Tags Posts tagged with "Tunisie, aéroports, Enfidha, Monastir,"

Tunisie, aéroports, Enfidha, Monastir,

par -
Les deux aéroports d'Enfidha et de Monastir ne fermeront pas leur porte. C’est désormais officiel. Les deux aéroports seront bientôt mis en activité

Les deux aéroports d’Enfidha et de Monastir ne fermeront pas leur porte. C’est désormais officiel. Les deux aéroports seront bientôt mis en activité, apprend Africanmanager auprès du ministre tunisien du Transport Abdelkrim Harouni, en marge d’une conférence de presse organisée lundi 5 décembre au siège du ministère du Tourisme. La rencontre a été consacrée à la signature d’une convention de partenariat entre l’Office national du tourisme tunisien (ONTT), la Fédération tunisienne de l’hôtellerie (FTH), la Fédération tunisienne des agences de voyages et de tourisme,Tunisair et  Tunisair Express .

Des négociations ont été déjà accomplies entre le ministère du transport et les responsables des deux aéroports. «On a fait réunir, du 11 février au 2 mars dernier, des experts tunisiens avec des responsables du groupe Ftav. C’est pour la première fois qu’on a discuté cette affaire de la polémique née autour des aéroports d’Enfidha et de Monastir, sous ses différents angles, à savoir, professionnel, financier et social », a-t-il ajouté.

L’objectif, selon lui, est de permettre à l’aéroport de Monastir de récupérer son image en tant que meilleur aéroport en Afrique : « L’Aéroport doit regagner de nouveau ses clients à savoir 3,5 millions de passagers » a ainsi demandé le ministre. En effet, ce qui était à un moment le plus grand aéroport d’Afrique est devenu après la Révolution du 14 janvier, un centre de polémique, essentiellement à cause du déplacement du personnel de l’aéroport de Monastir. Les personnels des deux aéroports ont appelé à une exploitation équitable entre les deux aéroports.

Dans le même cadre, Harouni a fait savoir qu’une Commission commune entre le ministère du Transport et la Ftav sera bientôt créée. Cette dernière se chargera de garantir le fonctionnement des deux aéroports, et garantir principalement le bon déroulement de leur activité.

On rappelle à ce stade, que l’aéroport d’Enfidha a nécessité un investissement d’une valeur de 500 millions d’euros environ, et un affectif qui a atteint, à des périodes de pointe, 3660 employés de diverses compétences et dans différentes spécialités.

Au sujet de la convention signée aujourd’hui, l’objectif est d’inciter les tours opérateurs chartérisant avec Tunisair et Tunisair Express , à maintenir leurs programmes charter à travers un soutien financier qui viendra les renforcer dans cette conjoncture exceptionnelle. La convention s’étale sur une période allant du 1 mars au 31 mai 2012 et vise le développement du flux touristique. La convention implique un mode de soutien financier, basé sur le coefficient de remplissages des vols Nord-Sud.

L’ONTT réglera aux compagnies aériennes les sièges vides non réalisés pour un coefficient de remplissage au delà de 50% inclus et jusqu’à 90% (soit un maximum de 40% de la capacité).

Pour le bon fonctionnement de cette convention, un comité de gestion sera mis en place. Il est composé d’un représentant de chacun des signataires. Ce comité s’occupe essentiellement de la gestion de ce mouvement à travers la validation du soutien à accorder à chaque vol et le suivi des réalisations des vols.

La convention n’était pas la première de son genre. Une convention similaire a été déjà signée durant l’année 2011 avec les compagnies aériennes tunisiennes (Tunisair, Tunisair Express ). Selon les responsables réunis, cette stratégie a permis le sauvetage d’environ 33 milles de touristes durant cette année. Sera-t-il le même pour l’année 2012 ?

par -
Les deux aéroports d'Enfidha et de Monastir ne fermeront pas leur porte. C’est désormais officiel. Les deux aéroports seront bientôt mis en activité

Les deux aéroports d’Enfidha et de Monastir ne fermeront pas leur porte. C’est désormais officiel. Les deux aéroports seront bientôt mis en activité, apprend Africanmanager auprès du ministre tunisien du Transport Abdelkrim Harouni, en marge d’une conférence de presse organisée lundi 5 décembre au siège du ministère du Tourisme. La rencontre a été consacrée à la signature d’une convention de partenariat entre l’Office national du tourisme tunisien (ONTT), la Fédération tunisienne de l’hôtellerie (FTH), la Fédération tunisienne des agences de voyages et de tourisme,Tunisair et  Tunisair Express .

Des négociations ont été déjà accomplies entre le ministère du transport et les responsables des deux aéroports. «On a fait réunir, du 11 février au 2 mars dernier, des experts tunisiens avec des responsables du groupe Ftav. C’est pour la première fois qu’on a discuté cette affaire de la polémique née autour des aéroports d’Enfidha et de Monastir, sous ses différents angles, à savoir, professionnel, financier et social », a-t-il ajouté.

L’objectif, selon lui, est de permettre à l’aéroport de Monastir de récupérer son image en tant que meilleur aéroport en Afrique : « L’Aéroport doit regagner de nouveau ses clients à savoir 3,5 millions de passagers » a ainsi demandé le ministre. En effet, ce qui était à un moment le plus grand aéroport d’Afrique est devenu après la Révolution du 14 janvier, un centre de polémique, essentiellement à cause du déplacement du personnel de l’aéroport de Monastir. Les personnels des deux aéroports ont appelé à une exploitation équitable entre les deux aéroports.

Dans le même cadre, Harouni a fait savoir qu’une Commission commune entre le ministère du Transport et la Ftav sera bientôt créée. Cette dernière se chargera de garantir le fonctionnement des deux aéroports, et garantir principalement le bon déroulement de leur activité.

On rappelle à ce stade, que l’aéroport d’Enfidha a nécessité un investissement d’une valeur de 500 millions d’euros environ, et un affectif qui a atteint, à des périodes de pointe, 3660 employés de diverses compétences et dans différentes spécialités.

Au sujet de la convention signée aujourd’hui, l’objectif est d’inciter les tours opérateurs chartérisant avec Tunisair et Tunisair Express , à maintenir leurs programmes charter à travers un soutien financier qui viendra les renforcer dans cette conjoncture exceptionnelle. La convention s’étale sur une période allant du 1 mars au 31 mai 2012 et vise le développement du flux touristique. La convention implique un mode de soutien financier, basé sur le coefficient de remplissages des vols Nord-Sud.

L’ONTT réglera aux compagnies aériennes les sièges vides non réalisés pour un coefficient de remplissage au delà de 50% inclus et jusqu’à 90% (soit un maximum de 40% de la capacité).

Pour le bon fonctionnement de cette convention, un comité de gestion sera mis en place. Il est composé d’un représentant de chacun des signataires. Ce comité s’occupe essentiellement de la gestion de ce mouvement à travers la validation du soutien à accorder à chaque vol et le suivi des réalisations des vols.

La convention n’était pas la première de son genre. Une convention similaire a été déjà signée durant l’année 2011 avec les compagnies aériennes tunisiennes (Tunisair, Tunisair Express ). Selon les responsables réunis, cette stratégie a permis le sauvetage d’environ 33 milles de touristes durant cette année. Sera-t-il le même pour l’année 2012 ?

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Anticipant l’accroissement des besoins humanitaires et médicaux, les équipes de Médecins Sans Frontières (MSF) renforcent l’aide qu’elles apportent dans les zones difficilement atteignables de...

Reseaux Sociaux