Tags Posts tagged with "Journée mondiale"

Journée mondiale

La Journée mondiale de l’environnement aura lieu le 5 juin prochain. Dans ce cadre, Ford Motor Company annonce le lancement des candidatures pour la 17ème édition du concours « Ford Conservation and Environmental Grants ». A l’issue de cette édition, un prix global de 100 000 dollars sera décerné aux projets gagnants.

Les projets présentés devront être axés autour de trois thématiques principales : l’éducation environnementale, la protection de l’environnement naturel et l’ingénierie de la conservation.

Deux nouvelles catégories sont également prévues cette année : la première portera sur l’utilité de la recherche pour solutionner un problème environnemental donné, la seconde concernera l’engagement communautaire dans la protection de l’environnement.

Les individus ou les organisations possédant des projets à but non lucratif axés sur l’une des différentes catégories précitées sont invités à postuler en téléchargeant le formulaire suivant form here.

Une fois renseigné, les futurs candidats devront envoyer le formulaire par courrier électronique à l’adresse mail suivante : FMEGrant@ford.com.

La date de clôture des candidatures est fixée au 13 juillet 2017 à 18h00 heure GMT Les gagnants seront annoncés à partir de septembre prochain.

« Le succès continu et la qualité des projets qui sont soumis chaque année soulignent toute l’importance que revêt le programme « Ford Conservation and Environmental Grants », explique Jacques Brent, Président de Ford Moyen-Orient et Afrique. «Nous sommes fiers de soutenir les individus et les organisations engagés dans la préservation de notre environnement pour les générations futures ».

Les meilleurs projets présentés seront sélectionnés par un jury indépendant composé d’universitaires, de dirigeants d’organisations environnementales régionales, d’écologistes expérimentés et d’académiciens soigneusement choisis en fonction du lieu géographique où ils travaillent, de leur âge et selon un système paritaire bien défini.

Success Stories

Le grand gagnant du concours Ford Grants 2016 avait proposé un projet original qui consistait à défendre les mangroves au Qatar.

Le second projet retenu fut, quant à lui, marocain : il concernait la protection des ruches traditionnelles d’abeilles au Maroc grâce à des méthodes bien définies de reproduction biologique.

Le troisième gagnant au podium des meilleurs projets pour la protection de l’environnement est libanais. Il proposait un système de base de données et de cartographie retraçant l’ensemble des sites d’importance naturelle et des ressources environnementales dégradées et ce, dans pas moins de 70 communes à travers tout le Liban.

D’autres projets ont également bénéficié de subventions accordées dans le cadre des Ford Grants. Extrêmement variés, ils ont concerné les recherches sur les baleines et les dauphins à Oman, mais aussi la protection des récifs coralliens au Koweït, l’institution de clubs environnementaux dans certaines écoles du Moyen Orient,           le nettoyage des plages en Jordanie, l’assainissement de certaines rivières au Liban, la protection des mangroves en Arabie Saoudite, la préservation des derniers Léopards présents dans les montagnes d’Oman, le développement des systèmes d’irrigation en Algérie, la sensibilisation à la conservation de l’eau au Maroc, l’utilisation de plantes pour lutter contre la pollution des sols en Tunisie et la conservation de certaines espèces d’arbres en voie d’extinction en Egypte…

par -

La Tunisie célèbre, ce jeudi 25 mai 2017, la Journée mondiale de l’Afrique, “une occasion pour le pays d’exprimer sa fierté d’appartenir à l’Afrique et de souligner la priorité accordée dans la diplomatie tunisienne au continent africain”, a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.
Le thème choisi par la Commission africaine pour l’année 2017, “tirer pleinement parti du dividende démographique en investissant dans la jeunesse”, est aussi important pour la Tunisie que pour l’Afrique dès lors que la question des jeunes est désormais une affaire nationale et internationale.
Etant l’un des pays fondateurs de l’Union africaine, la Tunisie affirme sa détermination à poursuivre les efforts pour renforcer les relations de solidarité et de coopération afin de réaliser la complémentarité africaine escomptée, souligne-t-on de même source.
“La Tunisie est attachée aux principes de l’Union africaine”, a ajouté le ministère, soulignant l’importance de conjuguer les efforts pour soutenir l’action africaine commune.
La sécurité et la stabilité en Afrique constitue un pilier et une condition fondamentale pour préserver le développement, ce qui requiert davantage de solidarité et de coopération permettant au continent africain de faire face aux menaces terroristes et aux défis sécuritaires, lit-on de même source.

