Tags Posts tagged with "groupe ecobank"

groupe ecobank

par -
  • *L’économie rebondit après une année difficile
  • *Le gaz est le nouveau pétrole de l’Afrique de l’Ouest
  • *L’Afrique joue un rôle de plus en plus important dans la fintech

L’édition 2017 du Guide Taux, Devises et Matières premières (FICC) du service Recherche d’Ecobank, qui propose des informations et une analyse des marchés africains destinées aux investisseurs et aux entreprises, a été lancée aujourd’hui sur le site AfricaFICC. Annonçant des perspectives positives pour le continent, il prévoit que trois principales tendances se confirment lors des 12 prochains mois.

La première tendance indique un rebond économique en Afrique subsaharienne, (https://goo.gl/iyHHHG), dû à une reprise des puissances économiques de la région, le Nigeria et l’Afrique du Sud, et à la croissance continue des pays qui affichent de bons résultats, c’est-à-dire l’Éthiopie, la Côte d’Ivoire et, plus récemment, le Ghana.

  • La croissance sera stimulée par une hausse de la production pétrolière (notamment au Ghana, dans la République du Congo, au Nigeria et en Angola), renforçant les investissements dans les infrastructures en Afrique de l’Ouest et de l’Est. L’amélioration des conditions météorologiques laissent présager de meilleures récoltes.
  • Le renforcement de l’activité économique et un regain modéré des prix du pétrole et des minerais contribueront à réduire le déficit des transactions courantes, mais la pression sur les devises de l’Afrique subsaharienne va subsister.

La deuxième tendance émergente est celle de l’essor du secteur gazier en Afrique de l’Ouest en 2018, (https://goo.gl/ywrt3D) du Sénégal à l’Angola, avec le développement de gazoducs, de plateformes flottantes de gaz naturel liquéfié (FLNG) et de vastes projets de gisements gaziers.

  • Les gouvernements du Golfe de Guinée et d’Afrique de l’Ouest ont multiplié leurs efforts pour s’assurer un approvisionnement en gaz afin de stimuler la production d’électricité dans leur pays et de diversifier les revenus, qui provenaient jusqu’alors essentiellement du pétrole brut.
  • La déréglementation du marché gazier et la possibilité de pratiquer des prix alignés sur les prix du marché seront déterminantes pour favoriser de nouveaux investissements dans les infrastructures gazières de la région.

La troisième tendance concerne l’accélération de l’innovation dans le domaine de la fintech en Afrique en 2018, (https://goo.gl/479xMu) favorisée par une nouvelle génération d’Africains nés à l’ère du numérique. La multiplication de pôles technologiques en Afrique, notamment en Afrique du Sud, au Kenya, au Rwanda, au Nigeria, au Ghana et en Côte d’Ivoire, alimentera la prochaine vague de start-ups africaines et contribuera à développer les liens avec les investisseurs.

  • L’innovation numérique en Afrique subsaharienne est stimulée par l’explosion de l’utilisation du téléphone mobile, qui permet aux consommateurs africains de passer directement aux nouveaux modèles commerciaux et technologies de pointe.
  • Les sociétés africaines de la fintech constituent de plus en plus le moteur de cette innovation, déployant des outils numériques permettant de créer des profils de crédit pour les personnes et entreprises autrefois “non-bancarisées”, de fournir de l’électricité aux foyers ruraux et même d’utiliser l’intelligence artificielle pour diagnostiquer les problèmes de santé à distance.

Edward George, Directeur de la Recherche du Groupe Ecobank, a souligné : « Le monde numérique évolue rapidement, et nous devons faire de même. Le site Web AfricaFICC est un outil important pour faire part de notre connaissance et notre analyse de 41 marchés africains – souvent difficiles d’accès – à un public beaucoup plus large. Nous pensons que ces trois tendances prouvent que l’Afrique a surmonté les difficultés économiques de ces dernières années et est sur la bonne voie pour une croissance plus élevée en 2018 ».

par -

Brexit. Tout le monde ne parle plus que de ce cataclysme, de ses retombées pour l’économie mondialisée. Une étude du centre de recherche du Groupe Ecobank, la première banque panafricaine, nous aide à y voir plus clair dans la jungle des projets d’investissements et des nouvelles destinations où il est possible de prospérer malgré la morosité internationale. Et pour le Groupe Ecobank, pas de doute, il faut prendre la direction de l’Afrique, qui sort du lot par la « diversification » de ses économies et le boom des classes moyennes, ce qui offre une « multitude » de nouvelles niches d’investissement.

Des opportunités à foison

Selon le directeur de la recherche d’Eti, Edward George, les périls engendrés par la fonte du prix des matières premières et la réduction de la demande chinoise ont forcé les économies du continent à explorer de nouvelles pistes. C’est le cas, dit-il, des  télécommunications, de la technologie financière et des services. D’après lui les entreprises et les investisseurs ont intérêt à scruter à la loupe les secteurs qui bouillonnent sur le continent, et ne pas réduire l’Afrique aux économies en crise (Nigeria, Angola ou encore l’Afrique du Sud). M. George dit qu’il faut braquer les projecteurs sur cette Afrique qui est en pleine mutation économique et qui a beaucoup à apporter aux entreprises. « Malgré les risques associés à la chute du prix des matières premières et à la diminution de la demande chinoise, de nouvelles tendances transforment les économies de la région, en particulier dans les secteurs des télécommunications, de la technologie financière et des services. En effet, on ne peut plus parler aujourd’hui de l’essor de l’Afrique dans son ensemble, mais on constate tout de même une transformation économique sur le continent, certes plus sobre et plus nuancée qu’on ne l’attendait, mais bien réelle. L’Afrique n’est pas un pays : elle est composée d’au moins 54 pays, qui se développent à des rythmes différents et se diversifient de manière différente, offrant des opportunités aux entreprises et aux investisseurs », a-t-il dit.

Le Brexit, une chance pour l’Afrique ?

Chi Onwurah, députée de Newcastle upon Tyne Central et présidente du All-Party Parliamentary Group (APPG) pour l’Afrique, qui a assisté au lancement du guide Taux, devises et matières premières (FICC) en Afrique subsaharienne 2016, a appelé le continent africain à sortir par le haut du Brexit en regardant les opportunités qu’il offre. « On ne peut surestimer les répercussions du Brexit sur l’économie mondiale. Mais, alors que nous avons de grands défis à surmonter, nous devons également nous intéresser aux opportunités que représente le Brexit pour l’Afrique. L’accord commercial de l’UE avec l’Afrique a été critiqué pour ses effets négatifs sur l’industrie et l’agriculture africaines. Le Royaume-Uni pourrait être en mesure de mettre en œuvre une politique plus bénéfique aux deux parties », a t-elle déclaré.

Le Guide FICC en Afrique subsaharienne dresse un tableau des perspectives économiques dans la région et fait un focus sur les secteurs (finances, énergie et matières premières agricoles) qui animent la région. Les économies de 41 pays y d’Afrique subsaharienne y sont passées au crible et il apparait que, selon Ecobank, la Côte d’Ivoire, le Kenya, le Sénégal, le Ghana et l’Éthiopie sont en pole position pour les investisseurs en quête de niches. Ces pays pourraient surfer sur leur stabilité politique, leur niveau de croissance, leurs finances publiques saines et la qualité de leurs ressources humaines pour capter les flux d’investissements.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

Le président français, Emmanuel Macron, était parti d'une bonne intention en faisant une virée dans le 10e arrondissement de Paris pour voir de ses...

Reseaux Sociaux

SPORT

Résultats et buteurs à l'issue des matches de la 11ème journée du championnat de la Ligue 1 du football professionne, joués mardi et mercredi: Mercredi: A...