Tags Posts tagged with "Tunis, Souk, At-tanmia,"

Tunis, Souk, At-tanmia,

par -
Après la réussite de la phase pilote de Souk At-tanmia avec le lancement de 63% des projets dans plusieurs régions défavorisées

Après la réussite de la phase pilote de Souk At-tanmia avec le lancement de 63% des projets dans plusieurs régions défavorisées, le coup d’envoi de la deuxième édition de cet événement d’envergure a été donné, ce mercredi 30 avril.

Une cérémonie a eu lieu en présence d’un réseau important de partenaires à l’instar de la BAD, la BFPME, la BTS, la Connect ainsi que de nombre d’associations. L’objectif étant de créer de nouvelles opportunités pour des entrepreneurs mal desservis en les aidant à créer leurs propres entreprises.

C’est aux jeunes de gérer la crise économique

Hakim Ben Hammouda, ministre de l’Économie et des Finances a mis l’accent sur le rôle stratégique de cette initiative qui vient à point nommé pour contribuer autant que faire se peut à procurer de l’emploi aux jeunes chômeurs. Car, a-t-il rappelé, la fonction publique a cessé d’être un pourvoyeur d’emplois. Face à cette réalité, une grande responsabilité incombe aujourd’hui aux grandes entreprises privées qui sont encore loin du rythme escompté au niveau de la création d’emplois.

Le ministre s’est, dans ce contexte, adressé aux jeunes leur disant qu’ « ils sont aujourd’hui la première richesse qui pourrait gérer la crise qui secoue la Tunisie depuis 3 ans et ce, à travers la promotion de l’entreprenariat et la création de nouveaux projets ».

Le défi peu être relevé, selon les bailleurs de fonds qui n’ont pas manqué d’exprimer leur soutien aux jeunes notamment ceux des régions de l’intérieur.

La BFPME, l’un des partenaires stratégiques de Souk At-tanmia, a affirmé par le truchement de sa PDG, Souhir Taktak qu’il s’agit d’une bonne initiative pour les entrepreneurs tunisiens qui peuvent ainsi bénéficier d’un programme d’accompagnement et de soutien financier. Elle a dans ce sens assuré que la banque pourrait jouer un rôle déterminant grâce à son réseau de compétences et l’éco-financement des projets retenus ainsi que la gestion des fonds.

La première édition de Souk At-tanmia, lancée en juillet 2012, a été marquée par la création de 63% des projets implantés principalement dans plusieurs régions démunies. 51% d’entre eux sont l’œuvre de jeunes entrepreneurs âgés entre 18 et 35 ans tandis que 33% des promoteurs des projets sont des femmes. Encore plus, 400 emplois ont été créés par ces jeunes en butte à des difficultés financières en particulier.

100 projets seront sélectionnés…

Thouraya Triki, économiste en chef au département Afrique du Nord (BAD) a, de son côté, souligné que le budget consacré au financement de l’ensemble des projets sera doublé passant d’un million d’euros à deux millions d’euros. « Une grande mobilisation a eu lieu afin de doubler le montant dédié à cette nouvelle édition qui certainement va stimuler un nombre important des jeunes porteurs d’idées », a-t-elle précisé.

100 nouveaux projets seront sélectionnés à la lumière des résultats de cette expérience, tout en bénéficiant de l’appui nécessaire. C’est la raison pour laquelle des activités de coaching suivant le rythme de développement des projets seront mises en place. Ajoutons à cela l’ajout d’un service d’accès au marché, et ce dans le service d’accompagnement destiné aux bénéficiaires tout en renforçant la campagne de communication qui sera assurée non seulement par un réseau d’associations, mais à travers le réseau national des pépinières de l’API et celui des scouts.

Wiem Thebti

par -
Après la réussite de la phase pilote de Souk At-tanmia avec le lancement de 63% des projets dans plusieurs régions défavorisées

Après la réussite de la phase pilote de Souk At-tanmia avec le lancement de 63% des projets dans plusieurs régions défavorisées, le coup d’envoi de la deuxième édition de cet événement d’envergure a été donné, ce mercredi 30 avril.

Une cérémonie a eu lieu en présence d’un réseau important de partenaires à l’instar de la BAD, la BFPME, la BTS, la Connect ainsi que de nombre d’associations. L’objectif étant de créer de nouvelles opportunités pour des entrepreneurs mal desservis en les aidant à créer leurs propres entreprises.

C’est aux jeunes de gérer la crise économique

Hakim Ben Hammouda, ministre de l’Économie et des Finances a mis l’accent sur le rôle stratégique de cette initiative qui vient à point nommé pour contribuer autant que faire se peut à procurer de l’emploi aux jeunes chômeurs. Car, a-t-il rappelé, la fonction publique a cessé d’être un pourvoyeur d’emplois. Face à cette réalité, une grande responsabilité incombe aujourd’hui aux grandes entreprises privées qui sont encore loin du rythme escompté au niveau de la création d’emplois.

Le ministre s’est, dans ce contexte, adressé aux jeunes leur disant qu’ « ils sont aujourd’hui la première richesse qui pourrait gérer la crise qui secoue la Tunisie depuis 3 ans et ce, à travers la promotion de l’entreprenariat et la création de nouveaux projets ».

Le défi peu être relevé, selon les bailleurs de fonds qui n’ont pas manqué d’exprimer leur soutien aux jeunes notamment ceux des régions de l’intérieur.

La BFPME, l’un des partenaires stratégiques de Souk At-tanmia, a affirmé par le truchement de sa PDG, Souhir Taktak qu’il s’agit d’une bonne initiative pour les entrepreneurs tunisiens qui peuvent ainsi bénéficier d’un programme d’accompagnement et de soutien financier. Elle a dans ce sens assuré que la banque pourrait jouer un rôle déterminant grâce à son réseau de compétences et l’éco-financement des projets retenus ainsi que la gestion des fonds.

La première édition de Souk At-tanmia, lancée en juillet 2012, a été marquée par la création de 63% des projets implantés principalement dans plusieurs régions démunies. 51% d’entre eux sont l’œuvre de jeunes entrepreneurs âgés entre 18 et 35 ans tandis que 33% des promoteurs des projets sont des femmes. Encore plus, 400 emplois ont été créés par ces jeunes en butte à des difficultés financières en particulier.

100 projets seront sélectionnés…

Thouraya Triki, économiste en chef au département Afrique du Nord (BAD) a, de son côté, souligné que le budget consacré au financement de l’ensemble des projets sera doublé passant d’un million d’euros à deux millions d’euros. « Une grande mobilisation a eu lieu afin de doubler le montant dédié à cette nouvelle édition qui certainement va stimuler un nombre important des jeunes porteurs d’idées », a-t-elle précisé.

100 nouveaux projets seront sélectionnés à la lumière des résultats de cette expérience, tout en bénéficiant de l’appui nécessaire. C’est la raison pour laquelle des activités de coaching suivant le rythme de développement des projets seront mises en place. Ajoutons à cela l’ajout d’un service d’accès au marché, et ce dans le service d’accompagnement destiné aux bénéficiaires tout en renforçant la campagne de communication qui sera assurée non seulement par un réseau d’associations, mais à travers le réseau national des pépinières de l’API et celui des scouts.

Wiem Thebti

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux