Tags Posts tagged with "Gouvernement britannique, ,"

Gouvernement britannique, ,

par -

On se perd encore en conjectures sur les raisons qui fondent en dépit du bon sens le gouvernement britannique à travers le Foreign Office à ne pas lever l’interdiction de voyage qui frappe leurs très nombreux ressortissants désireux de venir passer leurs vacances en Tunisie. Une ténacité d’autant plus farouche et obstinément inexpliquée que maints gouvernements logés à la même enseigne? notamment ceux des pays scandinaves, de l’Islande, de la Belgique, ont obtenu la preuve par neuf que la Tunisie a cessé d’être une destination peu sûre pour leurs citoyens. En franchissant ainsi le Rubicon, ces Etats ont manifestement des motifs pertinents pour, soit lever, soit assouplir leurs conseils Voyage vers sur la Tunisie.

Incontestablement, les autorités tunisiennes et les hôteliers que l’on pouvait peut-être taxer d’un certain laxisme par le passé, n’ont ménagé aucun effort pour mettre en place toutes les conditions d’une sécurité sans faille, maximale et à toute épreuve. Une mobilisation qui ne répond pas uniquement une conjoncture passagère, mais qui a bouleversé tous les ressorts et les mécanismes sécuritaires, avec de nouveaux protocoles, une culture inédite et d’importants investissements. Et les résultats ont été à la hauteur de l’effort consenti : pas le moindre incident survenu, pas même un blessé parmi les millions de visiteurs accourus dans le pays depuis deux ans, comme vient de s’en féliciter le directeur commercial de l’Office national du tourisme tunisien, Sami Tounsi, dans une interview au Weekly Travel qui fait autorité en la matière. « Tous sont rentrés chez eux sains et saufs », a-t-il dit, rappelant que 1,5 million de touristes européens ont visité la Tunisie l’année dernière, dont 400.000 Français, 130.000 Allemands et 630.000 Russes.

« Hors les Britannique, point de reprise »

« Les mesures de sécurité ont été considérablement resserrées sur les frontières et les hôteliers s’imprègnent au fil des jours de la nouvelle culture sécuritaire et l’appliquent rigoureusement dans et à l’extérieur de leurs établissements grâce à l’intense et efficace coopération entre le Royaume-Uni et les gouvernements tunisiens ». « Le tourisme est en train de se redresser, mais il ne pourra jamais récupérer avant le retour des Britanniques, selon la Fédération tunisienne de l’hôtellerie, car ce sera un message très fort adressé au monde selon lequel la Tunisie est un pays sûr, a-t-il vivement plaidé. Voilà pourquoi l’Office national du tourisme n’a de cesse d’appeler à une levée même partielle du conseil Voyage du Foreign Office relatif à la Tunisie, ne serait-ce que pour assouplir les restrictions sur un seul aéroport tel que celui de Djerba, afin de commencer à rétablir la confiance.

Au demeurant, le représentant de l’ONTT à Londres relève que, alors que le Foreign Office déconseille, dans son avertissement, tout voyage non essentiel en Tunisie depuis mai 2015, il n’en existe pas de semblables émanant des autres pays émetteurs importants tels que la France, l’Allemagne, la Suède, l’Italie et la Russie. Environ 5,7 millions de touristes, dont 1,5 millions en provenance des pays de l’Union européenne ont visité la Tunisie l’année dernière, a-t-il dit. La Belgique, qui avait déconseillé tout voyage en Tunisie, a levé son interdiction en mars 2017. Même le département d’Etat américain ne déconseille que les déplacements dans certaines zones, surtout celles limitrophes de la Libye et de l’Algérie, en raison de « l’environnement de sécurité imprévisible ». Le ministère australien des Affaires étrangères et du Commerce, tout en invitant ses ressortissants à reconsidérer leurs projets de se rendre en Tunisie, leur demande uniquement d’éviter la partie sud du pays, la zone frontalière avec l’Algérie et le parc national du Mont Chaambi.

Les honorables correspondants de Sa Majesté

Il faut noter que dans cette configuration, la Grande-Bretagne fait figure d’exception, et ce depuis décembre 2016, date à laquelle le secrétaire au Foreign Office, Boris Johnson, a revu de fond en comble le système jusque-là en place qui laissait majoritairement à la discrétion des vacanciers, des tour-opérateurs et autres intervenants la collecte des informations sur les risques de voyages dans les destinations concernées, se limitant à l’approche dite de « descripteurs de niveau de menace terroriste ». Depuis, il applique un système infiniment plus rigoureux où la menace terroriste est décrite en termes de « prévisibilité, d’étendue, de contexte, et si possible de détails sur les actions antiterroristes du gouvernement du pays de destination ».

Le Foreign Office explique que dans l’élaboration de ses conseils Voyage, il se base sur « une variété de sources notamment les informations collectées localement par ses missions diplomatiques et ses services consulaires à l’étranger, et, dans certains cas, les informations recueillies par les services de renseignement ». Cela inclut très probablement le MI6,  mieux connu sous l’appellation de Secret Intelligence Service.

Dès lors, on pourrait comprendre que le Foreign Office dispose de renseignements et d’informations de première main sur les pays de destination qui ne sont pas disponibles ailleurs et dont lui seul aurait le secret et l’exclusivité. En prolongeant de quatre mois en juin l’interdiction de voyage en Tunisie pour les ressortissants britanniques, le gouvernement de Londres a sans doute à disposition des données qui manqueraient apparemment aux autorités tunisiennes. Les honorables correspondants de Sa Majesté ont toujours bonne réputation !

par -
Le gouvernement britannique a mis en garde ses ressortissants de se rendre dans certaines régions de la Tunisie alors 

Le gouvernement britannique a mis en garde ses ressortissants de se rendre dans certaines régions de la Tunisie alors que le pays fait face aux retombées de l’assassinat , jeudi, de l’opposant politique, Mohamed Brahnmi.

Selon le site du ministère britannique les Affaires étrangères, Mohamed Brahmi a été assassiné à l’Ariana, une banlieue de Tunis entraînant des manifestations devant le ministère de l’Intérieur et dans d’autres quartiers de la ville.

Le Foreign Office met en garde contre des déplacements au Jebel Chaambi où les forces de sécurité effectuent des opérations de ratissage contre des groupes recherchés.

L’assassinat intervient au lendemain de la publication de chiffres faisant état d’arrivées record de touristes britanniques en Tunisie, en juin.

Les chiffres du mois représentent une hausse de 31% sur ceux de 2012.

«Nous sommes ravis de voir les Britanniques se rendre en si grand nombre comme jamais en Tunisie”, a déclaré la directrice de l’Office National du Tourisme au Royaume-Uni et en Irlande, Wahida Jaiet.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux