Tags Posts tagged with "Station_épuration"

Station_épuration

par -

L’Association « SOS BIAA » a appelé l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) à ouvrir une enquête sur le  projet de création d’une station d’épuration El Attar à Sidi Hassine pour l’assainissement de Tunis-ouest.

L’Association par la voix de son président Morched Garbouj,  a justifié son appel par la publication du dernier rapport de la Banque Mondiale qui a pointé du doigt plusieurs failles tout en classant la création de cette station, objet déjà de problèmes majeurs techniques et financiers comme un projet à risque élevé.

« Le rapport publié en juin dernier par cette institution mondiale a mis au jour des données choquantes et c’est pour cette raison qu’on impute la responsabilité à l’ARP, également à la commission de l’industrie, de l’énergie, des ressources naturelles, de l’infrastructure et de l’environnement qui continue de faire la sourde oreille», a dit Garbouj au cours d’un point de presse tenu ce mardi 6 octobre, au siège du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT)dans une adresse à l’ARP en tant qu’autorité habilitée à interpeller le pouvoir exécutif.

Ce rapport,  a en effet, mis l’accent sur le paradoxe qui réside selon le président de l’association, dans le fait que le coût du projet est estimé à 143, 8 millions de dinars, chiffre qui est beaucoup inférieur à celui annoncé par les autorités tunisiennes, soit 138 millions de dinars (le crédit est remboursable sur 17 ans dont 5 années de grâce).

Ce paradoxe a encore poussé l’Association « SOS BIAA » à demander des clarifications aux parties intervenantes d’autant que la Banque Mondiale a estimé que « ce projet d’une capacité moyenne de traitement d’eaux de 60 mille mètres cubes à 87 mille mètres cubes, devrait s’achever le 30 juin 2015 ». Des prévisions viennent en contradiction avec la position du gouvernement tunisien ayant annoncé l’achèvement des travaux en 2016,  et ce, après un blocage qui a duré plus de 5 ans et dont le premier responsable de l’ONAS a fait les frais,  en mai dernier, ayant été révoqué illico ptresto par le chef du gouvernement, Habib Essid, alors en visite à Sedjoumi.

Autre facteur qui a suscité la polémique selon Morched Garbouj, celui relatif au montant accordé à l’ONAS pour la formation et le renforcement de capacité, soit l’équivalent de 3.8 millions de dinars.« C’est un chiffre exorbitant étant donné que l’ONAS ainsi que d’autres agences du ministère de l’Environnement bénéficient toujours des programmes de formation. Alors qu’en est-il de cette somme d’argent ??? », s’est interrogé Garbouj.

Parmi les autres lacunes, Morched Garbouj a mis l’accent sur la volonté des autorités à utiliser les eaux usées dans l’irrigation. Un objectif, selon l’étude scientifique, difficile à réaliser actuellement en Tunisie pour non-conformité aux normes d’autant plus que son impact serait nuisible à l’écosystème, a-t-il encore avancé.

Un audit financier dans les brefs délais

Face à ce constat, jugée ambigu, Morched Garbouj au nom de l’Association « SOS BIAA » ainsi que les composantes de la société civile,  a exigé la réalisation d’un audit financier,  et ce, dans le dessein de trouver une meilleure réponse à cette polémique d’ordre financier . « C’est important », a- t-il noté avant d’ajouter qu’« il est temps de réagir puisque le rapport de la Banque Mondiale vient confirmer les dépassements présentés par la Cour des Comptes.

Parmi les griefs formulés, l’incapacité du promoteur retenu  à réaliser ce projet, et ceci s’est traduit par le retard affiché en termes d’exécution du projet en question, mais aussi de retombées néfastes au niveau de remboursement du crédit accordée par la BM.

De toutes les façons, l’élaboration d’un audit financier demeure plus que jamais impérieux surtout que la Banque Mondiale a noté que 89% du budget alloué à ce projet ont été utilisés, bien que les travaux n’aient pas encore été achevés.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les États-Unis et le Togo seront co-organisateurs du Forum de la loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique – Africa Growth...

Reseaux Sociaux