Tags Posts tagged with "maîtrise"

maîtrise

par -

La Tunisie et la Suisse ont signé, mardi 18 juillet 2017 au siège de l’Agence Nationale pour la Maitrise de l’Energie (ANME), une convention portant sur le lancement du projet d’Appui au plan national de transition énergétique des communes tunisiennes, d’un montant total de plus de 11,3 Millions de Dinars (MD).
Le projet qui sera réalisé sur trois ans sera financé par un don suisse à hauteur 9 MD et par une allocation du gouvernement tunisien de 2,3 MD.
Selon la ministre de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables, Héla Cheikhrouhou, ce projet permettra de financer des audits énergétiques dans les 350 communes tunisiennes et soutiendra certains de leurs projets d’investissement dans le domaine de la maitrise de l’énergie.

L’objectif assigné à ce projet figure en tête de liste des priorités de la Tunisie, a indiqué la ministre rappelant que la stratégie énergétique adoptée, en novembre 2016, par le gouvernement tunisien vise la réduction de 30% de la consommation de l’électricité à l’horizon 2030.
L’audit qui sera réalisé dans le cadre de ce projet, poursuit encore Cheikhrouhou, permettra par la suite la formulation de recommandations concernant les investissements qui seront réalisés, les énergies alternatives qui seront développées, la modernisation des installations et l’utilisation de matériel non énergivore.
Le projet vise l’introduction d’une version adaptée de l’approche ” European Energy Award ” (EEA), un label qui encourage les communes à développer une politique énergétique intégrée. Ce label a été mis en place dans plus de 400 communes suisses ainsi qu’en France, en Allemagne, en Roumanie, au Maroc et au Chili.

A noter que le projet d’Appui au plan national de transition énergétique des communes en Tunisie vient en appui à la mise en œuvre du programme national Alliance des Communes pour la Transition Energétique (ACTE).
Ce programme vise le renforcement de la capacité des communes à améliorer leurs niveaux de transition énergétique à travers la maitrise de l’énergie et le recours aux énergies renouvelables.
Concrètement, il s’agit de renforcer la capacité des collectivités à analyser, planifier, mettre en œuvre et assurer le suivi de leurs stratégies énergétiques locales.
Le programme fait appel aux multiples rôles des communes pour la maitrise de l’énergie dans l’ensemble des secteurs qui relèvent directement ou indirectement de la compétence communale.
Il s’agit de la planification urbaine et le permis de construire, la mobilité et les systèmes de transport, l’infrastructure et les équipements communaux, la diversification énergétique et la dépollution, l’organisation interne, le suivi monitoring, la coopération et la communication.

Parmi les résultats attendus : le renforcement de la disposition des communes à mettre en place une planification énergétique durable, intégrée et établie de façon participative. Il s’agit en outre de renforcer leur engagement à partager leurs expériences et leurs approches.
Cette convention a été signée par l’ambassadrice de Suisse en Tunisie Rita Adam et le Directeur Général de l’Agence Nationale pour la Maitrise de l’Energie (ANME) Hamdi Harrouch, en présence de la ministre de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables.

par -

La présidence du gouvernement prendra des mesures exceptionnelles et draconiennes pour maîtriser les dépenses de fonctionnement et réduire celles des rémunérations.

Dans un document officiel cité par hebdomadaire Assabah Ousbouii, l’accent est mis sur les mesures relatives aux primes et indemnités avec une réduction des primes des heures supplémentaires et à la rationalisation de la prime de rendement qui sera liée effectivement aux prestations livrées.

De même, la présidence du gouvernement a décidé de prendre des mesures exceptionnelles concernant essentiellement l’arrêt des recrutements à l’exception de ceux des diplômés des  écoles de formation , la réduction du nombre des élèves des établissements de formation  et le non recours au remplacement des fonctionnaires ayant fait valoir leur droit à la retraite, outre la décision de ne pas pourvoir à la vacance des postes due à la démission de leurs titulaires, leur décès ou leur détachement.

Selon le document de la Primature, la masse salariale devra être ramenée à 12% du PIB à l’horizon 2020 contre 14% actuellement.

Il est à rappeler à cet égard que la Directrice générale du FMI, Christine Lagarde, avait vivement critiqué, lors d’une réunion tenue en présence du gouverneur de la Banque centrale de Tunisie et du ministre des Finances, à l’occasion de sa dernière visite en Tunisie, l’augmentation de la masse salariale dans le pays qui compte parmi les plus élevées au monde, comme elle avait reproché au gouvernement de ne pas avoir utilisé les fonds induits par la baisse des cours mondiaux du pétrole à des fins d’investissement mais pour augmenter les salaires dans la fonction publique.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux