Tags Posts tagged with "IME"

IME

par -

Le Maroc n’est pas seulement une destination de choix pour les investisseurs étrangers, il est aussi un gros investisseur à l’extérieur, et de plus en plus. Les entreprises marocaines ont misé 9,3 Milliards de dirhams à l’étranger l’an dernier, c’est trois plus que le montant enregistré en 2013, d’après les dernières données de l’Office des changes (jusqu’à fin septembre 2017) rapportées par Médias24.

Les pays arabes (hors Mauritanie) occupent la première place, avec un volume de financements de 6 Milliards de DH. C’est 37 fois plus que les montants injectés dans la région en 2012 (158 Millions DH) ; tout au mieux on avait dépassé 1 Milliard DH en 2016.
En fait c’est l’acquisition de Barclays Egypte par la banque marocaine Attijariwafa bank qui a dopé la masse de dirhams dans cette partie du monde. On ne sait rien pour le moment du montant exact de la transaction, ce qu’on sait c’est qu’elle monte à plusieurs Milliards DH. D’après la Bourse égyptienne, cette opération, qui a eu lieu le mardi 2 mai 2017, s’est chiffrée à 494,9 Millions de dollars, soit 4,9 Milliards DH à peu près.

L’appétit du Maroc pour l’Egype a grossi depuis 2015, il y a par exemple Saham Group qui a investi dans ECCO Outsourcing S.A.E. à travers sa filiale Saham Services, Diamantine qui grandit dans les pays du Moyen-Orient. Mais l’Afrique subsaharienne reste de loin la terre de prédilection des opérateurs marocains, pas moins de 13,6 Milliards de DH y ont été investis de 2012 à fin septembre 2017 contre seulement 9 Milliards pour l’ensemble des pays arabes. Donc une fois le coup de Barclays Egypte digéré, l’Afrique subsaharienne reprendra ses droits en termes d’investissement…

par -

L’équilibre du secteur extérieur a été fortement affecté depuis 2011 par la poursuite du dérapage du déficit commercial qui a connu un niveau record en 2017 de 15,6 milliards de dinars ou 16% du PIB.

Tous les groupes de produits ont enregistré un déficit au cours de 2017. Forte détérioration ainsi de la balance énergétique qui a dégagé un déficit de 4 Milliards de dinars en lien avec l’accroissement des importations de 39,9% (contre -19,2% en 2016). Maintien par ailleurs du déficit de la balance alimentaire à un niveau élevé (-1.355 MDT). Poursuite enfin de la détérioration de la balance des biens de consommation avec un déficit de 986 MDT en 2017. Cela, en relation avec le niveau élevé des importations qui se sont inscrites dans une pente ascendante au cours de ces dernières années, atteignant 12,8 Milliards de Dinars en 2017.

Comme on le voit, dans ce document de l’INS, ce sont les IME (Industries mécaniques et électriques) qui ont sauvé l’exportation. Mais ce sont aussi les biens de consommation (en couleur mauve), 2ème grand poste d’importation après les indispensables matières 1ères et semi-produits, qui ont toujours négativement impacté la balance commerciale.

Et la BCT d’en conclure, dans sa dernière analyse du commerce extérieur pour l’exercice 2017, que «dans une conjoncture marquée par une croissance atone, la détérioration chronique de la balance commerciale pourrait avoir des incidences considérables sur la soutenabilité de la dette extérieure du pays».

  • Un effet change avéré, plus sur l’importation que sur l’exportation

A la fin 2017, le déficit commercial des sociétés résidentes (selon l’optique change) s’est élargi de près de 4,3 milliards de dinars comparativement à l’année 2016 pour s’élever à 22,5 milliards de dinars. Cette situation a impacté notablement le niveau des avoirs en devises et a exercé en conséquence de fortes pressions sur le taux de change du dinar.

Comme on le voit d’ailleurs, dans ce document de la BCT, l’effet change a peu impacté l’export, fortement impacté l’importation et a été derrière presque 50 % du solde négatif de 2,991 Milliards DT du solde.

Les experts de la BCT estiment désormais «nécessaire une révision profonde du modèle économique, afin de remédier aux entraves structurelles qui handicapent la relance des secteurs exportateurs pourvoyeurs de devises et à haute valeur ajoutée».
  • Un Milliard DT de manque à gagner, en devise, à cause du phosphate

2017, c’est aussi l’activité du secteur des mines, phosphates et dérivés qui s’est considérablement repliée depuis 2011, entrainant une baisse des exportations en volume d’environ 50% entre 2010 et 2017. Cette baisse est en relation avec la poursuite des tensions sociales au niveau des sites de production et de transport, un manque à gagner colossal en devises de près de 1 milliard de dollars (584 Millions de dollars en 2017 contre 1507 Millions de dollars en 2010). «Ceci, selon la BCT, milite en faveur d’une solution durable de nature à éviter toute perturbation nuisant à une activité aussi stratégique pour l’économie tunisienne».

Le déficit énergétique, qui s’est élevé à 4 milliards de dinars, a contribué en 2017 pour près de 45% dans l’élargissement du déficit commercial global. La baisse continue de la production d’hydrocarbures s’est en effet conjuguée à l’augmentation des cours de ces produits (+23,6% par rapport à 2016). La flambée attendue des cours des produits pétroliers au cours de 2018 devrait accentuer ce gap énergétique. Cela, toujours selon la BCT, nécessiterait éventuellement un recours systématique à l’endettement extérieur. Mais aussi la mise en place d’une stratégie efficace pour la maitrise de la consommation d’énergie, tout en s’orientant vers les énergies renouvelables (solaires, éoliennes…) devrait s’ériger en priorité nationale.

par -

Les investissements industriels déclarés auprès des services de l’APII, ont fait un bond de 53,4%, atteignant 591,3 millions de dinars aux mois de janvier et février 2016. Quelque 613 projets ont été déclarés, marquant une légère augmentation de 2,9%, par rapport à la même période de 2015. Ils devraient permettre la création de 8691 postes d’emplois (+3,6%).
Ces intentions d’investissement sont orientées en premier lieu vers les extensions, le renouvellement de matériel etc… pour un montant de 349,9 MD (+ 123,3%), viennent ensuite les créations de projets pour un volume de 241,4 MD (+ 5,6%).

–       Les IME augmentent de 461%

Les statistiques de l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation dévoilent une importante augmentation de 461% des investissements déclarés dans les industries mécaniques et électriques, durant les deux premiers mois de l’année en cours (217,1 MD). Cette embellie résulte notamment, des déclarations de l’extension d’une unité totalement exportatrice de fabrication de pièces mécaniques pour l’aéronautique (67,6 MD) et d’une unité totalement exportatrice de fabrication de structure aéronautique (35,6 MD) avec un capital 100% étranger. De même, les intentions d’investissement dans les industries des matériaux de construction, de la céramique et du verre ont évolué de 77,6%, à 86,3 MD, principalement suite à la déclaration de l’extension d’une briqueterie (13,7 MD), du renouvellement du matériel d’une autre briqueterie (13,7 MD) et de l’extension d’une unité de fabrication de carreaux en céramique (13 MD).
Tendance haussière aussi, dans les industries agro-alimentaires qui affichent un taux d’accroissement positif de 57,7%, avec des investissements déclarés de 171,6 MD, essentiellement suite à la déclaration de l’extension d’une unité de conditionnement et transformation de lait et dérivés (21 MD) et de la création d’une unité totalement exportatrice de fabrication de farines et graisses animales (14 MD) avec un capital 100% étranger.

–       Repli de l’investissement dans les industries chimiques, du  textile et du cuir

A contrario, le reste des secteurs a enregistré des résultats négatifs en janvier-février, avec une baisse des investissements déclarés dans les industries chimiques de 24%, à 40,5 MD, les industries diverses (-35,6% à 57,1 MD) et le textile et de l’habillement qui ont fortement reculé de 58,6%, à 15,9 MD.
La chute a été nette pour les industries du cuir et de la chaussure (-68,9% à seulement 2,8 MD).
Les investissements déclarés dans les industries totalement exportatrices ont augmenté de 86,2%, à 236,5 MD
grâce essentiellement, aux industries mécaniques et électriques et les industries agro-alimentaires.
Les industries dont la production est orientée vers le marché local ont marqué une hausse plus modeste de 37,3%, à 354,8 MD.
Le nombre des projets dont le coût est supérieur à 5 MD est passé de 11 à 25, pour un montant de 336,7 MD (+209,5) alors que les investissements à 100% étrangers et en partenariat ont marqué une hausse de 176,3%, à 220,3 MD, boostés essentiellement par les industries mécaniques.

–       Ben Arous à la 1ére place des intentions d’investissement

Les volumes d’investissements les plus conséquents ont été déclarés à Ben Arous pour un montant de 184 MD dont 67,6 MD déclarés dans le cadre de l’extension d’une unité de fabrication mécanique dans le secteur aéronautique, à Sfax (56,7 MD) et à Zaghouan (55 MD).
Les deux premiers mois 2016 ont été caractérisés par une hausse au niveau de l’investissement déclaré dans les zones de développement régional (+de 83,1% à 235,3 MD). La part de ces zones dans l’ensemble des gouvernorats est passé de 33,3% à 39,8%. Cette augmentation touche notamment le gouvernorat de Zaghouan (création d’une fonderie et d’une unité de fabrication de farines et graisses animales). Ont également augmenté les investissements déclarés dans le gouvernorat de Béja (20,5 MD), de Kairouan (42 MD) et
de Sfax (43,5 MD).

–       Baisse des projets déclarés dans les services

L’investissement déclaré dans le secteur des services durant les deux premiers mois de l’année 2016 a atteint 230,6 MD progressant de 4,3%. Toutefois, le nombre de projets déclarés a baissé de 2,5%, à 1725 projets, pour une  la création de 6527 postes d’emplois (-8,4%).

Tap

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Le compte satellite du tourisme en 2017 publié par le Haut Commissariat au Plan (HCP) et rapporté par Telquel.ma, fait « ressortir une nette amélioration...

Reseaux Sociaux

SPORT

La joueuse de tennis tunisienne Ons Jabeur (101e mondiale) a poursuivi son aventure réussie au tournoi "Kremlin cup" de Moscou, doté de 767.000 dollars,...