Tags Posts tagged with "Sondage d’opinion"

Sondage d’opinion

par -
ANTALYA

Selon un nouveau sondage réalisé aux Etats-Unis entre le 11 et le 12 octobre, et qui a interrogé 1020 propriétaires de téléphones Samsung, 40% n’achèteront plus jamais du côté du coréen. Parmi ces 40%, 8% se tourneront vers les nouveaux Google Pixel et Pixel XL créés par Google. 70% resteront sur Android, mais avec un constructeur différent. Et enfin 30% passeront sous iOS, avec les iPhone 7 et 7 Plus.

Les données annoncées ce vendredi, par le site « phonandroid.com », relèvent que ce sondage est intervenu alors que la seconde vague de rappel a été lancée pour les téléphones de remplacement, marquant la fin définitive de la triste épopée du téléphone. Lors d’un premier sondage réalisé avant cet abandon, seulement 34% des sondés se déclaraient prêts à partir.

On rappelle que le géant coréen de l’électronique Samsung a annoncé  un « ajustement des volumes de production » de son smartphone haut de gamme Galaxy Note 7, dont la batterie présente des risques d’explosion.

 

par -

Le bureau d’études Sigma Conseil vient de publier son premier barométrie politique sous le mandat du gouvernement de Youssef Chahed. Un sondage qui n’est pas porteuse de bonnes nouvelles pour le gouvernement d’union nationale fraîchement mis en place. Les Tunisiens deviennent de plus en plus pessimistes quant à leur avenir, comme l’illustre le sondage. Aucune des composantes de la scène politique et sociale n’est épargnée : Ni le gouvernement, ni les partis politiques ou encore les organisations nationales et les personnalités publiques.

Réalisé durant le mois d’août dernier, le sondage a révélé que 76,6% des Tunisiens se sont déclarés pessimistes quant à l’avenir de leurs pays. Ils considèrent que leur pays va dans une mauvaise direction. Les taux les plus élevés ont été enregistrés à Sfax (83,1%), Béja, Siliana, Kef et Jendouba. Des chiffres qui ne sont pas toutefois très surprenants vu que les objectifs de la Révolution ne sont pas encore atteints et les revendications des jeunes et des régions marginalisées demeurent encore insatisfaites (chômage, disparités régionales, développement…). Les Tunisiens aspirent encore au changement. Ils lèvent les mêmes slogans que ces dernières années : La lutte contre le terrorisme, le développement économique, l’emploi, l’amélioration du niveau de vie, la lutte contre la cherté de la vie, le développement régional et l’investissement dans les régions, la réforme du système éducatif, la sécurité, l’amélioration du secteur de la santé et l’infrastructure.

Il en ressort également, selon le sondage de Sigma Conseil, que seuls 50% des sondés se disent « satisfaits » de l’action du chef de l’État, Béji Caied Essebsi. Ce dernier a enregistré ainsi le taux le plus faible depuis janvier 2015, soit une baisse de 8 points par rapport au dernier sondage.

De même, 49,4% des sondés ont exprimé leur manque de confiance en la capacité du gouvernement de Youssef Chahed à diriger le pays dans l’actuelle phase, contre 42,6% des personnes interrogées qui font confiance à l’équipe de Youssef Chahed. Dans cet ordre d’idées, il est à signaler que 41,4% seulement des Tunisiens sont satisfaits de la désignation de Youssef Chahed à la tête du gouvernement d’union nationale (GUN), alors que 39,8% se sont déclarés insatisfaits.

S’agissant de la situation financière des Tunisiens, le sondage a montré que seuls 11,8% des personnes sondées estiment que la situation financière cette année est meilleure que l’année précédente contre 58,7% qui pensent que la situation financière actuelle de la famille tunisienne est pire que l’année dernière. Par rapport à l’année prochaine, seuls 42,3% des personnes interrogées considèrent que la situation financière sera meilleure.

Concernant la confiance des Tunisiens vis-à-vis des personnalités politiques, Néji Jalloul vient encore en tête, suivi de Abdelfattah Mourou, puis Habib Essid, ensuite Mehdi Jomaâ, Samia Abbou, Mohamed Abbou, Youssef Chahed, Samir Dilou, Mohamed Néjib Chebi et Hamma Hammemi.

Le sondage de Sigma Conseil fait également ressortir que la confiance des Tunisiens vis-à-vis des institutions de l’État et des organisations nationales a aussi dégringolé. En effet, seuls 43,9 % des Tunisiens font confiance aux représentants du peuple et au Parlement, alors qu’une bonne majorité des Tunisiens, soit 98,5%, font confiance à l’Armée Nationale. 66,2% des personnes sondées font confiance aux organisations et à la société civile.

Le projet de réconciliation nationale économique et financière crée la controverse en Tunisie, remettant en question les fondements de la justice transitionnelle

Un sondage d’opinion réalisé par Emrhod Consulting entre le 16 et le 19 mai 2016 auprès d’un échantillon représentatif de la population tunisienne dans les gouvernorats du pays a été publié, ce mardi, par Mosaïque Fm.

47% des personnes interrogées disent être pour la réconciliation nationale économique et financière avec ceux qui ont commis des délits économiques et financiers sous le régime de Ben Ali, contre 33% en septembre 2015, estimant qu’elle serait favorable à la relance de l’économie.

Par ailleurs, ajoute Mosaïque Fm, le taux de ceux qui sont contre la réconciliation est passé de 49% en septembre 2015 à 41% actuellement.

Dans ce même contexte, 51% des personnes interrogées affirment avoir une idée sur le projet de loi relative à la réconciliation économique et financière contre 34% en septembre 2015.

Par contre 49% des sondés avouent n’avoir aucune idée sur ce projet de loi contre 66% en septembre 2016.

par -

L'étude réalisée, fin mars 2016, par Sigma Conseil auprès d'un échantillon représentatif de la population tunisienne âgée de 18 ans et plus et inscrite sur les listes électorales, inquiète...

Confiance dans les politiquesPrès de 3 Tunisiens sur 4, soient 77%, n’ont pas confiance dans leurs dirigeants politiques, selon le baromètre de Sigma Conseil expliqué par son DG Hassen Zargouni, dans la soirée du jeudi 7 avril 2016, au cours de l’émission « J8 », à Elhiwar Ettounsi.

Jamais l’écart entre les Tunisiens et la classe politique n’avait atteint un niveau si vertigineux. Cette méfiance affecte surtout une opposition morcelée qui a du mal à s’affirmer comme une véritable alternative au pouvoir et par le comportement souvent indignes de la quasi-totalité des hommes politiques en Tunisie.

Intention de voteLe panorama n’incite plus vraiment aujourd’hui les Tunisiens à vraiment croire en la politique, et l’abstention attendue lors de la prochaine échéance électorale s’annonce élevée. 60% dédaignent d’aller voter alors que 40% iront et choisiront leurs représentants.

« Nous atteignons des niveaux vertigineux que nous n’avons jamais connus”, a déploré M. Zargouni alors qu’il commentait les résultats de son enquête.

Elections municipales« Pire encore en ce qui concerne les Municipales ! », s’est-il exclamé. 77% des électeurs interrogées prévoient de ne pas se déplacer aux urnes. En revanche, moins d’un quart des Tunisiens (23% exactement) se disent « certains d’aller voter » aux municipales.
Aujourd’hui, force est de croire qu’il est certain que nos politiques ont besoin de rompre avec le passé pour redorer leur blason et restaurer la confiance qui, manifestement ne cesse de se dégrader.

 

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les États-Unis et le Togo seront co-organisateurs du Forum de la loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique – Africa Growth...

Reseaux Sociaux