Tags Posts tagged with "Industrie, emplois, textile habillement"

Industrie, emplois, textile habillement

par -

Le secteur du textile/habillement se positionne comme premier secteur manufacturier avec une part de 34,9% des entreprises et de 39,2% des emplois des industries manufacturières.

Sur le plan international, le secteur conserve sa position de 5ème fournisseur de vêtements de l’UE avec 2309 millions d’Euros (4400 MDT) soit 3,8% du total des importations de vêtements de l’UE en 2010, Ces chiffres, les tout derniers, nous ont été fournis par Samir Haouet, directeur général du Cettex (Centre Technique Tunisien du Textile-Habillement) qui faisai pour African Manager la lumière sur la situation actuelle et les perspectives d’évolution du secteur textile-habillement tunisien dans le contexte actuel.

Le secteur se positionne comme pilier de l’industrie tunisienne avec 2036 entreprises employant près de 199 500 personnes. Il conserve une place de choix dans l’économie nationale et maintien une forte contribution aux équilibres socio-économiques de la Tunisie.

Le bon positionnement de la Tunisie en matière de développement durable et d’éthique sociale, critères de plus en plus demandés par les consommateurs, doivent être mis en valeur et développés afin que l’on soit mieux préparé à saisir les opportunités qui s’offrent à nous, a-t-il précisé  Ainsi, des démarches de mise en place de système de management de la qualité sociale et environnementale selon les référentiels internationaux tels que le SA 8000, l’ISO 14000 ou encore une démarche intégré Qualité Sécurité et Environnement (QSE) s’avèrent  d’un intérêt certain pour l’avenir.

Pour ce faire, la diversification des marchés nécessite une démarche commerciale et marketing volontaire de la part des entreprises. Cette démarche passe en premier lieu par le développement de la fonction commerciale et marketing au sein des entreprises, le recrutement d’un personnel bien formé en langues ainsi que d’importants moyens financiers pour prospecter ces marchés.

Forte résilience

Le secteur a fait preuve au fil des années d’une solidité et d’une grande capacité à affronter les difficultés, et a su maintenir sa position dans l’économie nationale et sur les marchés extérieurs. S’agissant de la transition démocratique, elle aura certainement un impact positif sur la dynamique économique et l’attractivité du pays auprès des donneurs d’ordres et des investisseurs locaux et étrangers. En effet, la transparence, la sécurité et le respect de l’éthique dans les relations d’affaires et administratives sont des facteurs de taille dans la décision d’investissement. « Les donneurs d’ordres nous font confiance, cela est perceptible à travers la croissance enregistrée ces derniers mois au niveau des exportations du secteur TH, nous devons êtres à la mesure de cette confiance en étant notamment réactifs et fiables sur les délais et la qualité », affirme  le DG du CETTEX.

D’un point de vue stratégique, ce secteur est appelé à continuer activement son évolution du simple statut de sous-traitant  à celui  de partenaire développeur, cotraitant et fournisseur de produit fini, et d’étendre la chaîne de valeur du secteur au delà de la confection à la fois en amont et en aval.
L’innovation, le développement technologique de l’appareil industriel, la qualité, la réactivité, la flexibilité, le produit fini et le développement des services demeurent des constantes sur lesquelles les entreprises du secteur doivent axer leurs efforts afin d’assurer leur pérennité et leur développement.

Mécanismes d’appui

De multiples mécanismes sont à la disposition des entreprises afin de les appuyer dans ce sens. On peut citer par exemple la PIRD et le PNRI pour l’appui aux projets innovants ou de recherche appliquée, les fonds Intech et Taahil Invest pour l’augmentation du capital liée à des projets innovants et la restructuration financière, l’ITP pour les investissements technologiques, le développement de collection ou encore la mise en place de systèmes de management de la qualité. Il y a également le PCAM pour le coaching technique et non technique des entreprises pour le passage de la sous-traitance à la cotraitance et au produit fini ou encore la mise en place de systèmes de management de la qualité, etc.
 Le CETTEX, à travers son laboratoire, son unité de recherche appliquée ainsi que l’adaptation permanente de son offre de formation continue d’apporter son assistance technique, fournit  un soutien technique aux entreprises dans leurs différentes phases de développement. En outre, il est impliqué dans plusieurs projets de coopération internationale, tels que le projet MedTest avec l’ONUDI pour les aspects environnementaux, et fait bénéficier dans ce cadre les entreprises du secteur d’une expertise nationale et internationale.

Le projet de l’école des métiers, mené en coopération avec ModSpé Paris, est également une réponse qu’apporte le CETTEX aux besoins des entreprises en ressources humaines qualifiées dans les métiers clés de la mode.
Le pôle de compétitivité textile Monastir El Fejja constitue également une composante importante dans l’environnement du secteur, avec notamment le projet de création de Centres de Ressources Technologique (CRT) au sein du technopôle pour l’appui à l’émergence d’un tissu industriel innovant et à forte valeur ajoutée.

Wiem Thebti

par -

Le secteur du textile/habillement se positionne comme premier secteur manufacturier avec une part de 34,9% des entreprises et de 39,2% des emplois des industries manufacturières.

Sur le plan international, le secteur conserve sa position de 5ème fournisseur de vêtements de l’UE avec 2309 millions d’Euros (4400 MDT) soit 3,8% du total des importations de vêtements de l’UE en 2010, Ces chiffres, les tout derniers, nous ont été fournis par Samir Haouet, directeur général du Cettex (Centre Technique Tunisien du Textile-Habillement) qui faisai pour African Manager la lumière sur la situation actuelle et les perspectives d’évolution du secteur textile-habillement tunisien dans le contexte actuel.

Le secteur se positionne comme pilier de l’industrie tunisienne avec 2036 entreprises employant près de 199 500 personnes. Il conserve une place de choix dans l’économie nationale et maintien une forte contribution aux équilibres socio-économiques de la Tunisie.

Le bon positionnement de la Tunisie en matière de développement durable et d’éthique sociale, critères de plus en plus demandés par les consommateurs, doivent être mis en valeur et développés afin que l’on soit mieux préparé à saisir les opportunités qui s’offrent à nous, a-t-il précisé  Ainsi, des démarches de mise en place de système de management de la qualité sociale et environnementale selon les référentiels internationaux tels que le SA 8000, l’ISO 14000 ou encore une démarche intégré Qualité Sécurité et Environnement (QSE) s’avèrent  d’un intérêt certain pour l’avenir.

Pour ce faire, la diversification des marchés nécessite une démarche commerciale et marketing volontaire de la part des entreprises. Cette démarche passe en premier lieu par le développement de la fonction commerciale et marketing au sein des entreprises, le recrutement d’un personnel bien formé en langues ainsi que d’importants moyens financiers pour prospecter ces marchés.

Forte résilience

Le secteur a fait preuve au fil des années d’une solidité et d’une grande capacité à affronter les difficultés, et a su maintenir sa position dans l’économie nationale et sur les marchés extérieurs. S’agissant de la transition démocratique, elle aura certainement un impact positif sur la dynamique économique et l’attractivité du pays auprès des donneurs d’ordres et des investisseurs locaux et étrangers. En effet, la transparence, la sécurité et le respect de l’éthique dans les relations d’affaires et administratives sont des facteurs de taille dans la décision d’investissement. « Les donneurs d’ordres nous font confiance, cela est perceptible à travers la croissance enregistrée ces derniers mois au niveau des exportations du secteur TH, nous devons êtres à la mesure de cette confiance en étant notamment réactifs et fiables sur les délais et la qualité », affirme  le DG du CETTEX.

D’un point de vue stratégique, ce secteur est appelé à continuer activement son évolution du simple statut de sous-traitant  à celui  de partenaire développeur, cotraitant et fournisseur de produit fini, et d’étendre la chaîne de valeur du secteur au delà de la confection à la fois en amont et en aval.
L’innovation, le développement technologique de l’appareil industriel, la qualité, la réactivité, la flexibilité, le produit fini et le développement des services demeurent des constantes sur lesquelles les entreprises du secteur doivent axer leurs efforts afin d’assurer leur pérennité et leur développement.

Mécanismes d’appui

De multiples mécanismes sont à la disposition des entreprises afin de les appuyer dans ce sens. On peut citer par exemple la PIRD et le PNRI pour l’appui aux projets innovants ou de recherche appliquée, les fonds Intech et Taahil Invest pour l’augmentation du capital liée à des projets innovants et la restructuration financière, l’ITP pour les investissements technologiques, le développement de collection ou encore la mise en place de systèmes de management de la qualité. Il y a également le PCAM pour le coaching technique et non technique des entreprises pour le passage de la sous-traitance à la cotraitance et au produit fini ou encore la mise en place de systèmes de management de la qualité, etc.
 Le CETTEX, à travers son laboratoire, son unité de recherche appliquée ainsi que l’adaptation permanente de son offre de formation continue d’apporter son assistance technique, fournit  un soutien technique aux entreprises dans leurs différentes phases de développement. En outre, il est impliqué dans plusieurs projets de coopération internationale, tels que le projet MedTest avec l’ONUDI pour les aspects environnementaux, et fait bénéficier dans ce cadre les entreprises du secteur d’une expertise nationale et internationale.

Le projet de l’école des métiers, mené en coopération avec ModSpé Paris, est également une réponse qu’apporte le CETTEX aux besoins des entreprises en ressources humaines qualifiées dans les métiers clés de la mode.
Le pôle de compétitivité textile Monastir El Fejja constitue également une composante importante dans l’environnement du secteur, avec notamment le projet de création de Centres de Ressources Technologique (CRT) au sein du technopôle pour l’appui à l’émergence d’un tissu industriel innovant et à forte valeur ajoutée.

Wiem Thebti

INTERVIEW

Le Directeur général de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), Samir Bechoual, a appelé à l’institutionnalisation de la campagne d’interpellations et...

AFRIQUE

La Banque africaine de développement (BAD) pense pouvoir offrir 25 millions d'emplois d'ici 2025, dans le cadre de sa nouvelle stratégie pour changer le...

SPORT

Reseaux Sociaux