et la mise en place d’une carte numérique qui contribuera à la bonne gestion du budget de la municipalité.
L’INLUCC finance également dix projets dans plusieurs gouvernorats dont le projet ” le quai de la transparence “, qui a été lancé, samedi, par l’association ” le quai culturel “, à Tozeur, par l’organisation du premier atelier de formation sur le cadre juridique de financement public des associations.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

C’est un drôle de statut, celui publié par Achref Barbouche, sous le titre de «La politique en Tunisie, en deux mots ». Des mots, presque...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

La Quatrième Commission (questions politiques spéciales et décolonisation) a entendu, aujourd’hui, une trentaine de pétitionnaires intervenant au titre de la question du Sahara occidental,...

Reseaux Sociaux

SPORT