Tags Posts tagged with "information judiciaire"

information judiciaire

par -

Un voyage du chef de l’Etat, Emmanuel Macron, à Las Vegas en janvier 2016, alors qu’il était ministre de l’Economie, va peut-être lui valoir de gros ennuis judiciaires à peine quelques semaines après sa prise de fonction. En effet on a appris ceci ce vendredi : «Au vu des premiers éléments recueillis dans le cadre de l’enquête préliminaire (…) le parquet de Paris ouvre ce jour, 7 juillet 2017, une information judiciaire contre personne non dénommée des chefs de favoritisme et recel de favoritisme», indique un communiqué rapporté par l’AFP.

La justice veut faire la lumière sur des présumées irrégularités dans l’organisation de cette visite, concoctée par Havas, mais sans appel d’offres de la part de Business France, un organe contrôlé par le ministère de l’Economie. Dans le viseur du procureur : La directrice générale de Business France en 2016, Muriel Pénicaud, qui occupe actuellement le poste de ministre du Travail dans le gouvernement Macron. Autant dire que l’affaire est hautement explosive pour le président de la République, qui a déjà essuyé 3 démissions de ministres, pour d’autres dossiers judiciaires. Mais étant donné que l’ancien président Nicolas Sarkozy avait lui aussi été cerné par les affaires judiciaires mais sans jamais être condamné, du moins jusqu’ici, il y a de l’espoir pour Macron…

par -

Les unités de la brigade des recherches et d’investigations de la Garde nationale de Sousse ont arrêté, vendredi 17 juin 2017, à Enfidha (Sousse) deux éléments “takfiristes”.

L’un d’eux est recherché par la brigade des recherches et d’investigations de la Garde nationale d’El Mnihla, gouvernorat de l’Ariana, pour ” suspicion d’appartenance à une organisation terroriste”.

Le suspect recherché a été placé en garde à vue. Il a reconnu avoir adopté la pensée takfiriste et fait l’apologie de l’organisation terroriste Daech à travers des posts et vidéos sur les réseaux sociaux incitant au terrorisme.
Une enquête a été ouverte sur l’affaire.

par -

Le ministère public a ordonné, jeudi 2 juin 2017, l’ouverture d’une information judiciaire sur les déclarations de la députée Sabrine Goubantini relatives aux informations portant atteinte à la sécurité nationale qui ont été abordées lors d’une réunion, précédente, du parti Nidaa Tounes.
Selon le substitut du procureur de la République près le Tribunal de première instance de Tunis et porte-parole du Pôle judiciaire de lutte antiterroriste, Sofiène Selliti, la décision intervient en application de l’article 31 du code de procédure pénale et suite aux propos tenus par Sabrine Goubantini dans l’émission ” La Matinale ” diffusée sur les ondes de ” Shems FM “.
Selon Goubantini, des informations portant atteinte à la sécurité nationale ont été abordées lors d’une réunion précédente du parti.
Sabrine Goubantini, députée à l’Assemblée des Représentants du Peuples (ARP) avait indiqué à la TAP que la décision de geler son adhésion à Nidaa Tounes et de son exclusion du bloc parlementaire du parti, intervient dans le cadre de la poursuite de la “purge (politique) menée par le parti contre tous ceux qui s’opposent à la minorité dominante qui se considère comme étant la direction”.
Au sujet des liens entre l’homme d’affaires arrêté Chafik Jarraya et des membres du parti, Goubantini avait affirmé que des membres de Nidaa Tounes entretiennent des relations avec ” Fajr Libya “. (Jarraya avait déclaré à plusieurs reprises avoir des liens avec l’un des dirigeants de Fajr Libya).
Le comité politique de Nidaa Tounes avait décidé, mercredi soir, le gel de l’adhésion de la députée Sabrine Goubantini jusqu’à la tenue de son congrès et son exclusion du bloc parlementaire, décision prise sur la base d’une pétition signée par 42 députés pour ” son comportement portant atteinte à l’image du parti et à son unité”.

par -

Le ministère public a ordonné, hier mardi, l’ouverture d’une information judiciaire contre 12 hauts fonctionnaires pour corruption administrative et financière, a affirmé le porte-parole du pôle judiciaire, économique et financier, Sofiène Selliti.

” Un ancien chef du contentieux de l’Etat, un huissier de justice soupçonnés de détournement de fonds publics sont également poursuivis dans le cadre de cette affaire”, a-t-il encore souligné dans une déclaration à l’agence TAP.

Selon le porte-parole du pôle judiciaire, il est difficile à l’heure actuelle d’estimer la somme d’argent détournée, tout ce qu’on sait c’est que c’est colossal…
Par ailleurs, Selliti a démenti l’émission de tout mandat de dépôt contre les suspects dès lors que les dossiers ont atterri au pôle judiciaire, économique et financier depuis peu de temps.

par -

Le crash du vol MS804 d’EgyptAir, qui s’est produit le 19 mai 2016 entre la Crète et la côte nord de l’Egypte, prend une tournure judiciaire inattendue. En effet le parquet de Paris a fait savoir hier lundi 27 juin 2016 qu’elle a ouvert une information judiciaire pour “homicides involontaires”, ce qui pourrait valoir de sérieux ennuis à la compagnie égyptienne… et peut-être de très gros dédommagements à terme.

Dès que l’accident a eu lieu, le parquet de Paris a enclenché une enquête préliminaire. Les enquêteurs ont mis la main sur les deux boîtes noires de l’appareil à la mi-juin et les experts se sont mis au boulot le 19 juin pour les faire parler.

Pour le moment on n’a pas avancé sur la cause de la tragédie. Les enquêteurs égyptiens, les experts français du Bureau d’enquête et d’analyses (BEA) et du constructeur européen Airbus ainsi qu’un émissaire du Bureau national de la sécurité des transports américain cherchent encore à identifier les raisons du crash.

par -

Plusieurs députés ont réclamé mardi l’ouverture d’une information judiciaire sur les accusations de corruption portées récemment contre certains élus.
L’expert économique Moez Abdeljaouad avait déclaré récemment sur un plateau télévisé que certains députés perçoivent des pots-de-vin en contrepartie de certains services.
A l’ouverture d’une plénière consacrée à l’examen de la loi relative aux élections et aux référendums, les députés ont imputé au président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Mohamed Ennaceur l’entière responsabilité vis-à-vis de ces déclarations.
A ce propos, Le député Adnène Hajji (indépendant) a proposé la création d’une commission pour vérifier le bienfondé de ces allégations et éviter de mettre tous les députés en accusation.
De son côté, la députée Samia Abbou (Courant démocratique) a appelé le parlement à admettre ces accusations face à l’absence de toute transparence et au non-engagement de tous les députés à présenter leur déclaration de patrimoine, accusant certains députés de percevoir des pots-de-vin pour valider le passage des projets de loi à l’ARP et satisfaire les lobbys de la corruption.
Le président de l’Assemblée des représentants du peuple Mohamed Ennaceur s’est engagé à saisir le ministère public à ce sujet, faisant remarquer que le Conseil va examiner ces accusations avant de prendre les mesures qui s’imposent.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux