Tags Posts tagged with "Mohamed Ben Rhouma"

Mohamed Ben Rhouma

par -
Il est peut-être tombé jeune dans le chaudron paternel des affaires

Il est peut-être tombé jeune dans le chaudron paternel des affaires, mais l’homme n’avait a priori rien à voir avec le secteur des hautes technologies. Fils d’un homme d’affaires connu dans le secteur du textile, Mohamed Ben Rhouma n’a pas su se résilier à simplement reprendre l’affaire du paternel. Il lui fallait quelque chose de plus et il n’avait manifestement pas peur de rêver grand. «Je ne suis pas trader. Je veux développer», nous dit-il, dans ses modestes bureaux de la zone industrielle de la Charguia dans la capitale tunisienne.

Alors que le marché tunisien de la téléphonie était presque contrôlé par de prestigieuses marques comme Nokia, Motorola et Samsung, Mohamed Ben Rhouma était encore à la tête de Cellcom, une entreprise créée, en 1998, qui distribuait la marque américaine. Entre 2002 et 2007, il deviendra distributeur de lignes et de cartes de recharge, successivement de Tunisiana puis de Tunisie Télécom. L’homme d’affaires s’essaiera même à la distribution d’une marque de DVD. Excédé un jour par la décision de son fournisseur d’augmenter les prix, il décide, en 2006, de créer sa propre marque de DVD. Le succès lui monte à la tête et il se mit à rêver de faire comme toutes les grandes marques et de viser, cette fois, plus haut, le secteur de la téléphonie. Il n’est plus, en effet, un secret que toutes les grandes marques de fournitures sportives, comme de TV ou de téléphonie mobile, se fournissent dans l’hypermarché de la haute technologie chinoise et asiatique, en général.

 

– Evertek, une marque née en Tunisie, le 25 août 2008.

L’homme d’affaires et son partenaire, le groupe Hmila (Tarak notamment), font alors appel à un bureau de conception étranger, choisissent et lancent le premier appareil de téléphone tunisien, le 25 août de l’année 2008. Le «X9» coûtera entre 400 et 500 mille DT en budget de développement et sera vendu à 189 DT seulement. Le design et le bon équilibre qualité-prix, fera le succès du premier téléphone «made in Tunisia» si on peut dire. L’objectif était alors de vendre 1.000 appareils par mois. En 3 semaines après son lancement, la société Cellcom en écoulera 3.000 d’un seul coup. Le succès se confirmera au fil des années et les ventes iront crescendo. De 7.690 appareils en 2009, les ventes de l’Evertek montaient à 279.769, en 2011. Le filon se confirme, en 2012, par la vente de 227.000 appareils de téléphonie mobile, accompagnés par les 1.882 tablettes. Les dirigeants de Cellcom ont, en effet, su voir venir la demande en matière de tablette (ordinateurs portables) et n’ont pas tardé à y appliquer la même recette pour la réussite du téléphone.

 

Le premier trimestre de l’année en cours, semble aussi porteur de bonnes nouvelles pour une marque tunisienne de téléphonie mobile qui a déjà gagné à sa cause 15 % de PDM (part de marché) des téléphones dont le prix varie entre 50 et 100 USD, une PDM de 12 % de la tranche de prix entre 100 et 150 USD. Ce n’est pas rien, pour une marque qui n’a que 5 ans d’âge. L’année en cours, Cellcom a déjà écoulé 81.368 appareils de téléphones, toutes gammes confondues, et 1.414 tablettes.

– Un téléphone tunisien, qui fait des bénéfices aussi et surtout.

Forte de ce succès et fidèle à la volonté de développement de son premier dirigeant, Mohamed Ben Romdhane tient ainsi à partager le rêve réalisé en l’introduisant sur la bourse de Tunis. Cellcom qui s’apprête à la cotation, sur le marché principal qui, plus est, avait réalisé en 2011, un chiffre d’affaires de 23 MDT. Son bilan a toujours été, sur les trois dernières années, bénéficiaire d’une moyenne de 1,6 MDT après impôts.

Son introduction sur la cote principale de la bourse de Tunis, devrait se faire, en juin prochain, par l’introduction de 30 % du capital, un quart (3 MDT) en cession d’action et le reste par une levée de fonds de 9 MDT. Le tout devrait servir au développement d’une marque tunisienne qui cible déjà le développement des activité de téléphonie, de tablette PC, mais aussi d’un écran TV Led qui est déjà en phase de certification et même d’un micro-onde après le lecteur DVD, le tout sous la marque Evertek.

