Tags Posts tagged with "Tunisie, Diplomates, Libye,"

Tunisie, Diplomates, Libye,

par -
Des milices libyennes ont enlevé depuis un mois deux diplomates tunisiens

Des milices libyennes ont enlevé depuis un mois deux diplomates tunisiens, l’un le 21 mars, l’autre jeudi dernier. Ils exigent en échange de leurs otages la remise en liberté des prisonniers libyens emprisonnés en Tunisie à la suite des événements d’Errouhia (gouvernorat de Siliana) survenus en mai 2011 contre les forces de sécurité. Des actes jugés criminels mettant alors en péril la sécurité des citoyens et la stabilité du pays. Les deux libyens sont Hafedh Dhabaa alias « Abou Ayoub » et Imed Liwaj Badr alias « Abou Jaafar Al Libi » qui ont écopé de 20 ans de prison chacun.

Dans une vidéo diffusée par ses ravisseurs islamistes ayant circulé, ce lundi, sur les réseaux sociaux, le diplomate Mohammed Bel Cheikh demande à son gouvernement de négocier avec ses geôliers pour obtenir sa libération.

En larmes, Mohammed Bel Cheikh, implore le président tunisien Moncef Marzouki de négocier sérieusement avec ses ravisseurs. « Je veux rentrer dans mon pays, la Tunisie. Ils peuvent me tuer à tout moment. Monsieur le président, j’ai trois enfants. Etes-vous un père, Monsieur le président ? », a-t-il dit.

Malgré les contestations de la véracité de cette vidéo, notamment par le syndicaliste sécuritaire Walid Zarrouk, Africanmanager a pu s’assurer de l’authenticité de cette vidéo. Une source bien informée au ministère libyen des Affaires étrangères nous a précisé que la vidéo montrant le diplomate kidnappé Mohamed Cheikh implorant la présidence du gouvernement de négocier avec les kidnappeurs pour sauver sa vie est une vidéo authentique, soulignant que le message qui a été envoyé aux autorités tunisiennes a été inspiré à Mohamed Becheikh.

La même source a expliqué que cette vidéo est une tentative pour faire pression sur le gouvernement tunisien afin de l’amener à accepter les demandes des ravisseurs et libérer les prisonniers libyens détenus en Tunisie pour terrorisme.

Toujours à Africanmanager, les mêmes sources ont assuré que les deux diplomates tunisiens kidnappés à Tripoli sont en bonne santé et que les ravisseurs n’exigent que la mise en liberté des prisonniers libyens en Tunisie.

Dans une déclaration à Africanmanager, le colonel-major à la retraite, Mokhtar Ben Nasr a affirmé que le gouvernement ne peut pas céder au chantage des milices libyennes, soulignant que la justice s’est prononcée déjà sur l’affaire.

Il a expliqué, en outre, que les deux libyens qui sont actuellement dans les prisons tunisiennes sont des terroristes et que la seule solution envisagée par les autorités tunisiennes ne peut être que des négociations avec les autorités libyennes, précisant que ce genre de pratique n’est pas nouveau faisant partie des stratégies utilisées par les terroristes qui cherchent à ameuter l’opinion publique, soulignant, cependant, que le peuple tunisien est conscient du fait que cette affaire touche directement la souveraineté et la sécurité de la Tunisie.

Interrogé sur les solutions, Ben Nasr a indiqué que la seule issue consiste à faire pression sur les autorités libyennes qui sont tenues de protéger les diplomates là où ils se trouveraient.

De même, dans un statut posté sur sa page Facebook, Mazen Cherif, expert dans les affaires sécuritaires et responsable du département de la lutte contre le terrorisme au Centre tunisien pour l’étude de la sécurité globale, a appelé à ne pas céder au chantage et à ne pas abdiquer aux pressions des terroristes, soulignant qu’il avait déjà mis en garde contre la gravité de la situation en Libye ainsi que le danger que représentent les milices armées privées appartenant à Al Qaida.

Mezen Cherif a précisé, en outre, que l’enlèvement des diplomates tunisiens, la dernière vidéo et les messages véhiculés confirment que la guerre contre le terrorisme est entrée dans une nouvelle phase où les terroristes s’essayent à des tactiques inédites à l’effet de faire plier les autorités.

Selon lui, les ravisseurs poursuivent plusieurs objectifs, notamment l’intimidation ainsi que l’échange des otages contre les prisonniers dont ils réclament la libération et le paiement de rançons.

Cette opération de prise en otage vise aussi, selon lui, à soutenir le moral des miliciens et à saper celui de l’Etat en le plaçant devant des choix impossibles , appelant, à ce propos, à la mise en place de mécanismes d’anticipation et de systèmes de prévention basés sur une vision stratégique et géostratégique pour éviter que les choses n’empirent .

Khadija Taboubi

par -
Des milices libyennes ont enlevé depuis un mois deux diplomates tunisiens

Des milices libyennes ont enlevé depuis un mois deux diplomates tunisiens, l’un le 21 mars, l’autre jeudi dernier. Ils exigent en échange de leurs otages la remise en liberté des prisonniers libyens emprisonnés en Tunisie à la suite des événements d’Errouhia (gouvernorat de Siliana) survenus en mai 2011 contre les forces de sécurité. Des actes jugés criminels mettant alors en péril la sécurité des citoyens et la stabilité du pays. Les deux libyens sont Hafedh Dhabaa alias « Abou Ayoub » et Imed Liwaj Badr alias « Abou Jaafar Al Libi » qui ont écopé de 20 ans de prison chacun.

Dans une vidéo diffusée par ses ravisseurs islamistes ayant circulé, ce lundi, sur les réseaux sociaux, le diplomate Mohammed Bel Cheikh demande à son gouvernement de négocier avec ses geôliers pour obtenir sa libération.

En larmes, Mohammed Bel Cheikh, implore le président tunisien Moncef Marzouki de négocier sérieusement avec ses ravisseurs. « Je veux rentrer dans mon pays, la Tunisie. Ils peuvent me tuer à tout moment. Monsieur le président, j’ai trois enfants. Etes-vous un père, Monsieur le président ? », a-t-il dit.

Malgré les contestations de la véracité de cette vidéo, notamment par le syndicaliste sécuritaire Walid Zarrouk, Africanmanager a pu s’assurer de l’authenticité de cette vidéo. Une source bien informée au ministère libyen des Affaires étrangères nous a précisé que la vidéo montrant le diplomate kidnappé Mohamed Cheikh implorant la présidence du gouvernement de négocier avec les kidnappeurs pour sauver sa vie est une vidéo authentique, soulignant que le message qui a été envoyé aux autorités tunisiennes a été inspiré à Mohamed Becheikh.

La même source a expliqué que cette vidéo est une tentative pour faire pression sur le gouvernement tunisien afin de l’amener à accepter les demandes des ravisseurs et libérer les prisonniers libyens détenus en Tunisie pour terrorisme.

Toujours à Africanmanager, les mêmes sources ont assuré que les deux diplomates tunisiens kidnappés à Tripoli sont en bonne santé et que les ravisseurs n’exigent que la mise en liberté des prisonniers libyens en Tunisie.

Dans une déclaration à Africanmanager, le colonel-major à la retraite, Mokhtar Ben Nasr a affirmé que le gouvernement ne peut pas céder au chantage des milices libyennes, soulignant que la justice s’est prononcée déjà sur l’affaire.

Il a expliqué, en outre, que les deux libyens qui sont actuellement dans les prisons tunisiennes sont des terroristes et que la seule solution envisagée par les autorités tunisiennes ne peut être que des négociations avec les autorités libyennes, précisant que ce genre de pratique n’est pas nouveau faisant partie des stratégies utilisées par les terroristes qui cherchent à ameuter l’opinion publique, soulignant, cependant, que le peuple tunisien est conscient du fait que cette affaire touche directement la souveraineté et la sécurité de la Tunisie.

Interrogé sur les solutions, Ben Nasr a indiqué que la seule issue consiste à faire pression sur les autorités libyennes qui sont tenues de protéger les diplomates là où ils se trouveraient.

De même, dans un statut posté sur sa page Facebook, Mazen Cherif, expert dans les affaires sécuritaires et responsable du département de la lutte contre le terrorisme au Centre tunisien pour l’étude de la sécurité globale, a appelé à ne pas céder au chantage et à ne pas abdiquer aux pressions des terroristes, soulignant qu’il avait déjà mis en garde contre la gravité de la situation en Libye ainsi que le danger que représentent les milices armées privées appartenant à Al Qaida.

Mezen Cherif a précisé, en outre, que l’enlèvement des diplomates tunisiens, la dernière vidéo et les messages véhiculés confirment que la guerre contre le terrorisme est entrée dans une nouvelle phase où les terroristes s’essayent à des tactiques inédites à l’effet de faire plier les autorités.

Selon lui, les ravisseurs poursuivent plusieurs objectifs, notamment l’intimidation ainsi que l’échange des otages contre les prisonniers dont ils réclament la libération et le paiement de rançons.

Cette opération de prise en otage vise aussi, selon lui, à soutenir le moral des miliciens et à saper celui de l’Etat en le plaçant devant des choix impossibles , appelant, à ce propos, à la mise en place de mécanismes d’anticipation et de systèmes de prévention basés sur une vision stratégique et géostratégique pour éviter que les choses n’empirent .

Khadija Taboubi

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux