Tags Posts tagged with "Tunisie, Assurances AMI,"

Tunisie, Assurances AMI,

par -
L’année 2013 serait l’année du redémarrage de la société d’assurances « AMI ». Un plan de restructuration va enfin voir. Engagé

L’année 2013 serait l’année du redémarrage de la société d’assurances « AMI ». Un plan de restructuration va enfin voir le jour. Engagé, depuis 2010, il n’a pas pu aboutir, suite à certaines difficultés notamment celles liées à la Révolution.

En effet, selon une source au sein de la compagnie, AMI veut s’introduire en bourse. La décision est actuellement en phase d’étude, a-t-elle précisé à Africanmanager. C’est la dernière étape du plan de restructuration de la société, visant, en premier lieu, le changement de la forme juridique de la société pour passer d’une société mutuelle à une société anonyme. Un dossier d’agrément devrait être déposé auprès du ministère des Finances. Néanmoins, pour ce faire, la société devrait augmenter son capital, et ce via la recherche d’un nouveau partenaire stratégique, local ou étranger.

Un business plan devrait être mis en place avec une banque d’affaires. C’est à cette fin déjà, que des négociations sont en cours avec 3 banques : « le dossier est ouvert et la société espère réaliser ce rêve, au cours des neuf premiers de l’année 2013 », a-t-il dit précisant que AMI est actuellement en contact avec des avocats, des experts et des banques d’affaires pour faire aboutir son plan de développement.

Par ailleurs, avec le nouveau partenaire, les assurances AMI souhaitent développer encore le risque particulier et accéder à de nouveaux secteurs tels que le risque entreprises.

Il y a lieu de signaler également que la société se dotera d’un nouveau siège, à la fin du premier trimètre 2013. Situé sur les berges du Lac, le siège s’étend sur une superficie de 10 mille hectares couverts.

Un chiffre d’affaires de 106 millions de dinars

Au sujet de la situation financière de la société, une évolution importante a été enregistrée au niveau du chiffre d’affaires, en hausse de 16%, soit 106 millions de dinars, à la clôture de l’exercice. Cette hausse concerne toutes les branches d’assurances (vie, automobile).

En 2011, le chiffre d’affaires réalisé avait été de 91 millions de dinars. Dans ce cadre, il a été précisé que bien que la société soit sous la forme mutuelle, elle a réussi à occuper des places avancées sur le marché de l’assurance et son chiffre d’affaires a avoisiné celui des sociétés anonymes. Le nombre de ses clients a dépassé les 180 mille, à ce jour.

D’un autre côté, la société a épongé tous les déficits antérieurs mais se trouve tenue de lever de nouveaux fonds et dépasser les 11 MD.

Des données prometteuses pour 2013

Pour l’année 2013, la société a entamé l’exercice sous de bons auspices. « Le démarrage est prometteur, et elle espère que la reprise se confirmera, au cours de l’année en cours, pour pouvoir se mettre sur les rails. Les résultats de l’année 2012 ont renforcé, en effet, la confiance de la société dans son avenir.

Au cours des premières années de son démarrage (2004/2005/2006), le portefeuille de la compagnie a été fortement déficitaire. Mais, à partir du 2007, elle a commencé à faire des excédents. En 2011, la société a absorbé tous les excédents antérieurs et a constitué ses fonds propres et le bilan était très positif.

Toutefois, l’entreprise, tout au long de cette période, s’est employée à se doter d’une nouvelle image effaçant celle de l’ancienne société qu’elle a reprise et en liquidant les arrières de cette dernière.

70 MD pour régler les sinistres

AMI a versé 70 millions de dinars pour la branche automobile en termes de règlement des sinistres des accidents de la route. En 2011, le chiffre a été aux alentours de 60 millions de dinars, soit une augmentation de 10MD.

A ce propos, l’un des problèmes de la branche automobile tient aux accidents fictifs corporels où on enregistre l’intervention des autorités publiques (Hôpitaux, tribunaux, avocats, experts judicaires).

Cependant, les accidents de la route ont connu une évolution importante en 2012 d’une manière générale.

Force est de constatet que la Tunisie n’a pas pu, jusqu’à maintenant,  maîtriser les accidents de la circulation. Le pays est encore classé parmi ceux qui ont des taux très élevés en termes d’accidents de la route.

En 2012, une évolution importante a été enregistrée au niveau du nombre des accidents, des blessés et des décédés, ce qui va augmenter le fardeau des compagnies d’assurances qui prennent en charge le dédommagement des dégâts causés par les accidents aussi bien corporels qui représentent la masse la plus importante, que matériels. En effet, 80% des dépenses des compagnies d’assurances au niveau de la branche automobile sont portent sur les dommages corporels et 20% sur les dommages matériels.

En 2011, environ 400 millions de dinars ont été dépensés par les sociétés d’assurances au titre des accidents de la route. La grande partie est imputable aux victimes des sinistres.

Parmi les défis que la compagnie aura à relever figure la concurrence acharnée et forte au niveau du marché de l’assurance notamment avec l’apparition de nouveaux produits et l’arrivée de nouvelles formes de sociétés comme celles opérant dans « Attakaful ».

Khadija Taboubi

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux