Tags Posts tagged with "maire de dakar"

maire de dakar

par -

C’est l’épilogue d’un procès qui a fait les gros titres au Sénégal pendant près de deux mois et demi, cristallisant les tensions entre une opposition qui accuse le président Macky Sall d’écarter de sa route un sérieux challenger pour le scrutin de 2019 et un pouvoir qui argue que personne, pas même le puissant députe et maire de Dakar, n’est au-dessus de la loi. Khalifa Ababacar Sall, qui était jugé pour « escroquerie aux deniers publics », « faux et usage de faux dans des documents administratifs », « complicité en faux en écriture de commerce », « association de malfaiteurs » et « blanchiment d’argent », a été déclaré coupable vendredi 30 mars 2018 pour les trois premiers chefs d’inculpation et condamné en conséquence à 5 ans de prison de ferme, la peine minimale pour ce type de délit. Il devra également s’acquitter d’une amende de 5 millions de francs CFA, sans dommages et intérêts. Ses avocats ont décidé de faire appel, rapporte Jeune Afrique.

Ce qui est reproché au maire de la capitale, en détention depuis le 07 mars 2017, c’est d’avoir abusé de la Caisse d’avance en détournant 1,8 milliard de francs CFA (2,7 millions d’euros). Ses présumés complices ont écopé de 6 mois à 5 ans de prison ferme. Ainsi, la secrétaire Fatou Traoré a pris deux ans de prison, dont six mois ferme ; Yaya Bodian et Mbaye Touré, respectivement comptable et directeur administratif et financier de la mairie de Dakar, ont été condamnés tous deux à 5 ans de prison ferme.

Les partisans du maire, comme ils le clament depuis le début de cette affaire, ont agité la salle à l’annonce du jugement en criant au procès politique, et on a même enregistré des face-à-face musclés avec les forces de l’ordre dans certaines rues de la capitale. Maintenant l’opposition attend au tournant le président Sall, pour savoir si les nombreux dossiers entre les mains de l’OFNAC (Office National de lutte contre la Fraude et la Corruption) vont déboucher sur autre chose que des condamnations de personnalités de l’opposition, notamment les adversaires potentiels de l’actuel président de la République. Il est vrai que jusqu’ici seuls Karim Wade, le fils de l’ancien chef de l’Etat et le maire de Dakar ont été broyés par la guerre implacable que Macky Sall a déclarée à l’enrichissement illicite, alors qu’il est de notoriété publique que les écarts de ce type ne sont pas le fait d’une seule partie. Le chargé de communication de la présidence de la République a déclaré hier dans la soirée, en direct sur une télévision privée, que tous les dossiers, aussi bien ceux de responsables de la coalition au pouvoir que ceux de l’opposition, sont entre les mains des juges et qu’ils iront jusqu’au bout. Wait and see

par -

Le maire de Dakar, Khalifa Sall, un des poids lourds du Parti socialiste, au pouvoir pendant plusieurs décennies, a été pris dans les filets de la justice pour une affaire de détournement de fonds publics et association de malfaiteurs. Des charges très lourdes qui lui ont valu, le mardi 07 mars 2017, un mandat de dépôt, lui et six de ses collaborateurs, au terme d’une audition par un juge d’instruction. Sall a donc dormi à la célèbre prison de Rebeuss, dans la capitale, où était détenu Karim Wade, le fils de l’ex-président de la République, avant d’être gracié par l’actuel chef de l’Etat, Macky Sall…

Un membre du collectif des avocats du maire de Dakar a confié à Jeune Afrique que cette issue était attendue et qu’ils avaient même libellé un communiqué de presse repris par les médias. « Cette arrestation et cette détention n’ont pour but que de freiner Monsieur Khalifa Sall dans ses ambitions politiques, en l’empêchant de se présenter aux prochaines élections législatives et présidentielle, prévues respectivement en juillet 2017 et février 2019 », déclarent ses avocats dans ce texte.
Ils sont d’avis que l’incarcération du maire socialiste de la capitale sénégalaise ne repose que “sur des raisons politiques” et découle “d’une instrumentalisation de la justice sénégalaise».

De tous les collaborateurs de Khalifa Sall qui ont défilé dans le bureau du juge, seuls deux  percepteurs municipaux ont été laissés en liberté par le magistrat, mais avec le régime de contrôle judiciaire. Le directeur des affaires financières de la mairie, son adjointe, le chef de la division financière et comptable et trois autres employés n’ont pas été logés à la même enseigne.

Ce qu’on reproche à ce beau monde, mais à ce stade ça reste des présomptions, c’est d’avoir pioché à des fins personnels dans la « caisse d’avance », entre 2011 et 2015. Ce fonds est alimenté à hauteur de 30 millions de F CFA, chaque mois, et le maire peut en disposer pour régler les problèmes des citoyens qu’il administre. Mais un rapport de l’Inspection générale d’État (IGE) pointe des manquements dans la gestion de ce pactole, ce que dément formellement le maire de Dakar. « Je conteste formellement avoir jamais détourné le moindre denier public. Je suis un ordonnateur de crédits et non un comptable public, de sorte qu’il ne peut m’être demandé la production de justificatifs de dépenses », a argué Sall.

A moins de quatre mois des législatives, fixées au 30 juillet 2017, le climat politique se tend au Sénégal. Le maire de la capitale compte dans ses soutiens des leaders de l’opposition, ce qui risque d’agiter le scrutin…

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

C’est un drôle de statut, celui publié par Achref Barbouche, sous le titre de «La politique en Tunisie, en deux mots ». Des mots, presque...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT