Tags Posts tagged with "Nidaa Tounès, programme économique, social"

Nidaa Tounès, programme économique, social

par -
L’emploi

L’emploi, la jeunesse , le développement régional et la justice sociale , ce sont là les 4 axes du programme économique et social de Nidaa Tounès , confectionné par 200 experts tunisiens .Ce programme est conçu pour donner de l’espoir et de l’ambition à la jeunesse qui est toujours désorientée malgré sa révolution accomplie , à la classe moyenne qui est en pleine corrosion , et aux régions intérieures qui ont tant investi dans cette révolution et attendu d’elle , sans voir rien venir. C’est en ces termes que Slim Chaker nous a résumé le contenu, les objectifs et assises du programme de son parti, tant attendu par l’opinion publique et les observateurs.

Ce programme , présenté au public, le samedi 15 novembre 2013 , est considéré par le parti comme un élément de la campagne électorale , et normalement son temps n’est pas encore venu , mais puisque le citoyen juge en partie les formations politiques à travers le volet économique et social de leurs programmes , et devient ,par la force des choses, un indice du sérieux de ces partis , Nidaa Tounès a pris l’initiative d’en annoncer les grandes lignes , a l’air de dire Slim Chaker qui ne cache pas sa fierté du travail accompli.

Ce qu’il appelle les conditions préalables à l’essor socio-économique du pays (elles sont au nombre de dix ) sont présentées à la fois comme des bases de l’action économique et des objectifs à réaliser pour élargir encore plus cette base en vue de garantir une adhésion plus large  au projet de développement de la part des citoyens, des opérateurs économiques et des partenaires sociaux.

Il s’agit du désenclavement des régions défavorisées, de la décentralisation adoptée en tant que mode de gouvernance et d’administration, de l’amélioration des conditions de vie dans ces mêmes régions de manière à y attirer les compétences et les capitaux, de la réforme de l’éducation afin qu’elle retrouve son statut d’ascenseur social. La compétence et l’employabilité doivent être visées en premier par le système éducatif , et la quantité doit céder la place à la qualité .

Les zones industrielles et de pôles technologiques doivent optimiser un tissu industriel en manque d’élan .Le secteur des services se présente comme le terrain où le pays a le plus d’atouts et qui peut être activé le plus vite possible : le secteur de la santé et celui de l’enseignement supérieur peuvent se transformer en quelques mois en vecteurs de création de valeur ajoutée et en pourvoyeurs de devises à la caisse de l’Etat , tant les investissements consentis, au cours des dernières décennies, étaient énormes et porteurs .

Il ya aussi la mise en place d’un secteur financier viable et sain qui réponde aux attentes des régions et des jeunes, et sera capable de résoudre le problème de l’autofinancement des projets innovants des diplômés, et d’associer le tiers secteur (l’associatif ) dans cette entreprise de création du travail et de la valeur dans les régions .

L’accès des femmes au marché de l’emploi reste toujours timide (25%) , alors qu’elles représentent 60% du total des étudiants et des jeunes lycéens .La résolution de cette incohérence constitue, aux yeux de Nidaa Tounès, un potentiel à valoriser et exploiter , pour créer de la richesse dans le pays .

L’ambition de la Tunisie est de retrouver une place de choix dans ce monde en pleine mutation, et elle ne peut la retrouver que par le travail, la créativité et l’innovation. Les accords passés avec l’Union européenne et qui devraient être élargis et approfondis peuvent fournir à la Tunisie une plate-forme pour se redéployer géostratégiquement .Elle avoisine 3 grands bassins de la production de la richesse et de l’emploi , à savoir l’Europe , l’Afrique et le Moyen-Orient , et elle est sollicitée par un autre centre de développement qui devient le centre de gravité du monde qui est l’Asie .

Les observateurs réalisent, tout de même, que ce programme ,à la fois bien agencé et ambitieux, tient un nouveau langage . Il part des acquis des 5 décennies de l’Indépendance, qui ont été assimilées par la troïka au pouvoir ,depuis décembre 2013 , à de la corruption ,à de la répression et à de l’injustice . Ce programme qui veut valoriser ces atouts ne s’en tient pas à ce qui a été réalisé, mais veut l’approfondir et en élargir la portée , et aussi à changer le mode de prise de la décision ,de la création de la richesse et de sa répartition , en insistant sur ce que Slim Chaker a appelé les pré- requis nécessaires à tout développement ,à savoir la légitimité qui ne souffre aucune contestation ,la démocratie , les droits de l’homme et les valeurs républicaines qui doivent insuffler de l’énergie à un élan national , et le bouclier qui préserve les réalisations de la réalisation .

Deux points resteront , néanmoins ,en suspens : le premier se rapporte aux régions qui bénéficieraient de larges prérogatives , et d’une décentralisation réelle , disposeraient-elles, dans la nouvelle équation politique, des ressources humaines qualifiées pour l’exécution des projets annoncés ? Le deuxième point a trait au sort qui sera réservé à ce programme qui est un programme de gouvernement , si le parti qui le prône ne parvient pas à accéder au pouvoir ou ne peut avoir la majorité requise pour le mettre en œuvre?

Aboussaoud Hmidi

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les exportations de l'Algérie ont nettement augmenté à 18,141 milliards de dollars (mds usd) sur la première moitié de l'année 2017 contre 13,323 mds...

SPORT

Reseaux Sociaux