M.B.K

par -
Il est peut-être tombé jeune dans le chaudron paternel des affaires

Il est peut-être tombé jeune dans le chaudron paternel des affaires, mais l’homme n’avait a priori rien à voir avec le secteur des hautes technologies. Fils d’un homme d’affaires connu dans le secteur du textile, Mohamed Ben Rhouma n’a pas su se résilier à simplement reprendre l’affaire du paternel. Il lui fallait quelque chose de plus et il n’avait manifestement pas peur de rêver grand. «Je ne suis pas trader. Je veux développer», nous dit-il, dans ses modestes bureaux de la zone industrielle de la Charguia dans la capitale tunisienne.

Alors que le marché tunisien de la téléphonie était presque contrôlé par de prestigieuses marques comme Nokia, Motorola et Samsung, Mohamed Ben Rhouma était encore à la tête de Cellcom, une entreprise créée, en 1998, qui distribuait la marque américaine. Entre 2002 et 2007, il deviendra distributeur de lignes et de cartes de recharge, successivement de Tunisiana puis de Tunisie Télécom. L’homme d’affaires s’essaiera même à la distribution d’une marque de DVD. Excédé un jour par la décision de son fournisseur d’augmenter les prix, il décide, en 2006, de créer sa propre marque de DVD. Le succès lui monte à la tête et il se mit à rêver de faire comme toutes les grandes marques et de viser, cette fois, plus haut, le secteur de la téléphonie. Il n’est plus, en effet, un secret que toutes les grandes marques de fournitures sportives, comme de TV ou de téléphonie mobile, se fournissent dans l’hypermarché de la haute technologie chinoise et asiatique, en général.

 

– Evertek, une marque née en Tunisie, le 25 août 2008.

L’homme d’affaires et son partenaire, le groupe Hmila (Tarak notamment), font alors appel à un bureau de conception étranger, choisissent et lancent le premier appareil de téléphone tunisien, le 25 août de l’année 2008. Le «X9» coûtera entre 400 et 500 mille DT en budget de développement et sera vendu à 189 DT seulement. Le design et le bon équilibre qualité-prix, fera le succès du premier téléphone «made in Tunisia» si on peut dire. L’objectif était alors de vendre 1.000 appareils par mois. En 3 semaines après son lancement, la société Cellcom en écoulera 3.000 d’un seul coup. Le succès se confirmera au fil des années et les ventes iront crescendo. De 7.690 appareils en 2009, les ventes de l’Evertek montaient à 279.769, en 2011. Le filon se confirme, en 2012, par la vente de 227.000 appareils de téléphonie mobile, accompagnés par les 1.882 tablettes. Les dirigeants de Cellcom ont, en effet, su voir venir la demande en matière de tablette (ordinateurs portables) et n’ont pas tardé à y appliquer la même recette pour la réussite du téléphone.

 

Le premier trimestre de l’année en cours, semble aussi porteur de bonnes nouvelles pour une marque tunisienne de téléphonie mobile qui a déjà gagné à sa cause 15 % de PDM (part de marché) des téléphones dont le prix varie entre 50 et 100 USD, une PDM de 12 % de la tranche de prix entre 100 et 150 USD. Ce n’est pas rien, pour une marque qui n’a que 5 ans d’âge. L’année en cours, Cellcom a déjà écoulé 81.368 appareils de téléphones, toutes gammes confondues, et 1.414 tablettes.

– Un téléphone tunisien, qui fait des bénéfices aussi et surtout.

Forte de ce succès et fidèle à la volonté de développement de son premier dirigeant, Mohamed Ben Romdhane tient ainsi à partager le rêve réalisé en l’introduisant sur la bourse de Tunis. Cellcom qui s’apprête à la cotation, sur le marché principal qui, plus est, avait réalisé en 2011, un chiffre d’affaires de 23 MDT. Son bilan a toujours été, sur les trois dernières années, bénéficiaire d’une moyenne de 1,6 MDT après impôts.

Son introduction sur la cote principale de la bourse de Tunis, devrait se faire, en juin prochain, par l’introduction de 30 % du capital, un quart (3 MDT) en cession d’action et le reste par une levée de fonds de 9 MDT. Le tout devrait servir au développement d’une marque tunisienne qui cible déjà le développement des activité de téléphonie, de tablette PC, mais aussi d’un écran TV Led qui est déjà en phase de certification et même d’un micro-onde après le lecteur DVD, le tout sous la marque Evertek.

