Tags Posts tagged with "Jalloul Ayed, Tunisie, Libye"

Jalloul Ayed, Tunisie, Libye

par -

Le prochain gouvernement tunisien  a besoin  de redynamiser le programme de privatisation  pour aider à remettre l’économie sur les rails, tandis que le tourisme devrait tirer parti dès maintenant de la situation en Libye devenue  plus stable,  a préconisé le  ministre des Finances, Jalloul Ayed.

Le programme de privatisation, lancé du temps du président déchu,  a été mis en veilleuse à la suite Révolution du 14 janvier, mais le ministre des Finances a affirmé que ce programme devrait se poursuivre après la formation d’un nouveau gouvernement issu de la Constituante qui sera élue  le 23 octobre.

«Le gouvernement devrait et va  privatiser les entités qui peuvent normalement être gérées par le secteur privé de manière efficace»,  a déclaré le ministre  dans une interview préenregistrée  diffusée lors d’une  vidéo conférence, à partir de Tunis et reprise par l’agence Reuters.

«La manière  dont sera  réactivé le  programme de privatisation devra être définie et formulée par le nouveau gouvernement, c’est quelque chose que nous aimerions beaucoup l’encourager à faire.”

Le tourisme en Afrique du Nord a été frappé  de plein fouet par le printemps arabe cette année, mais Jalloul Ayed a déclaré le tourisme en Tunisie, qui a chuté de 40 pour cent en termes de recettes durant les neuf premiers mois de 2011 et de 35 % en  nombre de touristes, devrait commencer à  se relever.

“L’économie a été frappée de plein fouet  suite aux troubles de janvier, et le tourisme qui  a un impact important sur l’économie, a été gravement touché”, a  rappelé le ministre.

“Espérons que les choses iront mieux maintenant que la situation est en voie de stabilisation en Libye.”

Jalloul Ayed a  réaffirmé  que  la croissance du PIB en Tunisie ne dépasserai t pas le taux de  1 pour cent cette année, et pourrait même être nulle.

La Bourse de Tunis a plongé dans la foulée des troubles, et même si, maintenant, elle amorce un retour aux  niveaux du mois de février, elle reste à presque 20 pour cent en deçà des records atteints l’année dernière.

Les ministres des Finances du Groupe des Huit  ont promis,  le mois dernier, des concours financiers de l’ordre de 38 milliards de dollars à la Tunisie, l’Egypte, le Maroc et la Jordanie sur la période 2011-2013.

Il n’y avait pas de ventilation par pays, souligne le ministre, ajoutant qu’il appartient à ces pays de la négocier  pour eux-mêmes. “Nous ne prévoyons pas de décaissement de sitôt, l’essentiel est que  l’engagement soit  là”, a-t-il dit. “Cela signifie que nous n’aurons  pas nécessairement besoin de solliciter le marché pour lever des fonds.”

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les données issues de la nouvelle étude de VC4A intitulée « 2017 Venture Finance in Africa » (capital-risque en Afrique 2017) (www.VC4A.com/research) prouvent que la présence...

SPORT

Reseaux Sociaux