Tags Posts tagged with "Tunisair Handling,"

Tunisair Handling,

par -

Il ne se passe presque pas un jour, sans que la compagnie aérienne tunisienne, Tunisair, ne défraie la chronique avec ses retards répétitifs. On dit même qu’un retard d’une heure ou d’une heure et demi est le minimum garanti. A consulter le tableau des départs et des arrivées sur le site de l’OACA, le transporteur officiel tunisien arrive très rarement à destination à l’heure prévue. Le ratio de ponctualité de sa flotte était, à la fin du 1er trimestre 2017, à 47 % contre 50,5 % une année plus tôt et s’est même dégradé plus par rapport aux 54,7 % de toute l’année 2016.

Fortement critiqué, elle n’en reste pas moins la favorite, puisque son taux de remplissage s’est même bonifié au début de cette année, passant de 71,4 %, pour tout l’exercice 2016, à 73,8 % à la fin du 1er trimestre 2017. Sa part de marché s’est aussi bonifiée de 8 points de base, passant de 39,9 % à la fin 2016 à 47,9 % à la fin du 1er trimestre 2017.

Tunisair n’en réalise pas moins depuis peu des «records» inédits en matière de retard. Son record absolu, atteint au cours du 1er semestre 2017, a été de 26h59 pour les 130 passagers en départ Charter de Roissy, loin devant les 8 heures du vol de Nouakchott du 3 juillet avec des passagers délaissés sans service. Cela, sans compter le fameux vol qui avait été détourné vers Djerba avant de reprendre sa route vers Strasbourg. En fait, les deux vols avaient Strasbourg pour destination, mais seulement pour 20 passagers à partir de Djerba. «Au départ de Tunis, comme de Djerba, les avions étaient à l’heure et les passagers de Tunis ont été probablement mis au courant du détour, à l’enregistrement», explique le DGA commercial, Ali Miaoui, pour Africanmanager

Pour le reste, méthodique et compréhensif, Ali Miaoui commence par expliquer les retards du week-end de l’Aïd (fête religieuse de la fin du Ramadan). Il évoque à ce propos le pic de l’Aïd et les absences de PNC (Personnel navigant de cabine) et PNT (Personnel Navigant Technique) à l’occasion de ces vacances religieuses. «On a d’ailleurs lancé une enquête pour connaitre les raisons de ces absences, qui ont même provoqué le report d’un vol prévu pour le vendredi, [Ndlr : le jour précédent l’Aïd du samedi]. C’est le cumul de ces facteurs qui a généré les retards du week-end de l’Aïd, qui est par ailleurs récurrent, explique Miaoui, qui ajoute que «l’absence d’un seul PNT, alors qu’il en faut un pour chaque 50 passagers, cloue l’avion qui ne peut plus décoller».

  • Mea-culpa et prévoyance

Les retards de Tunisair n’étant plus sporadiques depuis quelques années, le DGA commercial évoque «un retard dans le programme d’entretien technique qui a décalé la sortie des avions pour l’entretien. On a pu gérer ce problème, mais selon les disponibilités de location et le coût même de cette location qu’on peut éviter au prix de quelques petits aménagements», confie encore le DGA de Tunisair, soucieux comme devait l’être tout responsable de la compagnie des finances de l’entreprise.

Autre cause de retard, la querelle à propos des tenues, qui a fait beaucoup de bruit au sein de la compagnie et «qui a généré beaucoup de retard», avoue Miaoui, qui confirme qu’une plainte a déjà été déposée en pénal. Ce dernier évoque un retard de livraison de moteurs d’avions chez Lufthansa, entre les mois de mars et mai 2017 et qui a cloué des avions au sol. Trois le sont toujours, selon notre source, qui ajoute que «entretemps, nous avions loué deux gros avions, sans compter les locations en compléments lors des week-ends. Des locations cependant, dont le coût est resté dans la limite du budget qui y est consacré». Les «Tunisairophiles» comprendront alors que leur compagnie préfère quelques fois le retard aux coûts des locations !

L’autre cause des retards des vols de Tunisair a été le programme de formation des PNT. «On a mal géré ce programme et c’est là notre erreur, car on ne s’attendait pas à une forte reprise d’activité. On aurait pu l’étaler sur l’année, il a été groupé et concentré dans le 1er semestre, jusqu’au juin», avoue encore le DGA commercial de Tunisair, malgré tout content que l’activité de la compagnie ait rebondi de 14 % au cours de ce même 1er semestre 2017, après la hausse de 9 % de 2016, quoique au détriment du passager en espérant qu’il comprenne.

