Tags Posts tagged with "Tunis, investisseurs,"

Tunis, investisseurs,

par -
Une mauvaise nouvelle qui vient d’être annoncée en ce début d’année. Les investissements industriels déclarés dans les régions de Sidi Bouzid

Une mauvaise nouvelle qui vient d’être annoncée en ce début d’année. Les investissements industriels déclarés dans les régions de Sidi Bouzid, Jendouba et Sfax ont enregistré des baisses de plus de la moitié durant l’année 2012, bien qu’elle ait été annoncée comme une année de reprise. En effet, selon la lettre de l’API, l’année 2012 a été caractérisée par une baisse de 4,3%, au niveau de l’investissement déclaré dans les zones de développement régional, atteignant 1609,3 MDT contre 1680,9 MDT lors de l’année 2011. La part de ces zones dans l’ensemble des gouvernorats est passée de 45,6% à 44,3% durant l’année 2012.

– Même les intentions baissent, dans les régions intérieures.

Une mauvaise nouvelle qui ne semble pas trop surprenante vue l’intensification des conflits dans les régions. 34 Zaouïas et mausolées ont été pris d’assaut à ce jour! Sans compter les grèves, les manifestations, les sit-in et les violences, allant jusqu’à l’agression contre les personnes, les locaux des partis et autres. Les autorités tunisiennes gardent encore le silence. Les mesures de sécurité se font attendre.

Ce sont certainement, ces raisons qui ont empêché les investisseurs locaux et étrangers à prendre des risques et investir dans les régions intérieures de la Tunisie. Eux également, doivent prendre en compte l’incidence de leur choix à court et à long termes.

En effet, la baisse enregistrée est essentiellement visible dans le gouvernorat de Sfax, traditionnellement connu pour être travailleur et où les investissements déclarés dans les zones de développement régional ont atteint 57,3 MDT contre 201 MDT au cours de l’année 2012. C’est aussi le cas pour le gouvernorat de Jendouba où les investissements déclarés ont atteint 88,1 MD pour 2012 contre 149,5 MD lors de l’année 2011. Cette année là, il y avait eu déclaration de création d’une unité de fabrication de papier pour un montant de 52 MD et à la déclaration de l’extension d’une unité de fabrication de faisceaux électriques pour l’industrie automobile pour un montant de 14,1 MD.

Aussi, les investissements déclarés dans le gouvernorat de Sidi Bouzid ont diminué, de 135,8 MDT en 2011 à 88,9 MDT en 2012. L’année 2011 avait été marquée par la déclaration de création d’une unité de transformation de lait et dérivés pour un montant de 28,5 MDT et à la déclaration de la création d’une unité de production d’acide aminé pour un montant de 23,9 MDT. Pour tous ces projets et ces régions, il faut noter qu’il ne s’agissait que de simples intentions d’investissement. L’APII ne dit pas si les projets ont été concrétisés et s’ils sont entrés en fonction.

– Hausse des investissements étrangers et des crédits à gogo !

Contrairement à cette tendance , les investissements directs étrangers (IDE) en Tunisie ont enregistré une évolution positive de 79,2% par rapport à l’année 2011, et de 27,4 % par rapport à 2010, avec un flux total de 3079,5 millions de dinars, qui aurait permis la création de 123 nouvelles entreprises, et l’extension de 185 unités déjà installées opérant dans plusieurs secteurs, dont notamment le textile et l’habillement, la mécanique et l’électrique, les services, le cuir et la chaussure, les industries agroalimentaires. L a dernière lettre du ministère de l’Investissement et de la coopération internationale, affirme que ces IDE ont permis la création de 10263 postes d’emplois.

Au sujet de la coopération internationale, la même source a indiqué que les ressources financières mobilisées, ont été de l’ordre de 1101,4 millions de dinars sous forme de dons, dont 629,4 MD d’origine bilatérale, 420 MD de l’Union Européenne, 34,2 dans le cadre de la coopération multilatérale et 17,8 MD dans le cadre de la coopération régionale.

Concernant les crédits, la Tunisie a mobilisé 3899,3 MD dont 1733,3 dans le cadre de la coopération régionale, 1673 d’origine bilatérale, 834,4 dans le cadre de la coopération multilatérale, et 700 MD de l’Union Européenne.

Ces prêts sont obtenus avec des conditions préférentielles dont les taux d’intérêt se situent entre 1,5% et 2,5% avec une période de remboursement s’étalant sur 20 ans et une période de grâce de 5 ans…

Pour la coopération technique, 2900 cadres Tunisiens ont été recrutés en 2012 pour travailler dans des pays frères et amis, contre 2306 coopérants en 2011 et 1827 en 2010, soit une augmentation respective de 25,6% et 58,6%.

Dans ce cadre, 277 cadres parmi les 2900 sont recrutés dans le cadre d’un premier emploi ce qui représente 9,5 % de l’ensemble des recrutés.

Kh. T.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux