Tags Posts tagged with "industrie spatiale"

industrie spatiale

par -

“La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) vient d’accorder un prêt de 38 millions d’euros à Figeac Aero pour élargir sa production en Tunisie et au Maroc”, a indiqué, mardi 20 février 2018, le vice-président de la BERD en charge des opérations bancaires, Alain Pilloux.
Lors d’une conférence organisée à l’usine de Figeac Aero El Mghira (gouvernorat de Ben Arous), il a ajouté que la BERD et l’Union européenne (UE) joignent leurs forces pour apporter du soutien à l’économie tunisienne, et plus particulièrement à la chaîne d’approvisionnement de l’industrie aérospatiale, dans le cadre d’un nouveau projet avec Figeac Aéro Tunisie et les petites et moyennes entreprises sous-traitantes.

Cette coopération s’inscrit dans le cadre d’une plus vaste initiative, le “Programme pour la compétitivité des chaînes de valeur” financé par l’UE et mis en œuvre par la BERD en Tunisie, au Maroc, en Egypte et en Jordanie, a-t-il précisé.
Ce programme, a souligné le directeur de Figeac Aero Tunisie, Olivier Sergent, vise à améliorer les performances des PME sous-traitantes locales de Figeac afin de constituer une chaîne d’approvisionnement plus solide pour Figeac Aéro et d’améliorer les performances du secteur aéronautique en Tunisie.
Il a rappelé que Figeac Aéro, groupe spécialisé dans la sous-traitance aéronautique, est un acteur majeur de la production d’aérostructures et de pièces métalliques de haute précision pour les grands constructeurs de l’aéronautique, comme Airbus, et à leurs fournisseurs. Outre ses sites industriels en France, Mexique et aux Etats-Unis, le groupe produit également en Tunisie et au Maroc.

Les représentants des entreprises actives dans le secteur aéronautique ont mis l’accent, à cette rencontre, sur le développement qu’a connu l’industrie aérospatiale tunisienne ces dix dernières années, avec près de 80 entreprises employant 13 000 personnes. Cette industrie tunisienne couvre tous les métiers dédiés à l’aéronautique, notamment les services de conception et d’ingénierie, la maintenance, l’usinage et en particulier l’usinage de précision, le câblage, la fabrication d’aérostructures, le traitement de surface et les composites.
Depuis le début de ses opérations en Tunisie, en 2012, la BERD a investi plus de 640 millions d’euros répartis sur 32 projets dans le pays et a apporté à ce jour son soutien à près de 530 PME tunisiennes sous forme de services de conseil.

par -

L’industrie aéronautique tunisienne devient une filière prometteuse pour la Tunisie grâce à sa position géographique attrayante, la proximité linguistique, le système éducatif et la main-d’œuvre qualifiée. Selon les indicateurs de l’APII, 71% des entreprises aéronautiques travaillent pour l’export et les échanges extérieurs ont permis de dégager un taux de couverture des importations par les exportations de l’ordre de 256 % pour l’année 2016.
Dans un entretien, accordé, à l’agence TAP, Thierry Haure Mirande, président du groupement des industries tunisiennes aéronautiques et spatiales (GITAS), a mis l’accent sur l’impératif pour les entreprises opérant dans le domaine de l’aéronautique de disposer de pré requis, dont la logistique, la rapidité et la compétitivité pour pouvoir saisir les opportunités d’investissements dans ce domaine, se positionner sur les marchés étrangers et exporter leur savoir-faire.

Question : Quels sont les facteurs ayant contribué au développement du secteur aéronautique tunisien qui continuera selon l’APII à créer des emplois à raison de 1000 postes par an sur les cinq prochaines années et comment peut-on préserver, voire faire avancer ce secteur ?

Réponse : Le secteur compte plus de 80 entreprises dont 47 relevant du GITAS, lesquelles emploient plus de 14 mille salariés et réalisent des millions en chiffres d’affaires. Le secteur marque une croissance à deux chiffres par an. L’aéronautique est un secteur de pointe qui nécessite beaucoup de compétitivité, des technologies d’infrastructure, qu’il est donc important pour la Tunisie, de mettre à la disposition des entreprises du secteur les moyens nécessaires pour que le secteur continue à se développer, notamment en termes de logistiques et numériques. Les industriels embauchent et l’Etat assure les moyens. Le risque majeur c’est lorsqu’on n’adapte pas les moyens du pays aux besoins du marché aéronautique, des ruptures de croissance pourront être enregistrées dans quatre ou cinq ans. Toutefois, le GITAS joue un rôle principal pour empêcher cette rupture, à travers la mise en place avec l’Etat tunisien de ces moyens.

Q : Le GITAS, a-t-il préparé un plan de partenariat pour conquérir le marché africain ?

R : Actuellement le groupe GITAS cherche un partenariat avec le Maroc pour créer une entité aéronautique dans le bassin méditerranéen indépendamment du pays. Ce projet permettra de créer des échanges directs afin que l’ensemble de la Méditerranée puisse avoir les mêmes atouts. Le plan de ce partenariat est en cours d’élaboration et vise une harmonisation pour l’aéronautique tant au Maroc qu’en Tunisie.

Le meilleur des RS

C'est un Taoufik Baccar très remonté qui a pris sa plume ce mardi 20 février 2018... ou plutôt son clavier. Sur sa page Facebook,...

INTERVIEW

Syndicaliste, de père en fils, le ministre tunisien de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables, détruit le mythe de l’abondance pétrolière, s’adresse aux...

AFRIQUE

Des statistiques dévoilées par le département de l’Habitat et rapportées par le site de la Fédération des promoteurs immobiliers marocains, au titre du premier...

Reseaux Sociaux

SPORT