  • Priorité absolue pour la préservation des vols vers l’Afrique

Miaoui n’oublie pas enfin de rappeler que «on a des problèmes dans le traitement des bagages, au niveau de l’aéroport TC, qui nous fait perdre du temps». Il est vrai qu’alors que Tunisair Handling, filiale de la compagnie, souffre d’un effectif pléthorique (2.570 personnes), Tunisair est obligée de recruter du personnel sous-traitant pour la salle de tri du bagage et le chargement des avions, ce qui est en soi une aberration. «C’est aussi cela qui fait que nous ne respectons pas les délais de départ. Alors que le traitement d’un avion devrait tourner entre 30 et 45 minutes, Tunisair Handling met une heure et demi pour charger et décharger et cela aussi impacte la ponctualité de nos avions», dit Miaoui désolé.

Et lorsqu’on lui rappelle que le plan de relance de Tunisair est en grande partie axé sur les nouvelles lignes ouvertes sur l’Afrique, qui enregistre des retards de 5 à 8 heures, Ali Miaoui consent que «aucun passager ne doit souffrir un quelconque retard, surtout pour les Africains qui ont généralement une continuation sur l’Europe, d’où l’importance de l’enchaînement des vols pour les passagers africains».

Et le DGA de Tunisair d’abonder dans son mea-culpa. «On n’est pas content du niveau de ponctualité que nous avons et des retards enregistrés et on fait tout pour l’améliorer», dit-il sans être dans ses petits souliers, car conscient et déjà prévoyant. «Cette année, nous avons loué deux autres A340O et pour la 1ère fois un avions back-up du 25 août au 25 septembre pour parer à tout problème en période de pointe. On a même donné ordre à l’entité qui gère les vols, d’accorder une priorité absolue pour la sauvegarde des vols vers l’Afrique. Cela, sans compter la trentaine de nouveaux pilotes déjà recrutés et qui ont fait leur lâchée et le reste des moteurs devrait être livré d’ici fin juillet». Et de terminer, manifestement soulagé, que «cet été, tout devrait bien se dérouler».

Des retards, il en a eus. Mais les causes semblent objectives, d’autant qu’elles semblent échapper au contrôle de la direction qui fait tout pour en arrêter la récurrence et se donne tous les moyens, matériels et humains pour les endiguer. On croise donc nos doigts, pour la compagnie et pour ses passagers.

  • … Et pourtant, elle vole et ses chiffres s’améliorent

Force est pourtant de constater, malgré ces retards et les plaintes des passagers, que les chiffres de Tunisair s’améliorent. On avait, au début de l’article, évoqué son taux de remplissage qui s’améliore (73,8 % pour le 1er trimestre 2017 contre 71,4 % à fin 2016). On y ajoute que l’activité de transport de passagers, régulier et Charter, de Tunisair, a augmenté de 26 % à fin juin 2017 et coefficient de remplissage en hausse de 4,5 % pour le seul mois de juin de l’exercice en cours. Sur la période des 6 premiers mois de 2017, l’augmentation de l’activité est de 13,9 % et le taux de remplissage gagne 3,2 points de croissance. Des chiffres qui sont conformes aux prévisions de la compagnie qui prévoyait 14 % de croissance de l’activité qui atteint ses objectifs. Tunisair affiche ainsi de la progression. Il reste toujours des imperfections. Sa direction en est consciente et fait tout pour les palier.

par -
Dans une rencontre avec Africanmanager à Irbil où il accompagnait la nouvelle PDG de la compagnie

Dans une rencontre avec Africanmanager à Irbil où il accompagnait la nouvelle PDG de la compagnie, le DG de Tunisair Handling Moez Ben Rejeb, a déclaré que la compagnie a enregistré des pertes financières de l’ordre de 10 MDT, au cours de l’exercice 2014. Celui de cette année 2014 ne devrait pas être meilleur. Cette situation déficitaire va sur le rythme de 10 MDT chaque année, depuis 2011. Le DG de Tunisair Handling a aussi accusé la compagnie turque TAV Tunisie qui s’était arrogée le monopole du Handling à Monastir puis à Enfidha, de lui faire perdre 20 MDT.

par -
 Une réunion d'urgence se tient

Une réunion d’urgence se tient, ce lundi, à l’aéroport Tunis Carthage entre les hauts responsables de l’aéroport et les responsables de Tunisiair Handling , après la mort d’un agent de la compagnie suite à un accident , indique Shems FM .

Rappelons que l’agent appartenant à Tunisiar Handling a été percuté par une voiture sur la piste d’atterrissage, causant sa mort.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux