Tags Posts tagged with "marché, Ramadan, tunisie"

marché, Ramadan, tunisie

par -
De sa nature

De sa nature, mois de piété et de dévotion religieuse, Ramadhan n’en est pas moins l’occasion récurrente d’une vraie frénésie alimentaire et ipso facto dépensière. Ce faisant, il dicte aux autorités l’obligation de pourvoir le marché et abondamment en denrées , à l’effet de conjurer toute pénurie.

A l’issue du Conseil ministériel tenu hier, jeudi 26 juin 2014, le gouvernement a assuré avoir pris un ensemble de mesures en prévision du mois saint qui concernent, notamment, l’approvisionnement du marché, la rationalisation de la consommation et la maîtrise des prix.

La ministre du Commerce, Najla Harrouch, se dépensant à son tour en assurances, a annoncé la mise en place d’un programme pour approvisionner les marchés durant Ramadan, afin de répondre à la demande, tout en contrôlant la qualité des produits au niveau des marchés, des circuits de distribution et des points de vente au détail.

Le contrôle sera également effectué sur les balances, afin de mettre un terme aux fraudes.

Le ministre de l’Agriculture, Lasaâd Lachaâl, a appelé, pour sa part, les consommateurs à éviter l’empressement, en indiquant que les produits de consommation courante sont disponibles en quantités suffisantes, grâce à la récolte importante enregistrée cette année.

L’Organisation de défense du consommateur, abondant dans ce sens, a même appelé les consommateurs à contribuer à la lutte contre les pratiques commerciales illicites essentiellement la hausse des prix des produits alimentaires.

Contacté par Africanmanager, Mohamed Zarrouk, président de l’Organisation de défense du consommateur (ODC), a affirmé que l’ODC se mobilise davantage afin de lutter contre la hausse des prix pouvant nuire au pouvoir d’achat des consommateurs essentiellement au cours du mois de Ramadan.

Selon lui, l’Etat doit geler les hausses des prix et le consommateur doit être conscient et faire preuve de sens de la responsabilité face aux pratiques illégales des commerçants. « Le pouvoir d’achat demeure une ligne rouge infranchissable, et il est primordial de mettre fin à l’augmentation des prix sur les produits alimentaires, a-t-il affirmé.

Un numéro bleu pour signaler les dépassements des commerçants

Mohamed Zarrouk a déclaré, que l’ODC a mis en place un numéro bleu 82 100 300 au profit des consommateurs, et ce pour signaler les pratiques illégales des commerçants, telles que le non-affichage des prix, la vente conditionnée, l’utilisation de bascules non-conformes aux normes en vigueur.

Et d’ajouter que l’organisation s’emploiera en collaboration avec les agents du contrôle économique, le ministère de la santé, à inspecter les marchés et à contrôler essentiellement le secteur de viandes rouges et blanches.

A rappeler qu’au cours du Ramadan 2013, environ 4647 infractions économiques ont été relevées par les services de contrôle économique. Ces infractions ont été enregistrées dans le secteur des viandes rouges et blanches (1423 infractions), suivi par l’alimentation générale (1414), les fruits et légumes (675), les produits subventionnés (450), le textile et habillement (122), les loisirs (16) et autres secteurs d’activités (483), relève le ministère du Commerce.

Nadia Ben Tamansourt

par -
De sa nature

De sa nature, mois de piété et de dévotion religieuse, Ramadhan n’en est pas moins l’occasion récurrente d’une vraie frénésie alimentaire et ipso facto dépensière. Ce faisant, il dicte aux autorités l’obligation de pourvoir le marché et abondamment en denrées , à l’effet de conjurer toute pénurie.

A l’issue du Conseil ministériel tenu hier, jeudi 26 juin 2014, le gouvernement a assuré avoir pris un ensemble de mesures en prévision du mois saint qui concernent, notamment, l’approvisionnement du marché, la rationalisation de la consommation et la maîtrise des prix.

La ministre du Commerce, Najla Harrouch, se dépensant à son tour en assurances, a annoncé la mise en place d’un programme pour approvisionner les marchés durant Ramadan, afin de répondre à la demande, tout en contrôlant la qualité des produits au niveau des marchés, des circuits de distribution et des points de vente au détail.

Le contrôle sera également effectué sur les balances, afin de mettre un terme aux fraudes.

Le ministre de l’Agriculture, Lasaâd Lachaâl, a appelé, pour sa part, les consommateurs à éviter l’empressement, en indiquant que les produits de consommation courante sont disponibles en quantités suffisantes, grâce à la récolte importante enregistrée cette année.

L’Organisation de défense du consommateur, abondant dans ce sens, a même appelé les consommateurs à contribuer à la lutte contre les pratiques commerciales illicites essentiellement la hausse des prix des produits alimentaires.

Contacté par Africanmanager, Mohamed Zarrouk, président de l’Organisation de défense du consommateur (ODC), a affirmé que l’ODC se mobilise davantage afin de lutter contre la hausse des prix pouvant nuire au pouvoir d’achat des consommateurs essentiellement au cours du mois de Ramadan.

Selon lui, l’Etat doit geler les hausses des prix et le consommateur doit être conscient et faire preuve de sens de la responsabilité face aux pratiques illégales des commerçants. « Le pouvoir d’achat demeure une ligne rouge infranchissable, et il est primordial de mettre fin à l’augmentation des prix sur les produits alimentaires, a-t-il affirmé.

Un numéro bleu pour signaler les dépassements des commerçants

Mohamed Zarrouk a déclaré, que l’ODC a mis en place un numéro bleu 82 100 300 au profit des consommateurs, et ce pour signaler les pratiques illégales des commerçants, telles que le non-affichage des prix, la vente conditionnée, l’utilisation de bascules non-conformes aux normes en vigueur.

Et d’ajouter que l’organisation s’emploiera en collaboration avec les agents du contrôle économique, le ministère de la santé, à inspecter les marchés et à contrôler essentiellement le secteur de viandes rouges et blanches.

A rappeler qu’au cours du Ramadan 2013, environ 4647 infractions économiques ont été relevées par les services de contrôle économique. Ces infractions ont été enregistrées dans le secteur des viandes rouges et blanches (1423 infractions), suivi par l’alimentation générale (1414), les fruits et légumes (675), les produits subventionnés (450), le textile et habillement (122), les loisirs (16) et autres secteurs d’activités (483), relève le ministère du Commerce.

Nadia Ben Tamansourt

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les exportations de l'Algérie ont nettement augmenté à 18,141 milliards de dollars (mds usd) sur la première moitié de l'année 2017 contre 13,323 mds...

SPORT

Reseaux Sociaux