Tags Posts tagged with "ligues de protection de la Révolution,"

ligues de protection de la Révolution,

par -
Au moment où les Ligues de protection de la révolution (LPR) continuent leurs violentes menées contre les Tunisiens avec toute la logistique y afférente et les attaques tous azimuts contre toutes formes d’opposition à Ennahdha

Au moment où les Ligues de protection de la révolution (LPR) continuent leurs violentes menées contre les Tunisiens avec toute la logistique y afférente et les attaques tous azimuts contre toutes formes d’opposition à Ennahdha, une nouvelle Ligue vient de voir le jour. Il s’agit de la Ligue Nationale de la Protection des Citoyens et de la Nation.

A quelle fin ?

Marouen « Le prince », président de ladite ligue vient de diffuser une vidéo dans laquelle il a annoncé la naissance de la ligue de la protection des citoyens et de la nation. Ce nouveau-né a pour but de faire face aux LPR et d’éviter d’éventuels dérapages dangereux que pourrait confronter le pays.

Au début de son message de 26 minutes, le jeune sfaxien a exprimé son amour pour la Tunisie, qui est plus grand que celui du parti au pouvoir et les ligues de protection de la révolution, acquis, selon lui, à une politique d’intrigues et de commérages afin de mener le pays vers le chaos.

Le deuxième message est adressé au mouvement islamiste qui, a-t-il, a administré la preuve de son échec en adoptant une approche monopolistique du pouvoir et en faisant mauvais usage de la religion. « On n’a pas de problèmes avec les dirigeants d’Ennahdha, mais leur politique n’est pas celle qu’il faut pour diriger ce pays dans ce climat particulier». D’après lui, c’est tout simplement un gouvernement de catastrophes qui est en train de conduire le pays tout droit vers la guerre civile.

Loading the player …

jwplayer(“container”).setup({ flashplayer: “/jwplayer/player.swf”, file: “/images/videos/marwen_prince.mp4”, height: 270, width: 480 });

Les dirigeants de la ligue protection des citoyens et de la nation ont adressé ensuite un message à leurs adversaires regroupés sous la bannière des «ligues de protection de la révolution ». Leur porte-parole s’est interrogé sur la nature du pouvoir exercé et prôné ces dernières alors que le pays est dirigé par un gouvernement comprenant des ministères de souveraineté.

Le message est clair : il est temps de se retirer de la scène. « Eloignez-vous de ce pays, laissez les citoyens tranquilles» a conseillé Marouen « Le prince » avant d’ajouter « « Je vous plains, car vous êtes des gens qui viennent de purger des peines de prison, mais je vous assure que vous êtes la première cible au sein d’Ennahdha qui va le payer cher. Soyez prudents, puisque vous êtes en train de vous diriger vers l’abîme ».

Marouen « Le prince » a saisi cette occasion pour proférer des menaces contre les membres des LPR. « Si vous continuez dans la violence et les actes de vandalisme, on est là pour défendre ce pays, ses intérêts et ses paisibles citoyens », a-t-il dit.

La paix, seul mot pour le développement de la Tunisie

Formé de plusieurs jeunes sfaxiens résidant dans nombre de quartiers populaires de la Capitale du Sud, à savoir Sidi Mansour, Hamza et la Route de l’Aéroport ainsi que Taniour et Gremda, ce nouveau mouvement s’est fixé comme mission de protéger les simples citoyens vis-à-vis des « voleurs » et des « mafias ». « C’est une ligue propre composée de personnes soucieux d’instaurer la stabilité dans la Tunisie postrévolutionnaire de manière à réaliser le développement escompté. Et c’est légitime, car la citoyenneté n’est pas l’apanage de l’élite, mais elle est le lot commun de toutes les catégories de la société tunisienne ».

Wiem Thebti

par -
Au moment où les Ligues de protection de la révolution (LPR) continuent leurs violentes menées contre les Tunisiens avec toute la logistique y afférente et les attaques tous azimuts contre toutes formes d’opposition à Ennahdha

Au moment où les Ligues de protection de la révolution (LPR) continuent leurs violentes menées contre les Tunisiens avec toute la logistique y afférente et les attaques tous azimuts contre toutes formes d’opposition à Ennahdha, une nouvelle Ligue vient de voir le jour. Il s’agit de la Ligue Nationale de la Protection des Citoyens et de la Nation.

A quelle fin ?

Marouen « Le prince », président de ladite ligue vient de diffuser une vidéo dans laquelle il a annoncé la naissance de la ligue de la protection des citoyens et de la nation. Ce nouveau-né a pour but de faire face aux LPR et d’éviter d’éventuels dérapages dangereux que pourrait confronter le pays.

Au début de son message de 26 minutes, le jeune sfaxien a exprimé son amour pour la Tunisie, qui est plus grand que celui du parti au pouvoir et les ligues de protection de la révolution, acquis, selon lui, à une politique d’intrigues et de commérages afin de mener le pays vers le chaos.

Le deuxième message est adressé au mouvement islamiste qui, a-t-il, a administré la preuve de son échec en adoptant une approche monopolistique du pouvoir et en faisant mauvais usage de la religion. « On n’a pas de problèmes avec les dirigeants d’Ennahdha, mais leur politique n’est pas celle qu’il faut pour diriger ce pays dans ce climat particulier». D’après lui, c’est tout simplement un gouvernement de catastrophes qui est en train de conduire le pays tout droit vers la guerre civile.

Loading the player …

jwplayer(“container”).setup({ flashplayer: “/jwplayer/player.swf”, file: “/images/videos/marwen_prince.mp4”, height: 270, width: 480 });

Les dirigeants de la ligue protection des citoyens et de la nation ont adressé ensuite un message à leurs adversaires regroupés sous la bannière des «ligues de protection de la révolution ». Leur porte-parole s’est interrogé sur la nature du pouvoir exercé et prôné ces dernières alors que le pays est dirigé par un gouvernement comprenant des ministères de souveraineté.

Le message est clair : il est temps de se retirer de la scène. « Eloignez-vous de ce pays, laissez les citoyens tranquilles» a conseillé Marouen « Le prince » avant d’ajouter « « Je vous plains, car vous êtes des gens qui viennent de purger des peines de prison, mais je vous assure que vous êtes la première cible au sein d’Ennahdha qui va le payer cher. Soyez prudents, puisque vous êtes en train de vous diriger vers l’abîme ».

Marouen « Le prince » a saisi cette occasion pour proférer des menaces contre les membres des LPR. « Si vous continuez dans la violence et les actes de vandalisme, on est là pour défendre ce pays, ses intérêts et ses paisibles citoyens », a-t-il dit.

La paix, seul mot pour le développement de la Tunisie

Formé de plusieurs jeunes sfaxiens résidant dans nombre de quartiers populaires de la Capitale du Sud, à savoir Sidi Mansour, Hamza et la Route de l’Aéroport ainsi que Taniour et Gremda, ce nouveau mouvement s’est fixé comme mission de protéger les simples citoyens vis-à-vis des « voleurs » et des « mafias ». « C’est une ligue propre composée de personnes soucieux d’instaurer la stabilité dans la Tunisie postrévolutionnaire de manière à réaliser le développement escompté. Et c’est légitime, car la citoyenneté n’est pas l’apanage de l’élite, mais elle est le lot commun de toutes les catégories de la société tunisienne ».

Wiem Thebti

par -
La Tunisie vit

La Tunisie vit, depuis des semaines, au rythme des explosions de mines qui amputent les jambes des valeureux éléments de l’armée et de la garde nationale. Une situation qui nuit considérablement à l’image du pays devenu la Mecque des camps d’entraînement des terroristes sous le couvert du djihad au moment même où son économie est à deux doigts de voler en éclats.

Alors que les partis au pouvoir se murent quasiment dans un mutisme troublant au sujet de ce qui se passe à Jbel Chaambi et s’abstiennent de le condamner et encore moins de vouer aux gémonies les groupes terroristes qui en sont les auteurs bénéficiant d’une sorte d’immunité sécuritaire, les forces armées nationales continuent de défendre avec bravoure la territoire national, exténuées comme elles le sont par la reconduction à répétition de l’état d’urgence due au fait du prince de la présidence de la République, en dépit de l’opposition de l’ancien du ministre de la Défense , ce qui lui a coûté son poste. Nos forces armées et de sécurité font face sans trêve ni répit aux groupes terroristes opérant sur les frontières tuniso-algériennes, payant un lourd tribut en pertes humaines pour cause de manque d’armements.

Sur ces entrefaites, le chef de la ligue de protection de la Révolution ose pousser le culot jusqu’à menacer de traîner en justice toutes les parties qui s’aviseraient à le « salir » autant que sa ligue.

Il y a rigoureusement lieu à ce propos de questionner ces ligues ainsi que les structures qui lui sont similaires qui prétendent protéger la révolution et qui en tirent prétexte pour se fendre de déclarations incendiaires et d’actes odieux contre les uns et les autres , où est-ce qu’elles se sont terrées alors que des menaces pèsent sur la Nation et que les terroristes sont retranchés dans des hauteurs difficiles d’accès, semant la panique parmi les citoyens soucieux de la sécurité du pays , de son intégrité territoriale , de sa stabilité et de son invulnérabilité économique ?

Les membres des ligues de protection de la Révolution, tels que Mounir Ajroud et Imed Dghim et autres considèrent-ils que la Révolution est effectivement menacée par les groupes terroristes qui utilisent leur pays comme un centre d’entraînement et de « djihad contre les mécréants », aujourd’hui, à l’extérieur de la Tunisie, et demain à l’intérieur même du pays ?

Pourquoi toutes ces ligues ne se mettraient-elles pas en ordre de marche, à l’unisson, comme un seul homme et en volontaires derrière les forces de sécurité et de l’armée pour défendre la Tunisie, si vraiment elles sont imbues réellement de bravoure et de patriotisme ? Ou alors est-ce que ces qualités ne valent pour ces ligues que lorsqu’il s’agit de s’attaquer aux citoyennes et citoyens tunisiens sans armes?

Dans l’entre-temps, les « hommes » du Congrès pour la République se taisent et se clapissent dans le palais de leur président et dans le centre des études stratégiques à leur disposition, administrant la preuve qu’ils ne sont bons que pour l’opposition paisible et pacifique et qu’ils sont contre la presse qui ne partage pas forcément leur façon de voir les choses ni ne se conforme à leur agenda. La présidence de la République ne dit pas un traître mot ni ne publie de communiqué sur la situation en Tunisie, se bornant à en publier sur des événements survenant ailleurs qu’en Tunisie.

Le dirigeant du mouvement Ennahdha , Sadok Chourou, pour sa part, estime , dans une déclaration, ce lundi 6 mai, au journal Assarih, que le djihad est un devoir légitime s’il s’agit de lutter contre les tyrans et les gouvernants despotes , selon ses dires, donnant ainsi l’impression de nous éloigner de ce qui se passe aux quatre coins de notre patrie, alors même que les autres membres du gouvernement de la troïka ergotent sur les prérogatives , les nominations et les postes au sein de l’Etat.

Quant au chef du gouvernement, il ne fait que briller par son absence. L’homme a pris sur lui d’observer le silence depuis qu’il s’est installé dans le fauteuil de son prédécesseur au Palais Edhiafa. Il s’interdit même de faire des visites et de se déplacer hors sa tour d’ivoire, demandant de ne pas dramatiser la situation. C’est comme si l’accaparation intégrale des rênes du pouvoir, encore une fois, est le vrai souci majeur de son parti depuis les élections d’octobre 2011.

Khaled Boumiza

Le meilleur des RS

Il a été ministres, de l’industrie, de la Défense nationale, de la Santé publique et surtout illustre ministre de l’Economie et des finances en...

INTERVIEW

Habib Karaouli, PDG de la Banque d'affaires de Tunisie (BAT), récemment rebaptisée Capital African Partners Bank, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où...

AFRIQUE

C'est sans doute un tournant dans le combat contre la secte islamiste Boko Haram, que rien ne semblait pouvoir stopper jusqu'ici. Les gouverneurs de...

Reseaux Sociaux

SPORT

L'entraîneur de l'ES Sétif, Kheïreddine Madoui s'est dirigé dimanche pour la Tunisie afin de rejoindre son futur club de l’Etoile sportive du Sahel, a...