Tags Posts tagged with "Mona Rishmawi, Révolution, droits de l ’ homme, tunisie"

Mona Rishmawi, Révolution, droits de l ’ homme, tunisie

par -

La délégation du Haut commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme, a hautement salué la réussite de la révolution tunisienne pour l’instauration de la démocratie et la liberté. Mona  Rishmawi, chef de la branche Etat de droit, Egalité et non discrimination, est notre interviewée pour cette semaine.

Que peut-on attendre de cette visite du haut commissariat aux droits de l’homme  en Tunisie ?

Notre visite a pour objectif d’effectuer une évaluation initiale des défis en matière des droits de l’homme et de discuter avec un large éventail d’acteurs comprenant entre  autres l’équipe des Nations-Unies, des membres de la société civile et le gouvernement intérimaire sur la manière dont le haut commissariat peut assister la population tunisienne dans le renforcement du respect des droits de l’homme.

Après la  révolution contre une dictature de 23 ans, suivant quel la Tunisie devra penser son futur ?

La Tunisie a besoin d’un changement  fondamental concernant l’appareil de sécurité, la Tunisie doit garantir l’indépendance de la justice, la constitution et les lois tunisiennes. Celles-ci  protègent et promeuvent les droits de l’homme. La torture et autres traitements inhumains sont fermement interdits.
Un nouvel espoir qui s’est levé en Tunisie, c’est « la valeur d’exemple » que pourrait avoir pour les pays du Maghreb et les pays musulmans une transition démocratique réussie en Tunisie. Elle a notamment appelé à refonder les partenariats de l’UE avec les pays du Sud sur l’exigence démocratique, le respect des droits de l’Homme et l’égalité.

Durant votre visite en Tunisie, quels sont les lieux que vous avez visitez  et pourquoi ?

Il est à signaler que notre visite a pour un objectif fondamental, d’accompagner la transition démocratique de la Tunisie, pour qu’elle devienne un modèle au Maghreb. Pour nous c’est un événement très important surtout dans un pays musulman.
Nous avons suivi de près les événements historiques provoqués par la population tunisienne ces dernières semaines, qui ont conduit au départ de l’ancien président, le 14 Janvier 2011.
Pour mieux comprendre la raison de cette révolution jugée  « extraordinaire »,  nous  avons effectués des visites de deux prisons localisées à Bizerte. On considère que ceci est une importante indication sur le changement qui prévaut en Tunisie, et c’est  un reflet de la bonne volonté de nos interlocuteurs d’établir le changement au niveau des lois et des pratiques.
Nous avons également discuté avec des prisonniers qui ont réclamé  la liberté, la justice et la dignité ; ces mots ont été répétés par tous les femmes et hommes tunisiens de différentes classes sociales et par tous ceux qui se sentent dépouillés de leurs dignités.

Qu’en pensez-vous de ce qui se passe maintenant en Egypte ?

« La révolution des Jasmins »  a été valorisée dans plusieurs pays arabes, qui ont été fascinés par la volonté tunisienne  à arracher sa liberté, sa  dignité et  à mettre fin à la dictature de Ben Ali. L’odeur du  Jasmin  est en Egypte,  la démocratie est un rêve à réaliser, mais ce rêve devra être réel, chaque individu a le droit d’avoir sa liberté, son droit à s’exprimer,  mais   il faut se calmer et garder patience et savoir communiquer pour trouver des solutions efficaces entre le gouvernement et le peuple.
Tout le monde est inquiet pour la situation affreuse en Egypte, plusieurs victimes sont enregistrées au cours de ces manifestations. Personnellement, je suis vraiment touchée par ce qui ce passe en Egypte.

Nadia Ben Tamansourt

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les exportations de l'Algérie ont nettement augmenté à 18,141 milliards de dollars (mds usd) sur la première moitié de l'année 2017 contre 13,323 mds...

SPORT

Reseaux Sociaux