par -

En matière de tourisme pour tous, l’exigence d’accessibilité universelle ne se limite pas aux seuls groupes formés par les personnes handicapées, les personnes âgées et les familles voyageant avec des enfants en bas âge. À un moment ou à un autre, chacun d’entre nous finit par apprécier les avantages résultant d’une meilleure accessibilité du cadre de vie et des services, que ce soit dans le contexte du tourisme ou en dehors. C’est pour cette raison que l’OMT a choisi de faire du tourisme accessible le thème de la Journée mondiale du tourisme 2016. Les célébrations officielles se dérouleront le 27 septembre à Bangkok (Thaïlande).

Depuis un quart de siècle, la Journée mondiale du tourisme, fêtée tous les ans le 27 septembre, vise à sensibiliser à l’importance du tourisme et à sa valeur sociale, culturelle, politique et économique. Les célébrations officielles de cette année se tiendront à Bangkok (Thaïlande), avec pour thème « Promouvoir l’accessibilité universelle en faveur d’un tourisme pour tous ».

L’accessibilité universelle dans le tourisme est une responsabilité partagée de toutes les parties prenantes de la chaîne de valeur du tourisme, mais c’est aussi un domaine porteur du point de vue commercial pour les entreprises et les destinations.

« Toute personne a droit d’accéder aux loisirs et au tourisme dans des conditions d’égalité. Pourtant, dans le monde, 1 milliard de personnes handicapées, ainsi que les jeunes enfants, les personnes âgées et toute autre personne ayant des difficultés à se déplacer, doivent encore affronter des obstacles pour pouvoir accéder aux éléments fondamentaux du voyage, comme des informations claires et fiables, des transports et des services publics efficaces et un environnement physique dans lequel il est facile de se déplacer. Dans de nombreux lieux touristiques, rien n’est fait pour accueillir les malvoyants, les malentendants, les personnes à mobilité réduite et celles souffrant de troubles cognitifs, en dépit des technologies modernes » a déclaré le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Ban Ki-Moon, dans son message officiel.

« Tous les citoyens du monde ont le droit de vivre en direct l’incroyable diversité de notre planète. Il est donc de la plus haute importance que tous les pays et toutes les destinations, ainsi que les acteurs du secteur, veillent à ce que l’environnement physique, les systèmes de transport, les installations et services publics et les circuits d’information et de communication soient accessibles à tous » a indiqué pour sa part le Secrétaire général de l’OMT.

« Le thème de cette année “Promouvoir l’accessibilité universelle en faveur d’un tourisme pour tous” a trait au défi, pour la Thaïlande et pour le monde entier, d’admettre la nécessité de l’accessibilité dans le tourisme et de faire en sorte de pouvoir recevoir n’importe quel voyageur, où qu’il souhaite se rendre. (…) Il nous faut comprendre les principes de la conception universelle (…) Les voyages et le tourisme sont un secteur en pleine expansion et le nombre de voyageurs augmente d’année en année. Aussi devons-nous offrir le maximum de sûreté et de fluidité pour voyager à travers le monde » a expliqué le ministre du Tourisme et des Sports du royaume de Thaïlande, Kobkarn Wattanavrangkul.

Au programme des célébrations officielles, il y aura une session « Tourisme et médias » le 26 septembre à l’université Chulalongkorn de Bangkok et une conférence de toute une journée le 27. Des experts dans les domaines de l’accessibilité et du tourisme viendront échanger leurs points de vue et des meilleures pratiques, en se penchant sur la nécessité de travailler en coopération pour faire progresser les priorités du tourisme pour tous.

Parmi les sujets qui seront abordés lors de la conférence, on peut citer la création de cadres appropriés de politiques facilitant la mise en place de stratégies spécifiques de développement de l’activité commerciale ou encore la nécessité de redoubler d’efforts en ce qui concerne la sensibilisation et le renforcement des capacités, que ce soit des décideurs ou des professionnels du tourisme. Andrew Stevens, responsable Asie-Pacifique de CNNMoney, sur CNN, modérera les débats.

La conférence portera également sur les stratégies novatrices de développement d’équipements, de produits et de services de tourisme accessible qui apportent de la valeur ajoutée aux destinations et les rendent plus concurrentielles sur le marché mondial du tourisme. Des exemples de meilleures pratiques illustreront tout l’intérêt d’investir dans l’accessibilité.

Les célébrations de la Journée mondiale du tourisme 2016 sont organisées en collaboration avec CNN, partenaire média de l’OMT.

par -

A l’occasion de la célébration de la journée mondiale de soutien aux victimes de la torture qui coïncide avec le 26 juin de chaque année et au démarrage de ses activités, l’instance nationale pour la prévention de la torture a choisi d’embrasser la symbolique carcérale des lieux.
Dimanche matin, sous un soleil accablant, organisateurs, victimes de torture et plusieurs composantes de la société civile, venus de tous bords ont, côte à côte, nettoyé la place de l’ancienne prison 9 avril et lâché des pigeons.
“Une action symbolique visant à préserver la mémoire nationale et à commémorer la morose histoire d’un lieu qui était par le passé le théâtre de plusieurs scènes de torture systématique et d’exécution”, a déclaré aux médias la présidente de l’instance, Hamida Dridi en présence des membres de l’instance et de plusieurs représentants de la société civile.
“C’est aussi une réaffirmation solennelle de notre implication dans l’action sur terrain afin d’améliorer la situation des prisons de manière à ce qu’elles soient adaptées aux standards internationaux en matière de traitement des détenus.”, a-telle encore ajouté, précisant que “le lâchement des pigeons en signe de paix vise à adresser un message en vue d’ouvrir les lieux de détention au contrôle pénitentiaire”.
Revenant sur la vocation de l’instance, Dridi a souligné que l’instance est ” indépendante et que son rôle essentiel consiste à prévenir et à lutter contre la torture à travers l’organisation de visites inopinées”.
“Il s’agit également de détecter, d’enquêter et de poursuivre en justice les pratiques de torture et de traitement dégradant”, a-t-elle révélé, déplorant à ce titre “le retard dans la mobilisation des fonds nécessaires pour la réalisation de ses activités.”
De son côté, le président du réseau tunisien de la justice transtionnelle, Mohamed Kamel Gharbi a souligné que ” la torture existe encore en Tunisie post-2011, faisant état de “230 cas de torture recensés en 2015”.
“Un chiffre qui dénote d’un laxisme gouvernemental à contrer vigoureusement ce phénomène”, a-t-il dénoncé, se déclarant en contrepartie optimiste de voir “la création de l’instance nationale de prévention de la torture contribuer à la mise en place de mécanismes de contrôle, de lutte et de prévention de la torture”.
Il a rappelé les incessants appels de la société civile à transformer l’espace de l’ancienne prison 9 avril en un musée dédié à la mémoire nationale, plaidant en faveur de la création de centres de réhabilitation des victimes de torture dans trois pôles à Tunis, Sfax et Sousse afin de remédier aux séquelles psychologiques et sanitaires des victimes de torture.
Les membres de l’instance ont été élus le 30 mars 2016 par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). Sa vocation, selon la loi organique, étant de veiller au contrôle des lieux de détention, d’enquêter sur les cas de torture, de protéger les victimes.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux