Tags Posts tagged with "Mairie de Tunis"

Mairie de Tunis

par -

Nidaa Tounes a perdu la crédibilité qui l’a fait triompher aux élections de 2014, a perdu un gros bataillon de militants, a perdu les municipales et surtout ses batailles dans des villes clés comme Tunis et Sfax…, mais l’heure n’est toujours pas à l’autocritique, semble-t-il. Ce mercredi 04 juillet 2018, son très actif (dans les médias et Facebook je veux dire) porte-voix, Mongi Harbaoui, était encore de sortie… pour désigner, une fois de plus, des responsables des échecs du parti bâti par le chef de l’Etat. Harbaoui a déclaré, sur Shems FM, que depuis plus de 3 ans, sa formation fait “l’objet d’un harcèlement de la part de certains médias qui s’acharnent à salir son image”.

Le porte-parole de Nidaa Tounes a imputé les revers de son parti aux municipales aux échecs du gouvernement dans lequel ils sont majoritaires. «Nous nous sommes présentés aux élections avec le fardeau d’un bilan gouvernemental très faible et nous avons aussi été directement frappés par les réformes impopulaires qui ont été lancées par l’équipe de Youssef Chahed» a-t-il indiqué. Il a tout de même ajouté que le chef du gouvernement est un élément de Nidaa Tounes mais que cela ne les empêche pas de diagnostiquer objectivement la situation du pays et d’en conclure la nécessite d’opérer un remaniement profond.

Au sujet de la défaite de leur candidat Kamel Idir au poste de Maire de Tunis, Harbaoui est revenu sur les bruits selon lesquels Idir doit sa déroute à la trahison d’électeurs nidaïstes. Il a démenti de tels agissements à Tunis, mais que pour l’élection du Bardo des faits de cette nature ont été rapportés et qu’une enquête a été diligentée afin de démasquer les coupables et les punir en conséquence, a-t-il précisé.

Mais le clou de l’intervention du porte-parole de Nidaa Tounes est sans doute ces fleurs qu’il jette à leur allié de circonstance et non moins rival : “L’appareil d’Ennahdha, avec lequel nous disputons la partie, fonctionne à merveille, c’est une machine rodée qui a plus d’expérience que les autres». Rached Ghannouchi et compagnie, qu’on a vu parader après le sacre de Souad Abderrahim, n’en demandaient pas tant !

par -

Le Député Karim Helali, représentant du parti Afek de Yassine Brahim, a tout récemment publié un Post sur sa page Facebook, dans lequel il dénonce un contrat de 30 MDT sur une période de 5 années qui aurait été accordé à une société, dont il n’a cité que la première lettre «V», dans des conditions opaques.

Helali affirme que cette entreprise spécialisée dans la collecte des déchets et des poubelles dans les régions de Bab Bhar et d’El Menzah à Tunis, se serait vue accorder ce marché alors qu’elle n’était qu’unique candidate à un appel d’offre.

Le député affirme aussi que la Mairie de Tunis aurait éliminé une autre entreprise qui avait fait une meilleure offre financières, pour des raisons techniques qui ne figureraient pas dans le cahier des charges.

La différence de prix, selon la même source, serait de 500 mille DT. Le député affirme aussi avoir mis au courant l’autorité de tutelle de la Mairie de Tunis de ce dépassement, en regrettant que «la machine de la corruption, soit plus forte», ajoutant que «dans ce cas, il ne nous reste que l’ARP (Assemblée des Représentant du Peuple), la haute instance de lutte contre la corruption et la justice». Une menace qui dit bien son nom.

par -

Il pose fièrement et parade, écharpe municipale  en travers du costume dans son bureau où il donnait récemment une interview. Seifallah Lasram est pourtant un Maire que l’on voit rarement se promener en ville où il ne risquerait que de voir les barbelés, les sacs de sable et les saletés qui jonchent les rues de la ville dont il a la charge et celle qui devrait être le miroir de tout un pays.

Il était presque 18 heures, vendredi 13 mai,  dans la rue Al-Djazira dans la capitale. Une rue inondée, jusqu’à devenir immonde, d’étals ambulants du marché parallèle sur plusieurs centaines de mètres. Une rue laide de plastique et de  cartons de marchandises importées illégalement et vendues de manière toute aussi  illégale. A cette heure de la journée , les étals ambulants commençaient à rempiler laissant des tonnes de papier, plastique, cartons et autres détritus, sur des trottoirs insalubres . Une rue qui était une des plus belles artères marchandes de la capitale. Une rue devenue un vrai dépotoir des marchands d’un secteur parallèle que le Maire et sa police municipale semblent décidés à ne plus combattre, tant sa gangrène se métastase chaque jour plus dans les rues de la capitale qui renvoie ainsi la pire des images d’un pays qui tente vainement de reconquérir le tourisme.

nas babjas

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Le compte satellite du tourisme en 2017 publié par le Haut Commissariat au Plan (HCP) et rapporté par Telquel.ma, fait « ressortir une nette amélioration...

Reseaux Sociaux

SPORT

La joueuse de tennis tunisienne Ons Jabeur (101e mondiale) a poursuivi son aventure réussie au tournoi "Kremlin cup" de Moscou, doté de 767.000 dollars,...