Tags Posts tagged with "Projets, autoroutiers, Tunisie"

Projets, autoroutiers, Tunisie

par -
Les aléas d’ordre financier ainsi que les problèmes d’expropriation restent les obstacles qui entravent aujourd’hui l’achèvement des travaux de réalisation des projets autoroutiers en Tunisie. Tel est le constat fait par Hédia Balti

Les aléas d’ordre financier ainsi que les problèmes d’expropriation restent les obstacles qui entravent aujourd’hui l’achèvement des travaux de réalisation des projets autoroutiers en Tunisie. Tel est le constat fait par Hédia Balti, coordinatrice des grands projets au sein de la société Tunisie-Autoroutes.

Dans une déclaration à Africanmanager, elle n’a pas manqué d’exprimer son inquiétude au sujet de ce handicap qui continue de causer du retard dans la réalisation de ces chantiers sans oublier le manque à gagner pour la société.

Des pertes aux alentours de 100MD

En effet, les pertes sont estimées à 100 millions de dinars jusqu’à présent, dû à un retard de 24 mois au niveau de la réalisation de l’autoroute Sfax-Gabès. Sur 100 millions de dinars, 68 millions de dinars représentent le montant de l’indemnisation des entreprises chargées de réaliser ce projet composé de 6 lots d’une longueur de 155Km.

Démarrés en mars 2010, les travaux de l’autoroute de Sfax-Gabès ont été perturbés à maintes reprises suite au climat d’insécurité qui a marqué le pays durant la période de la révolution. Ajoutons à cela les mouvements de protestation ainsi que des problèmes fonciers. « Le projet a été bloqué durant les années 2011 et 2012, car les propriétaires des terrains réclament la révision des montants de l’indemnisation. A cela s’ajoute le processus immobilier qui reste très compliqué, impliquant plusieurs acteurs et intervenants».

Pour l’étape actuelle, Mme Balti a assuré que les travaux ont repris avec un taux d’avancement estimé à 55%. « Après la résolution de dossier de l’indemnisation, les travaux ont repris à une cadence satisfaisante », a souligné la coordinatrice annonçant que deux lots seront achevés durant l’année en cours. Pour les autres lots, un comité régional composé de représentants de ministère de l’Equipement, des Domaines de l’Etat, de la Justice ainsi que du gouvernorat et de la société, s’est engagé à assainir les problèmes fonciers pour garantir l’achèvement des travaux vers fin 2015.

Le dépassement des délais est une ligne rouge

S’agissant du projet de l’autoroute Gabès-Médenine, elle a déclaré que les travaux vont démarrer officiellement après le mois de Ramadan. D’une longueur de 84 kilomètre, ce projet a nécessité une enveloppe de l’ordre de 550 millions de dinars. 4 entreprises (SOROUBAT : entreprise tunisienne, GRp PELLIGRINI-CGT : Grp Italien – Tunisien, CHAABANE & Cie : Entreprise Tunisienne et ISOLUX CORSAN : Entreprise Espagnole) sont chargées de la réalisation du projet.

En dépit de cet optimisme, le problème foncier reste un souci préoccupant pour Tunisie-autoroutes notamment en ce qui concerne l’achèvement du projet du tronçon reliant Médenine à Ras Jedir, d’un coût global estimé à 450 millions de dinars et dont les travaux ont démarré en juillet dernier.

La coordinatrice a, dans ce contexte, mis l’accent sur la nécessité d’accomplir les procédures nécessaires pour régler le reste des problèmes fonciers et accélérer la promulgation du décret d’expropriation.

Les travaux de réalisation du tracé de l’autoroute affichent un taux d’avancement de 5%, un taux jugé faible, étant donné que 32 km sur 92 km prévus sont encore bloqués pour cause d’opposition des riverains de Ben Guerdane à ce tracé.

La coordinatrice a affirmé que le problème est critique nécessitant une intervention urgente au plus haut niveau. « Si on n’arrive pas à résoudre les problèmes dans deux mois, on va certainement dépasser les délais prévus », a-t-elle dit avant de souligné que « le retard doit être rattrapé, dans un délai ne dépassant pas les 11 mois. Sinon, on va entrer dans la zone rouge et le projet subirait des retards dont les conséquences seraient certainement énormes ».

Wiem Thebti

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux