Tags Posts tagged with "Tunis, drogue,"

Tunis, drogue,

par -
Cannabis

Cannabis, héroïne, cocaïne, autant de noms pour désigner un des plus grands fléaux de notre époque : la drogue. La consommation de stupéfiants a augmenté non seulement ailleurs mais aussi en Tunisie. D’après un récent rapport publié par l’Association tunisienne de lutte contre les maladies sexuellement transmissibles, 55% des jeunes entre 15 et 19 ans consomment de la drogue de manière inquiétante. La consommation de la drogue en Tunisie a sensiblement augmenté après la révolution de 2011, et environ 30.000 jeunes dans la seule capitale Tunis prennent de la drogue par voie intraveineuse, relève la même source.

Commentant les chiffres publiés sur Ce rapport, Dr Abdelmajid Zahaf, président du centre d’aide et d’écoute des toxicomanes à Tyna (Sfax), a déclaré que le chiffre de la consommation présenté par l’association tunisienne de lutte contre les maladies sexuellement transmissibles est « exagéré », affirmant à ce propos que la drogue comporte plusieurs définitions , tels que le tabagisme, la consommation d’alcool, de cannabis….

Pour lutter contre la consommation de la drogue en Tunisie, Abdelmajid Zahaf a recommandé la mise en place d’une feuille de route stratégique qui consiste à intensifier les campagnes de sensibilisation chez les parents et dans les écoles, à assurer la présence des agents de sécurité dans les quartiers et devant les lycée afin de contrôler les commerçants de la drogue et protéger les jeunes. Il s’agit également de renforcer le rôle de la société civile dans la lutte contre ce phénomène.

53% des prisonniers en Tunisie incarcérés pour consommation de cannabis

Selon les données communiquées par le Haut commissariat des Nations Unies aux Droits de L’Homme à Tunis, plus de 53% des prisonniers en Tunisie sont incarcérés dans des affaires de consommation de cannabis. Et d’ajouter que 66% des prisonniers sont âgés de 18 à 49 ans. A noter qu’en Tunisie, un fumeur de cannabis risque entre 1 an de prison et une amende de 1.000 dinars, d’après une loi du début des années 1990.

Face à l’ampleur du phénomène de la consommation de drogue, les acteurs de la société civile sont appelés à lancer des campagnes de sensibilisation. Les jeunes doivent avoir conscience des dangers de la drogue. Pour ce faire, on peut utiliser divers supports : les publicités à la télévision, sur les panneaux d’affichages, sur les sites Internet populaires, faire de petites démonstrations et des conférences dans les écoles et lycées, mettre en place des numéros d’appel pour toxicomanes et ouvrir des centres d’accueil.

L’urgence est donc que les jeunes comprennent que la drogue n’est pas un petit passe-temps ou un caprice de jeunesse mais bien une menace pour leur santé. La toxicomanie, ça se prévient avant. Car, une fois, on est dedans, c’est difficile de s’en sortir.

Nadia Ben Tamansourt

par -
Cannabis

Cannabis, héroïne, cocaïne, autant de noms pour désigner un des plus grands fléaux de notre époque : la drogue. La consommation de stupéfiants a augmenté non seulement ailleurs mais aussi en Tunisie. D’après un récent rapport publié par l’Association tunisienne de lutte contre les maladies sexuellement transmissibles, 55% des jeunes entre 15 et 19 ans consomment de la drogue de manière inquiétante. La consommation de la drogue en Tunisie a sensiblement augmenté après la révolution de 2011, et environ 30.000 jeunes dans la seule capitale Tunis prennent de la drogue par voie intraveineuse, relève la même source.

Commentant les chiffres publiés sur Ce rapport, Dr Abdelmajid Zahaf, président du centre d’aide et d’écoute des toxicomanes à Tyna (Sfax), a déclaré que le chiffre de la consommation présenté par l’association tunisienne de lutte contre les maladies sexuellement transmissibles est « exagéré », affirmant à ce propos que la drogue comporte plusieurs définitions , tels que le tabagisme, la consommation d’alcool, de cannabis….

Pour lutter contre la consommation de la drogue en Tunisie, Abdelmajid Zahaf a recommandé la mise en place d’une feuille de route stratégique qui consiste à intensifier les campagnes de sensibilisation chez les parents et dans les écoles, à assurer la présence des agents de sécurité dans les quartiers et devant les lycée afin de contrôler les commerçants de la drogue et protéger les jeunes. Il s’agit également de renforcer le rôle de la société civile dans la lutte contre ce phénomène.

53% des prisonniers en Tunisie incarcérés pour consommation de cannabis

Selon les données communiquées par le Haut commissariat des Nations Unies aux Droits de L’Homme à Tunis, plus de 53% des prisonniers en Tunisie sont incarcérés dans des affaires de consommation de cannabis. Et d’ajouter que 66% des prisonniers sont âgés de 18 à 49 ans. A noter qu’en Tunisie, un fumeur de cannabis risque entre 1 an de prison et une amende de 1.000 dinars, d’après une loi du début des années 1990.

Face à l’ampleur du phénomène de la consommation de drogue, les acteurs de la société civile sont appelés à lancer des campagnes de sensibilisation. Les jeunes doivent avoir conscience des dangers de la drogue. Pour ce faire, on peut utiliser divers supports : les publicités à la télévision, sur les panneaux d’affichages, sur les sites Internet populaires, faire de petites démonstrations et des conférences dans les écoles et lycées, mettre en place des numéros d’appel pour toxicomanes et ouvrir des centres d’accueil.

L’urgence est donc que les jeunes comprennent que la drogue n’est pas un petit passe-temps ou un caprice de jeunesse mais bien une menace pour leur santé. La toxicomanie, ça se prévient avant. Car, une fois, on est dedans, c’est difficile de s’en sortir.

Nadia Ben Tamansourt

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les exportations de l'Algérie ont nettement augmenté à 18,141 milliards de dollars (mds usd) sur la première moitié de l'année 2017 contre 13,323 mds...

SPORT

Reseaux Sociaux