M.B.K

par -
Il est peut-être tombé jeune dans le chaudron paternel des affaires

Il est peut-être tombé jeune dans le chaudron paternel des affaires, mais l’homme n’avait a priori rien à voir avec le secteur des hautes technologies. Fils d’un homme d’affaires connu dans le secteur du textile, Mohamed Ben Rhouma n’a pas su se résilier à simplement reprendre l’affaire du paternel. Il lui fallait quelque chose de plus et il n’avait manifestement pas peur de rêver grand. «Je ne suis pas trader. Je veux développer», nous dit-il, dans ses modestes bureaux de la zone industrielle de la Charguia dans la capitale tunisienne.

Alors que le marché tunisien de la téléphonie était presque contrôlé par de prestigieuses marques comme Nokia, Motorola et Samsung, Mohamed Ben Rhouma était encore à la tête de Cellcom, une entreprise créée, en 1998, qui distribuait la marque américaine. Entre 2002 et 2007, il deviendra distributeur de lignes et de cartes de recharge, successivement de Tunisiana puis de Tunisie Télécom. L’homme d’affaires s’essaiera même à la distribution d’une marque de DVD. Excédé un jour par la décision de son fournisseur d’augmenter les prix, il décide, en 2006, de créer sa propre marque de DVD. Le succès lui monte à la tête et il se mit à rêver de faire comme toutes les grandes marques et de viser, cette fois, plus haut, le secteur de la téléphonie. Il n’est plus, en effet, un secret que toutes les grandes marques de fournitures sportives, comme de TV ou de téléphonie mobile, se fournissent dans l’hypermarché de la haute technologie chinoise et asiatique, en général.

 

– Evertek, une marque née en Tunisie, le 25 août 2008.

L’homme d’affaires et son partenaire, le groupe Hmila (Tarak notamment), font alors appel à un bureau de conception étranger, choisissent et lancent le premier appareil de téléphone tunisien, le 25 août de l’année 2008. Le «X9» coûtera entre 400 et 500 mille DT en budget de développement et sera vendu à 189 DT seulement. Le design et le bon équilibre qualité-prix, fera le succès du premier téléphone «made in Tunisia» si on peut dire. L’objectif était alors de vendre 1.000 appareils par mois. En 3 semaines après son lancement, la société Cellcom en écoulera 3.000 d’un seul coup. Le succès se confirmera au fil des années et les ventes iront crescendo. De 7.690 appareils en 2009, les ventes de l’Evertek montaient à 279.769, en 2011. Le filon se confirme, en 2012, par la vente de 227.000 appareils de téléphonie mobile, accompagnés par les 1.882 tablettes. Les dirigeants de Cellcom ont, en effet, su voir venir la demande en matière de tablette (ordinateurs portables) et n’ont pas tardé à y appliquer la même recette pour la réussite du téléphone.

 

Le premier trimestre de l’année en cours, semble aussi porteur de bonnes nouvelles pour une marque tunisienne de téléphonie mobile qui a déjà gagné à sa cause 15 % de PDM (part de marché) des téléphones dont le prix varie entre 50 et 100 USD, une PDM de 12 % de la tranche de prix entre 100 et 150 USD. Ce n’est pas rien, pour une marque qui n’a que 5 ans d’âge. L’année en cours, Cellcom a déjà écoulé 81.368 appareils de téléphones, toutes gammes confondues, et 1.414 tablettes.

– Un téléphone tunisien, qui fait des bénéfices aussi et surtout.

Forte de ce succès et fidèle à la volonté de développement de son premier dirigeant, Mohamed Ben Romdhane tient ainsi à partager le rêve réalisé en l’introduisant sur la bourse de Tunis. Cellcom qui s’apprête à la cotation, sur le marché principal qui, plus est, avait réalisé en 2011, un chiffre d’affaires de 23 MDT. Son bilan a toujours été, sur les trois dernières années, bénéficiaire d’une moyenne de 1,6 MDT après impôts.

Son introduction sur la cote principale de la bourse de Tunis, devrait se faire, en juin prochain, par l’introduction de 30 % du capital, un quart (3 MDT) en cession d’action et le reste par une levée de fonds de 9 MDT. Le tout devrait servir au développement d’une marque tunisienne qui cible déjà le développement des activité de téléphonie, de tablette PC, mais aussi d’un écran TV Led qui est déjà en phase de certification et même d’un micro-onde après le lecteur DVD, le tout sous la marque Evertek.

M.B.K

par -
Il est peut-être tombé jeune dans le chaudron paternel des affaires

Il est peut-être tombé jeune dans le chaudron paternel des affaires, mais l’homme n’avait a priori rien à voir avec le secteur des hautes technologies. Fils d’un homme d’affaires connu dans le secteur du textile, Mohamed Ben Rhouma n’a pas su se résilier à simplement reprendre l’affaire du paternel. Il lui fallait quelque chose de plus et il n’avait manifestement pas peur de rêver grand. «Je ne suis pas trader. Je veux développer», nous dit-il, dans ses modestes bureaux de la zone industrielle de la Charguia dans la capitale tunisienne.

Alors que le marché tunisien de la téléphonie était presque contrôlé par de prestigieuses marques comme Nokia, Motorola et Samsung, Mohamed Ben Rhouma était encore à la tête de Cellcom, une entreprise créée, en 1998, qui distribuait la marque américaine. Entre 2002 et 2007, il deviendra distributeur de lignes et de cartes de recharge, successivement de Tunisiana puis de Tunisie Télécom. L’homme d’affaires s’essaiera même à la distribution d’une marque de DVD. Excédé un jour par la décision de son fournisseur d’augmenter les prix, il décide, en 2006, de créer sa propre marque de DVD. Le succès lui monte à la tête et il se mit à rêver de faire comme toutes les grandes marques et de viser, cette fois, plus haut, le secteur de la téléphonie. Il n’est plus, en effet, un secret que toutes les grandes marques de fournitures sportives, comme de TV ou de téléphonie mobile, se fournissent dans l’hypermarché de la haute technologie chinoise et asiatique, en général.

 

– Evertek, une marque née en Tunisie, le 25 août 2008.

L’homme d’affaires et son partenaire, le groupe Hmila (Tarak notamment), font alors appel à un bureau de conception étranger, choisissent et lancent le premier appareil de téléphone tunisien, le 25 août de l’année 2008. Le «X9» coûtera entre 400 et 500 mille DT en budget de développement et sera vendu à 189 DT seulement. Le design et le bon équilibre qualité-prix, fera le succès du premier téléphone «made in Tunisia» si on peut dire. L’objectif était alors de vendre 1.000 appareils par mois. En 3 semaines après son lancement, la société Cellcom en écoulera 3.000 d’un seul coup. Le succès se confirmera au fil des années et les ventes iront crescendo. De 7.690 appareils en 2009, les ventes de l’Evertek montaient à 279.769, en 2011. Le filon se confirme, en 2012, par la vente de 227.000 appareils de téléphonie mobile, accompagnés par les 1.882 tablettes. Les dirigeants de Cellcom ont, en effet, su voir venir la demande en matière de tablette (ordinateurs portables) et n’ont pas tardé à y appliquer la même recette pour la réussite du téléphone.

 

Le premier trimestre de l’année en cours, semble aussi porteur de bonnes nouvelles pour une marque tunisienne de téléphonie mobile qui a déjà gagné à sa cause 15 % de PDM (part de marché) des téléphones dont le prix varie entre 50 et 100 USD, une PDM de 12 % de la tranche de prix entre 100 et 150 USD. Ce n’est pas rien, pour une marque qui n’a que 5 ans d’âge. L’année en cours, Cellcom a déjà écoulé 81.368 appareils de téléphones, toutes gammes confondues, et 1.414 tablettes.

– Un téléphone tunisien, qui fait des bénéfices aussi et surtout.

Forte de ce succès et fidèle à la volonté de développement de son premier dirigeant, Mohamed Ben Romdhane tient ainsi à partager le rêve réalisé en l’introduisant sur la bourse de Tunis. Cellcom qui s’apprête à la cotation, sur le marché principal qui, plus est, avait réalisé en 2011, un chiffre d’affaires de 23 MDT. Son bilan a toujours été, sur les trois dernières années, bénéficiaire d’une moyenne de 1,6 MDT après impôts.

Son introduction sur la cote principale de la bourse de Tunis, devrait se faire, en juin prochain, par l’introduction de 30 % du capital, un quart (3 MDT) en cession d’action et le reste par une levée de fonds de 9 MDT. Le tout devrait servir au développement d’une marque tunisienne qui cible déjà le développement des activité de téléphonie, de tablette PC, mais aussi d’un écran TV Led qui est déjà en phase de certification et même d’un micro-onde après le lecteur DVD, le tout sous la marque Evertek.

M.B.K

par -
Il est peut-être tombé jeune dans le chaudron paternel des affaires

Il est peut-être tombé jeune dans le chaudron paternel des affaires, mais l’homme n’avait a priori rien à voir avec le secteur des hautes technologies. Fils d’un homme d’affaires connu dans le secteur du textile, Mohamed Ben Rhouma n’a pas su se résilier à simplement reprendre l’affaire du paternel. Il lui fallait quelque chose de plus et il n’avait manifestement pas peur de rêver grand. «Je ne suis pas trader. Je veux développer», nous dit-il, dans ses modestes bureaux de la zone industrielle de la Charguia dans la capitale tunisienne.

Alors que le marché tunisien de la téléphonie était presque contrôlé par de prestigieuses marques comme Nokia, Motorola et Samsung, Mohamed Ben Rhouma était encore à la tête de Cellcom, une entreprise créée, en 1998, qui distribuait la marque américaine. Entre 2002 et 2007, il deviendra distributeur de lignes et de cartes de recharge, successivement de Tunisiana puis de Tunisie Télécom. L’homme d’affaires s’essaiera même à la distribution d’une marque de DVD. Excédé un jour par la décision de son fournisseur d’augmenter les prix, il décide, en 2006, de créer sa propre marque de DVD. Le succès lui monte à la tête et il se mit à rêver de faire comme toutes les grandes marques et de viser, cette fois, plus haut, le secteur de la téléphonie. Il n’est plus, en effet, un secret que toutes les grandes marques de fournitures sportives, comme de TV ou de téléphonie mobile, se fournissent dans l’hypermarché de la haute technologie chinoise et asiatique, en général.

 

– Evertek, une marque née en Tunisie, le 25 août 2008.

L’homme d’affaires et son partenaire, le groupe Hmila (Tarak notamment), font alors appel à un bureau de conception étranger, choisissent et lancent le premier appareil de téléphone tunisien, le 25 août de l’année 2008. Le «X9» coûtera entre 400 et 500 mille DT en budget de développement et sera vendu à 189 DT seulement. Le design et le bon équilibre qualité-prix, fera le succès du premier téléphone «made in Tunisia» si on peut dire. L’objectif était alors de vendre 1.000 appareils par mois. En 3 semaines après son lancement, la société Cellcom en écoulera 3.000 d’un seul coup. Le succès se confirmera au fil des années et les ventes iront crescendo. De 7.690 appareils en 2009, les ventes de l’Evertek montaient à 279.769, en 2011. Le filon se confirme, en 2012, par la vente de 227.000 appareils de téléphonie mobile, accompagnés par les 1.882 tablettes. Les dirigeants de Cellcom ont, en effet, su voir venir la demande en matière de tablette (ordinateurs portables) et n’ont pas tardé à y appliquer la même recette pour la réussite du téléphone.

 

Le premier trimestre de l’année en cours, semble aussi porteur de bonnes nouvelles pour une marque tunisienne de téléphonie mobile qui a déjà gagné à sa cause 15 % de PDM (part de marché) des téléphones dont le prix varie entre 50 et 100 USD, une PDM de 12 % de la tranche de prix entre 100 et 150 USD. Ce n’est pas rien, pour une marque qui n’a que 5 ans d’âge. L’année en cours, Cellcom a déjà écoulé 81.368 appareils de téléphones, toutes gammes confondues, et 1.414 tablettes.

– Un téléphone tunisien, qui fait des bénéfices aussi et surtout.

Forte de ce succès et fidèle à la volonté de développement de son premier dirigeant, Mohamed Ben Romdhane tient ainsi à partager le rêve réalisé en l’introduisant sur la bourse de Tunis. Cellcom qui s’apprête à la cotation, sur le marché principal qui, plus est, avait réalisé en 2011, un chiffre d’affaires de 23 MDT. Son bilan a toujours été, sur les trois dernières années, bénéficiaire d’une moyenne de 1,6 MDT après impôts.

Son introduction sur la cote principale de la bourse de Tunis, devrait se faire, en juin prochain, par l’introduction de 30 % du capital, un quart (3 MDT) en cession d’action et le reste par une levée de fonds de 9 MDT. Le tout devrait servir au développement d’une marque tunisienne qui cible déjà le développement des activité de téléphonie, de tablette PC, mais aussi d’un écran TV Led qui est déjà en phase de certification et même d’un micro-onde après le lecteur DVD, le tout sous la marque Evertek.

M.B.K

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux