Tags Posts tagged with "Tunisie, Chômage, Abdelwaheb Mâatar,"

Tunisie, Chômage, Abdelwaheb Mâatar,

par -
Le problème de l’emploi demeure

Le problème de l’emploi demeure, aujourd’hui, dans tous les esprits des Tunisiens, frappés de plein fouet par le chômage. Les évaluations parlent aujourd’hui de 750 000 chômeurs dont 72% sont des jeunes âgés entre 15 et 29 ans. En 2002, on n’a parlé que de 475 000 chômeurs. Le pire est que ce rapport sera comblé davantage avec l’arrivée de nouveaux diplômés, ce qui devrait porter le chiffre à plus de 800 000 chômeurs. En dépit de tout cela, le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Abdelwaheb Mâatar, semble optimiste, même si les des chiffres sont étonnamment bas. Lors d’une rencontre sur l’emploi, organisée, lundi 19 mars, à Tunis, pour réfléchir sur les premières démarches à entreprendre concernant l’emploi. Faisant montre de confiance, il prévoit de porter le nombre des nouvelles créations en matière d’emploi à 100 mille nouveaux postes contre une moyenne de création annuelle équivalente à 65 mille emplois. 25 mille emplois seront créés dans la fonction publique. 50 mille autres seront financés au titre des 6400 milliards de millimes, consacrés par le budget de la loi de Finances 2012, aux nouveaux investissements notamment en matière d’infrastructure. Le reste, soit 25 mille emplois seront créés par le secteur privé à la faveur de la hausse des déclarations d’investissement et d’une reprise économique presque amorcée.

Le ministre a proposé également d’autres solutions, à savoir le marché libyen où la priorité est accordée aux compétences et à la main-d’œuvre tunisiennes. A ce propos, le ministre a indiqué qu’une convention d’affaires a été signée récemment avec le ministre libyen du Travail afin de faciliter l’entrée de la main d’ouvre locale en Libye et améliorer les garanties encourageant les Tunisiens à s’installer dans ce pays. Or, « toutes les nationalités s’y retrouvent sauf la tunisienne», a-t-il confirmé. L’agence tunisienne de Coopération technique (ATCT) aura aussi une contribution non négligeable, dans la mesure où elle compte, selon le ministre, employer à l’étranger entre 5 à 6 mille Tunisiens.

Toutefois, eu égard au taux du chômage dans les régions du Nord Ouest, le ministre n’a pas pu convaincre les représentants des régions, membres de l’Assemblée constituante, présents à cette rencontre consacrée à la discussion et à la préparation de la Conférence nationale sur l’emploi. Un représentant de la région d’El Kef a mis en doute le chiffre de 22% de chômage dans la région d’El Kef. Il a appelé par conséquent à corriger les chiffres en précisant que le taux de chômage dans cette région est beaucoup plus élevé que celui avancé par le ministre. En effet, le taux de chômage dans la région d’El Kef est généralement estimé aux alentours de 22,2% des demandes, à 17,7% à Jendouba et à 19,6% à Séliana.

D’une façon plus générale, les taux de chômage en Tunisie demeuraient très élevés durant les dernières années. Ils ont atteint 18,3%, en 2011, contre 13%, en 2010. Dans les régions, ce pourcentage a été de l’ordre de 23,4% au Sud-ouest, enregistrant de ce fait, le taux le plus élevé, suivi respectivement par le Sud-est avec 16,8%, le centre-ouest (14,8%) , le Nord-ouest (14,4%), le Grand Tunis (13,2%), le Nord-est (11%) et le Centre-est (10,6%).

Selon une répartition sectorielle du nombre des employeurs durant l’année 2011, il est clair que le secteur des services emploie la part la plus importante, soit 48,8% de l’ensemble des demandeurs d’emploi, contre 19,4% dans les industries manufacturières et 16,3% dans le secteur de l’agriculture. Le chômage touche particulièrement les femmes. En 2011, le nombre des femmes en chômage a atteint 27,4% contre 19%, en 2010. Parallèlement, le taux de chômage des hommes est passé, quant à lui, de 11%, en 2010 à 15%, en 2011.

D’autre part, au contraire des statistiques officielles qui parlaient d’un taux de chômage qui ne dépassant pas les 13%, celui des diplômés de l’enseignement supérieur clignote au rouge. En effet, le taux de chômage de cette catégorie a atteint, en 2011, 33,6% contre 23,3%, en 2010 tandis qu’en 2005, ce chiffre n’avait pas dépassé les 14,6%.

Par rapport au nombre des projets étudiés par les bureaux de l’emploi et du travail indépendant, le chiffre a avoisiné, dans la région de Tunis, 1394 projets, soit l’équivalent de 15,2% du total des projets étudiés à l’échelle nationale. Cependant, le nombre des projets financés et suivis par ces bureaux a atteint, au titre de l’année 2011, 434 projets, soit 12,3% des projets financés à l’échelle nationale.

Il y a lieu de rappeler, dans ce contexte, que la Conférence nationale sur l’emploi se tiendra, le 27 avril prochain, à Tunis. Elle a pour objectif de mettre en place des mesures rapides et efficaces capables de juguler le fléau du chômage et élaborer , entre autres, une stratégie gouvernementale pour l’emploi s’étalant sur 5 ans .

Khadija Taboubi

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux