Tags Posts tagged with "gouvernement de Youssef Chahed"

gouvernement de Youssef Chahed

par -

L’unité Risques dans les pays du moyen orient et de l’Afrique du journal américain  «The North Africa Journal» vient de publier, ce vendredi 5 mai 2017, un article sur la situation sociale de la Tunisie, portant le titre «Les troubles sociaux et professionnels s’intensifient en Tunisie alors que le gouvernement manque d’idées». L’article apporte surtout un point de vue extérieur sur ce qui se passe en Tunisie. L’importance de sa publication, vient du média en lui-même. En effet, basé à Boston et dont la majorité des abonnés sont des dirigeants d’entreprise et des gestionnaires et qui est aussi, selon l’encyclopédie Wikipedia, une source d’analyse utilisée par les gouvernements, les médias, les universités et les ONG.

Revenant sur les derniers développements de la situation, sociale surtout, en Tunisie et la vague de protestation à laquelle fait face le GUN (Gouvernement d’Union Nationale) à Tataouine et le Kef, le journal américain commente la manière dont le chef du gouvernement tunisien a traité le sujet, notamment après le changement des autorités régionales.  «Tout en accusant les autorités locales et en licenciant les chefs d’administration régionale, le gouvernement central est vraiment responsable du manque d’initiative et de la pénurie d’idées créatives. Les types de griefs avancés par les communautés locales ne peuvent être résolus par les pouvoirs limités aux gouverneurs locaux ».

Le journal  analyse ensuite le rôle des syndicats ouvriers dans cette situation en indiquant que «les vagues de protestations à Tataouine et ses communautés environnantes ont été particulièrement difficiles pour l’administration Chahed, car le puissant syndicat syndicaliste tunisien du travail (UGTT) s’est attaché aux manifestants et a fourni un soutien politique pour forcer les mains de la centrale les autorités». Pour le journal, «les protestations signifiaient que les écoles ne fonctionnent pas normalement et les routes fermées à la circulation. Les manifestants ont mis en place des tentes dans plusieurs régions de la ville pendant plusieurs semaines. Les compagnies pétrolières sont particulièrement cibles et considérées comme de mauvais joueurs et comme des contributeurs à la misère perpétuelle de la population locale».

Et le journal enfin d’évoquer la difficile situation du gouvernement de Youssef Chahed qu’il compare à un chirurgien qui essaie de guérir un malade atteint de plusieurs maladies à la fois. «Avec pas assez d’argent pour apaiser les tensions sociales, des manifestants agressifs qui continuent leurs protestations, des entreprises qui cessent leurs activités ou menacent de le faire et des partenaires étrangers qui ne sont pas si prompts à aider, la stabilisation de la Tunisie est presque comme un chirurgien traitant un patient atteint de multiples maladies ».

 

par -

Le président du mouvement Ennahdha Rached Ghannouchi a affirmé lundi que le gouvernement d’union nationale a bénéficié des conditions favorisant sa réussite; ce qui n’était pas le cas pour les gouvernements précédents.
S’exprimant en marge de la cérémonie de passation de pouvoirs entre Habib Essid et Youssef Chahed organisée ce lundi à Dar Dhiafa à Carthage, Ghannouchi a expliqué que ces conditions consistent essentiellement en une plateforme électorale plus large avec la participation des différentes sensibilités politiques et de plusieurs organisations nationales qui ont validé son programme de travail, dans une allusion à la signature du Document de Carthage.
“Nous nous attendons à ce que le gouvernement d’union nationale réussisse grâce au large consensus dont il a bénéficié”, a-t-il ajouté.
De son côté, le secrétaire général de l’UGTT, Houcine Abassi a estimé que le Document de Carthage sera “déterminant” entre l’organisation et le gouvernement; l’appui de l’organisation syndicale au gouvernement sera conditionné par son engagement à concrétiser le document, a-t-il dit.
“Se trompe celui qui croit que surmonter la crise dans le pays passe par une politique d’austérité au dépens des catégories démunies et des travailleurs”, a averti le secrétaire général de l’UGTT, appelant à la nécessité de trouver des ressources financières auprès de ceux qui en disposent.
Il y a lieu, a-t-il proposé, de trouver d’autres solutions comme lutter contre la corruption, faire face à l’économie parallèle et à la contrebande liée au terrorisme et réviser la loi sur la fiscalité.
Le ministre de la Formation professionnelle et de l’emploi, Imed Hammami a estimé, quant à lui, que le gouvernement doit s’en tenir au Document de Carthage pour réussir sa mission et entamer, en toute urgence et avec sérieux, son action pour réaliser les objectifs escomptés dans un esprit d’équipe loin de toutes formes de calculs partisans et étriqués.
Pour sa part, Anis Ghedira, ministre du Transport a évoqué le programme de restructuration de la compagnie Tunisair qui en phase de parachèvement, précisant que la première étape sera marquée par le licenciement de 400 agents avec garantie des droits et indemnités.
De son côté, la ministre des Finances Lamia Zribi a annoncé qu’elle entamera dès aujourd’hui la finalisation du projet de budget 2017 avant le 15 octobre date de la remise du projet au parlement.
L’ancien Premier ministre du gouvernement d’union nationale en 2011 Mohamed Ghannouchi a appelé à la nécessité de passer le flambeau aux jeunes, tandis que Mehdi Jomaa, chef du gouvernement en 2014, a souhaité que les Tunisiens resserrent les rangs pour réaliser les objectifs escomptés.

par -

Validé par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), le gouvernement de Youssef Chahed ne ressemble aucunement à un gouvernement d’union nationale (GUN), a estimé samedi le Parti destourien libre.
” Par delà sa consécration de la politique des quotas partisans, ce gouvernement est tombé dans la complaisance qui a conduit à l’augmentation du nombre de ses membres “, a-t-il constaté dans une déclaration rendue publique à l’issue du vote de confiance au gouvernement Chahed.
Le Parti destourien libre a également dit craindre le retour à la spirale de violence et au discours religieux extrémiste face aux déclarations précédentes du nouveau ministre des Affaires religieuses qui prône ” l’Islam politique ” et s’oppose à ” l’Etat national “.
A ce propos, il a appelé le chef du gouvernement et les membres de son cabinet à assumer leur entière responsabilité dans la défense des constantes de l’Etat national civil et moderniste, le respect du texte de la Constitution ainsi que dans la préservation du modèle de société tunisien.

par -

En dépit de certaines réserves, les députés du Mouvement Nidaa Tounes, du Mouvement Ennahdha et du Mouvement ” Projet de la Tunisie ” ont affiché, vendredi matin, leur soutien au gouvernement proposé de Youssef Chahed et se sont engagés à lui accorder leur confiance.
Lors de la séance matinale du vote de confiance au gouvernement Chahed, les députés du Mouvement Ennahdha ont dit soutenir Youssef Chahed et son gouvernement, aussi longtemps qu’il demeure attaché à combattre le terrorisme, à lutter contre la corruption, à mettre en application la loi sur l’amnistie générale et à porter un intérêt au développement dans les régions intérieures.
Le député Habib Khedr (Ennahdha) a, pour sa part, critiqué la propension de Youssef Chahed à transférer le dossier de la corruption à l’Instance nationale de lutte contre la corruption.
D’autres députés du bloc Ennahdha ont émis des réserves à l’encontre de certains membres du gouvernement qui, ont-ils dit, ” sont profondément hostiles aux partisans du parti “.
A ce propos, ils les ont appelé à ” surmonter les conflits partisans “.
De son côté, le député du bloc ” Afek Tounes ” Riadh Jaidane a dénoncé l’exclusion de certains partis représentés au sein de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) du gouvernement.
Totalement opposés au gouvernement Chahed, les députés du Front populaire (FP) ont exprimé leur intention de ne pas lui accorder leur confiance.
” Dans son discours, Youssef Chahed n’a fait que vendre des illusions “, a lancé le député Nizar Amami (FP), rappelant la présumée lettre d’intention adressée par la Tunisie au Fonds monétaire internationale (FMI), dans laquelle ” elle s’engage à adopter des politiques douloureuses “.
Bien qu’opposé au gouvernement proposé, le député Haykel Ben Belghacem (FP) a appelé Youssef Chahed à lutter contre la corruption et à appliquer l’article 12 de la Constitution relatif au principe de la discrimination positive.
Pour le député de ” la Voix des agriculteurs ” Fayçal Tebbini, la formation d’un gouvernement d’union nationale représente une violation du texte de la Constitution.
Toutefois, il a salué la nomination de Samir Taïeb à la tête du ministère de l’agriculture, choix qui n’a pas plu au député du Mouvement Echaâb, Salem Labiadh qui a appelé Youssef Chahed à vérifier les biographies des membres de son gouvernement.
Quant aux députés du Courant démocrate et du Mouvement ” Tounes Al-Irada “, ils ont vivement critiqué le gouvernement de Youssef Chahed et dénoncé l’exclusion de certains partis des concertations autour de sa formation.
” Ce gouvernement ne peut être considéré comme un gouvernement d’union nationale “. On peut probablement l’appeler ” gouvernement sans compétences “, ” gouvernement de complaisance “, ou encore ” gouvernement d’allégeances “, mais non pas ” gouvernement d’union nationale “, a lancé le député du Courant démocrate (Attayar) Ghazi Chaouachi.
Le député de ” Tounes Al-Irada ” Mabrouk Hrizi, qui a déchiré le document de Carthage en pleine plénière, a partagé la même position de Ghazi Chaouachi, refusant de considérer le gouvernement proposé comme un gouvernement d’union nationale.
Tout en invitant Youssef Chahed à être un chef de gouvernement indépendant, Hrizi a critiqué l’absence d’un programme clair du gouvernement.

par -

“La majorité absolue des députés du Mouvement Nidaa Tounes vont voter en faveur du gouvernement d’union nationale” a déclaré mardi l’élu du Mouvement à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Hatem Ferjani.
Recevant lundi une délégation du parti, le chef du gouvernement désigné Youssef Chahed a réagi positivement aux réserves émises par les membres de la délégation au sujet de la composition de son gouvernement, a-t-il précisé à l’agence TAP.
Selon Ferjani, le président du groupe parlementaire de Nidaa Tounes et nombre de députés œuvrent actuellement à rapprocher les vues au sein du bloc afin d’aboutir à une position commune, à même de permettre de voter la confiance au gouvernement de Youssef Chahed.
“Le Mouvement Nidaa Tounes va rendre publique dans les prochaines heures sa position définitive à l’égard du gouvernement de Youssef Chahed , a-t-il indiqué.
D’après le président du groupe parlementaire de Nidaa Tounès, Sofiène Toubel, la position définitive du parti sera annoncée au terme des concertations autour des réserves émises au sujet de la composition du gouvernement de Youssef Chahed.
Youssef Chahed, qui a réagi positivement aux réserves émises par la délégation du parti, a promis de considérer tous les points avancés par la délégation et de tenir compte de certaines propositions formulées, a-t-il déclaré dans la journée à l’agence TAP.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux