Tags Posts tagged with "Tunisie, Farhat Rajhi"

Tunisie, Farhat Rajhi

par -
Le porte-parole du ministère de l'intérieur

Le porte-parole du ministère de l’intérieur, Khaled Tarrouche a déclaré sur Shem fm, que “l’ancien ministre de l’intérieur, Farhat Rajhi a été empêché de voyager parce qu’il n’a pas présenté de certificat de remise de son passeport diplomatique exigé par la police des frontières”.

“Après enquête, il s’est avéré que Farhat Rajhi a bel et bien remis son passeport comme le stipule la loi et peut désormais voyager” a annoncé le porte-parole.

S’agirait-il d’une bévue du ministère de l’Intérieur, sachant que Farhat Rajhi semblait en situation parfaitement régulière ?

par -
L’ex-ministre de l’Intérieur

L’ex-ministre de l’Intérieur, Farhat Rajhi, qui a été empêché, mercredi matin, de prendre l’avion pour le Maroc , a affirmé à Attounsia, qu’il œuvrera en vue de gérer l’affaire de façon ordinaire sans dramatisation , ajoutant qu’il ne compte pas engager des poursuites judiciaires.

Il a précisé que le voyage qu’il se proposait d’effectuer au Maroc est d’essence personnelle, affirmant qu’il avait rendu le passeport diplomatique dont il était titulaire lors de son passage à la tête du ministère de l’Intérieur, et ce alors qui était président l’instance supérieure des droits de l’homme.

Il a qualifié l’interdiction de voyager décrétée à son encontre de décision politique, n’écartant pas la possibilité qu’elle soit liée à l’animosité que lui vouent les directeurs au ministère de l’Intérieur qu’il avait écartés du temps qu’il officiait à la tête de ce département, et qui ont été rétablis, depuis, dans leurs fonctions, estimant qu’il s’agit là de « comportements immoraux et illégaux ».

par -
L’Alliance démocratique

L’Alliance démocratique, telle est l’initiative qui sera annoncée, cette semaine, avec la participation de Mohamed Hamdi, du Courant réformiste, Mohamed Koumani, du parti de la réforme et développement, et d’autre figures politiques nationales.

L’hebdomadaire Al Ousbouii, apprend à ce propos que la liste comprendra Farhat Rajhi, ex-ministre de l’Intérieur et Mokhtar Jallali, ministre de l’Agriculture dans le gouvernement de Béji Caïd Essebsi.

par -
Le syndicat de base des forces de l'ordre du Kef a décidé d'intenter

Le syndicat de base des forces de l’ordre du Kef a décidé d’intenter, demain mardi, une action en justice contre l’ancien ministre de l’Intérieur Farhat Rajhi.

Farhat Rajhi sera poursuivi en justice “pour son laxisme à donner des instructions afin de protéger les postes de police dans la région du Kef, en dépit des menaces d’incendie reçues, les 5 et 6 février 2011”, indique le syndicat.

Une source sécuritaire de haut niveau a déclaré au correspondant de l’agence TAP au Kef, que le syndicat de base accuse Rajhi d’avoir manqué à son devoir professionnel, alors que la situation sécuritaire était grave.

Le syndicat impute à l’ancien ministre et à lui seul la pleine et entière responsabilité des actes d’incendie qui ont ciblé les postes de police et des dégâts occasionnés aux agents qui y travaillent, précise la même source.

par -
Farhat Rajhi a annoncé

Farhat Rajhi a annoncé, dans une déclaration à la presse citée par Attounssia,qu’il envisage de fonder un nouveau parti politique, au cours de la prochaine période . Il s’agit d’un parti centriste qui ambitionne de redynamiser l’économie du pays, promouvoir un développement équitable, et fournir un travail digne à tous les Tunisiens.

Il a affirmé que l’ambition majeure de son parti est de faire de la Tunisie, un nouveau « Hong Kong » , eu égard au fait que le Tunisien dispose, pour ce faire, de tous les atouts exigés, et que la laïcité, la théocratie et le niqab ne font pas partie de ses préoccupations, qui sont des problèmes artificiels, destinés à détourner l’attention des gens de leurs préoccupations.

Farhat Rajhi a annoncé, en outre, qu’il projette de se présenter aux prochaines élections sans préciser de quel scrutin il s’agit, présidentiel ou législatif, en attendant le régime que décidera la Constitution, ajoutant que qu’il n’exclut pas de postuler aux élections présidentielles, si le régime présidentiel est retenu par la Constitution, affirmant enfin qu’il est déterminé à servir le pays dans le cadre de la « transparence » et de la « crédibilité ».

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux