Tags Posts tagged with "moutons Aïd el Idha"

moutons Aïd el Idha

par -

La société Ellouhoum importera une semaine avant l’Aïd el Idha, environ 4000 carcasses de moutons d’Irlande, pour réguler l’offre, agir sur les prix et approvisionner les familles nécessiteuses incapables d’acheter des ovins pour le sacrifice.

Selon une source autorisée de la société citée par Attounsia, le kilogramme sera vendu à 17 dinars, alors le foie le sera à 18 dinars, dans les points de vente qui en relèvent dans le Grand Tunis.

La même source n’a pas exclu l’importation de bêtes sur pied au cas où les prix monteraient plus que de raison et en cas de spéculation sur le marché, affirmant que le but de l’importation n’est pas de nuire aux éleveurs locaux mais de réguler le marché et lutter contre les spéculateurs.

par -
Les entreprises publiques et les privés sont autorisés à importer les moutons de sacrifice

Les entreprises publiques et les privés sont autorisés à importer les moutons de sacrifice, presque 4 mois, avant l’Aïd el-Idha, fête du sacrifice célébrée durant le dernier mois du calendrier musulman, a annoncé le ministère du Commerce et de l’Artisanat.

L’importation des moutons de sacrifice, était monopolisée par l’Etat, qui a importé de la Roumanie, en 2012, environ 75 000 têtes de moutons.

D’après un communiqué du ministère, cette décision a été annoncée lors d’une réunion sur les viandes rouges, présidée par Abdelawaheb Maâtar, ministre du Commerce et de l’Artisanat en présence des représentants de sociétés de production et de distribution des viandes rouges et de l’Organisation de la défense du consommateur (ODC).

Cette mesure vise à réduire l’augmentation des prix des moutons de sacrifice sur le marché local, a-t-il expliqué.

En vertu de cette autorisation, les privés peuvent importer, cette année, des quotas de moutons de sacrifices, mais conformément à un cahier des charges qui sera promulgué à cette fin pour organiser l’opération, a ajouté le même communiqué.

Le ministre a aussi précisé que l’importation est un choix bien étudié qui vise à satisfaire la demande sur le marché local, sans pour autant, nuire aux intérêts des producteurs locaux.

Il a appelé, dans ce contexte, à agir pour réduire le nombre des intervenants aux circuits de distribution et pour dissuader les pratiques de spéculation, soulignant la nécessité de créer des liens directs entre les producteurs et les boucheries pour maîtriser et réduire les prix des moutons et aussi faire face à l’avidité des spéculateurs.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les États-Unis et le Togo seront co-organisateurs du Forum de la loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique – Africa Growth...

Reseaux Sociaux